DRIAN ADRIEN DÉSIRÉ ÉTIENNE dit (1885-1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dessinateur, graveur et décorateur, Drian est l'interprète talentueux de la mode Art déco dans ce qu'elle a de nerveux, d'éphémère. Venu à Paris vers 1898, Drian s'oriente bientôt vers l'illustration ; ses compositions, publiées dans L'Art et la mode, sont d'un style élaboré mais encore bien conventionnel. La description des robes et de leurs falbalas gomme la présence anatomique, et les femmes qu'il représente ressemblent à des poupées ou à des idoles sans personnalité, d'une beauté banale, sans réalité physique. Après quelques années de ces travaux assez fades et répétitifs, Drian accentue le caractère convulsif et crispé de son trait et, sans renoncer à l'illustration commerciale, parvient à élaborer un style dont la virtuosité, l'artifice acquièrent une séduction singulière. C'est autour de 1912 qu'il parvient à la maturité, et ses illustrations de mode pour la Vie heureuse et pour d'autres revues montrent des femmes frêles, revêtues de robes dont il évoque délicatement la texture, les froissements, le vaporeux. Ces femmes d'une incontestable élégance adoptent des poses contournées en contraposto, d'une sophistication inégalée.

Drian parvient magistralement à restituer les attitudes en suspens, à esquisser un geste, à donner le sens de l'éphémère. Sa technique, comme graveur, accentue cette impression de légèreté : il devient un maître très habile dans l'art de la gravure à la pointe sèche et à l'eau-forte. Son style s'approche de l'élégance d'Helleu, mais avec plus de nervosité, de tension. Ce style, si approprié à l'esthétique souple et anguleuse de la mode « moderne » des années 1910, vaut à Drian des commandes pour La Gazette du bon ton. Les vignettes qu'il compose en 1915 pour cette revue comptent parmi les chefs-d'œuvre du genre ; ses jeunes femmes élégantes sont saisies en train d'esquisser un geste, de se mouvoir, et la mise en pages de l'artiste accentue ce sentiment de mouvement, de déséquilibre en communiquant l'intensité d'une impression fugitive. Drian est à la fois l'auteur de la vignette et le concepteur de la robe qu'il dessine, et fait connaître ainsi un talent très original, subtil et un peu tarabiscoté : robes à volants dentelés, corsages déchiquetés, cols et manchettes exagérés, bibis excentriques constituent pour lui le vestiaire de la femme idéale.

Ces silhouettes caractéristiques accusent la présence de l'anatomie sous le vêtement, ainsi de cette illustration justement célèbre composée pour Les Feuillets d'art (1920) qui associe deux croquis d'une même femme. L'effet saisissant de dédoublement, l'aspect esquissé et l'absence calculée de tout décor en accentuent le caractère insolite : les deux silhouettes, de dos, regardent de côté, à profil perdu, se drapent en diagonale dans un châle chatoyant et déploient de voluptueux éventails de plumes, dans un captivant contraste de suavité et de violence.

Drian demeure, dans les années 1920, le virtuose des silhouettes curvilignes, des croquis au trait turbulent, et son style est très imité, notamment dans les revues américaines. Il est l'interprète de l'opulence, et bientôt l'esthétique sobrement géométrique des garçonnes qui exige un style synthétique va démoder les croquis sophistiqués de l'artiste. Mais Drian demeure un personnage en vue, et donne, dans le moulin qu'il habite en région parisienne, des fêtes costumées très représentatives de l'atmosphère de laisser-aller et d'anticonformisme qui règne dans les milieux à la mode ; ainsi Le Bal des mariés où les invités doivent adopter un costume apparié. Il noue des amitiés fidèles avec quelques personnalités de la mode, comme Schiaparelli, dont l'humour fantasque et le style baroque conviennent à son tempérament ; il vit dans un petit cercle d'amis et se retire peu à peu de la scène mondaine.

La carrière d'illustrateur de Drian ne doit pas faire oublier ses succès de portraitiste (Paul Poiret, Boni de Castellane) et ses talents de décorateur : il est l'auteur de décorations murales dans un style onirique, enjoué (panneau décoratif pour lady Mendl), de plafonds peints de scènes néo-baroques (pour le couturier Robert Piguet), et on lui doit même la conception de meubles insolites (un lit-tiroir pour Mrs. Fellowes).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

1er-31 janvier 2022 Mali – France. Blocus du pays par la CEDEAO et expulsion de l'ambassadeur de France à Bamako.

Le 27, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian qualifie d’« irresponsable » la demande faite au Danemark par la junte « illégitime » de Bamako de retirer ses troupes déployées dans le pays dans le cadre de la force européenne Tabuka placée sous commandement français. Le 31, la junte demande à l’ambassadeur de France de quitter le pays. […] Lire la suite

8-23 décembre 2021 France – Algérie. Ouverture des archives judiciaires de la guerre d'Algérie.

Le 8, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian rencontre à Alger le président algérien Abdelmadjid Tebboune, deux mois après l’émergence d’une crise diplomatique entre les deux pays, consécutive aux propos du président Emmanuel Macron sur la « rente mémorielle » entretenue par l’Algérie aux dépens de la France. Le 10, la ministre de la Culture Roseline Bachelot, qui détient la tutelle sur les Archives nationales, annonce l’ouverture prochaine des archives judiciaires « en relation » avec la guerre d’Algérie, « avec quinze ans d’avance » sur le calendrier légal. […] Lire la suite

15-22 septembre 2021 France – Australie – États-Unis – Royaume-Uni. Changement d'alliance dans la zone indo-pacifique.

Le lendemain, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian justifiera cette mesure sans précédent en déclarant : « Il y a eu mensonge, il y a eu duplicité, il y a eu une rupture majeure de confiance, il y a eu mépris […]. » Le 20, la France obtient le soutien, sur ce dossier, de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, du président du Conseil européen Charles Michel et du haut-représentant de l’Union européenne (UE) pour les affaires étrangères Josep Borrell, lors de la réunion des chefs de la diplomatie de l’UE à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU. […] Lire la suite

15-28 août 2021 France – Afghanistan. Mise en place d'une opération d'évacuation de civils de Kaboul.

Le 27, la ministre de la Défense Florence Parly et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian annoncent la fin des opérations d’évacuation effectuées par Paris, en raison de la détérioration des « conditions de sécurité » sur l’aéroport, consécutive au « désengagement rapide des forces américaines ». « La France reste mobilisée pour permettre le départ de tous ceux qui doivent être protégés », ajoutent-ils. […] Lire la suite

9 septembre - 29 octobre 2020 France – États-Unis. Report du rachat de Tiffany par LVMH.

LVMH déclare s’être plié à la « demande » de reporter son acquisition à janvier 2021 que le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lui a adressée fin août. Celle-ci était justifiée par la décision américaine d’imposer des droits de douane sur certains produits français à compter de cette même date, en riposte à l’adoption par le Parlement français, en juillet 2019, d’une taxe sur les « GAFA » (Google, Apple, Facebook, Amazon). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume GARNIER, « DRIAN ADRIEN DÉSIRÉ ÉTIENNE dit (1885-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/drian/