DRIAN ADRIEN DÉSIRÉ ÉTIENNE dit (1885-1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dessinateur, graveur et décorateur, Drian est l'interprète talentueux de la mode Art déco dans ce qu'elle a de nerveux, d'éphémère. Venu à Paris vers 1898, Drian s'oriente bientôt vers l'illustration ; ses compositions, publiées dans L'Art et la mode, sont d'un style élaboré mais encore bien conventionnel. La description des robes et de leurs falbalas gomme la présence anatomique, et les femmes qu'il représente ressemblent à des poupées ou à des idoles sans personnalité, d'une beauté banale, sans réalité physique. Après quelques années de ces travaux assez fades et répétitifs, Drian accentue le caractère convulsif et crispé de son trait et, sans renoncer à l'illustration commerciale, parvient à élaborer un style dont la virtuosité, l'artifice acquièrent une séduction singulière. C'est autour de 1912 qu'il parvient à la maturité, et ses illustrations de mode pour la Vie heureuse et pour d'autres revues montrent des femmes frêles, revêtues de robes dont il évoque délicatement la texture, les froissements, le vaporeux. Ces femmes d'une incontestable élégance adoptent des poses contournées en contraposto, d'une sophistication inégalée.

Drian parvient magistralement à restituer les attitudes en suspens, à esquisser un geste, à donner le sens de l'éphémère. Sa technique, comme graveur, accentue cette impression de légèreté : il devient un maître très habile dans l'art de la gravure à la pointe sèche et à l'eau-forte. Son style s'approche de l'élégance d'Helleu, mais avec plus de nervosité, de tension. Ce style, si approprié à l'esthétique souple et anguleuse de la mode « moderne » des années 1910, vaut à Drian des commandes pour La Gazette du bon ton. Les vignettes qu'il compose en 1915 pour cette revue comptent parmi les chefs-d'œuvre du genre ; ses jeunes femmes élégantes sont saisies en train d'esquisser un geste, de se mouvoir, et la mise en pages de l'artiste accentue ce sentiment de mouvement, de déséquilibre en communiquant l'intensité d'une impression fugitive. Drian est à la foi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Guillaume GARNIER, « DRIAN ADRIEN DÉSIRÉ ÉTIENNE dit (1885-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/drian/