LESSING DORIS (1919-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Archétypes et individus

Si l'on excepte les premières œuvres, qui prennent pour cadre et sujet l'Afrique – notamment The Grass is Singing, où est retracée la lente désagrégation d'une femme soumise à de trop fortes tensions –, les romans de Doris Lessing s'orientent les uns vers un réalisme méticuleux, les autres vers le fantastique et l'exploration de l'imaginaire. À l'étude des êtres au niveau quotidien succède l'analyse de la folie et de ses divagations, à la description d'une ville sous ses aspects les plus familiers, celle d'un décor hallucinant, la même ville transposée dans le monde du cauchemar après qu'un gigantesque cataclysme l'a anéantie. Parfois, la même œuvre obéit aux deux inspirations : les thèmes de la névrose et de la folie sont déjà présents dans Le Carnet d'or, roman réaliste s'il en fut ; Les Enfants de la violence, qui débutent à la façon d'un document, s'achèvent sur une vision prophétique où le monde réel s'efface. La différence de ton entre les premiers et le dernier roman de cette série, dont la composition s'étale sur dix-sept ans, laisse au reste à penser qu'elle ne fut pas conçue comme un tout. L'ensemble constitue une vaste autobiographie psychologique dominée par le personnage d'une femme, Martha Quest, dont la quête se poursuit au fil des pages à travers les cinq livres. Témoignage sur l'adolescence, sur les problèmes de race et de classe (le changement d'une femme est habilement mêlé à celui d'une colonie), réflexion sur la condition féminine, les trois premiers tomes se lisent à divers niveaux, comme des tracts féministes, des pamphlets politiques ou un roman à épisodes. Par leur souci d'exactitude et de véracité, ils annoncent Le Carnet d'or et reflètent, eux aussi – même s'ils partent d'une expérience individuelle –, l'essentiel d'une époque : celle qui adora successivement Marx, Freud et Marcuse avant de passer de la lutte des classes à la guerre des sexes (cette guerre que mènent Martha et, dans Le Carnet d'or, Anna-Ella et Molly). C'est que les personnages de Doris Lessing sont exemplaires : « Vous pourriez leur donner des noms comme dans les moralités du Moyen Âge : M. Dogme et M. Je-suis-libre-parce-que-je-ne-suis-de-nulle-part, Mlle Où-sont-les-vrais-hommes et M. Où-sont-les-vraies-femmes, M. Je-fais-la-révolution-donc-je-suis... »

Archétypes en même temps qu'individus, ils ont pour fonction de relier le personnel au général. Ainsi, Doris Lessing résout-elle un problème dont son passé politique la rend particulièrement consciente : comment concilier le refus d'une subjectivité trop étroite et sa nécessité au niveau de l'écriture. Il faut reconnaître, dit-elle, que « rien n'est personnel », dans la mesure où rien, ni émotion, ni découverte, ne vous appartient en propre. Les thèmes et les héros qui figurent dans son œuvre sont donc représentatifs d'un moment de l'histoire. Personnage type : l'artiste, l'écrivain (Anna Wulf et Molly dans Le Carnet d'or), situation type : le blocage (celui d'Anna Wulf), qui proviendra bien sûr d'une sorte de fragmentation de l'être, une fois l'espoir de l'engagement déçu, d'un sentiment d'impuissance à assumer la disparité entre la petitesse de l'individu et la gravité des problèmes dans le monde. Les dépressions d'Anna et de Saul – son alter ego américain – sont celles qui affectent deux civilisations ; la confession névrotique de l'écrivain est aussi la mise à jour de la névrose de l'Occident. Cette désintégration de la société et de la conscience est reflétée par l'éclatement de la forme : « Le monde est un tel chaos que l'art y est absurde » ; ce que montre la structure complexe du Carnet d'or, roman dans un roman, éclairé par une série de carnets (le noir pour les souvenirs, le rouge pour la politique, le jaune pour la fiction et le bleu pour la sincérité, celui où Anna s'analyse). Le carnet ultime tente de réaliser une synthèse – « moi tout entière dans un seul carnet ». Les frontières s'y fondent, les êtres s'y rejoignent, toutes différences abolies ; au fond de sa dépression, Anna devient Saul qui devient Anna. Ce thème de la dépression comme moyen d'effacer les divisions mène bientôt à celui de la folie qui prédomine dans les romans suivants (Briefing for a Descent into Hell). Le fou est un visionnaire (théorie développée par R. D. Laing) ; il a accès à une part de lui-même où lui sont révélés des messages d'une importance vitale. C'est vers ce type de recherche que s'est tournée Doris Lessing dans son désir de lucidité, son besoin de comp [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LESSING DORIS (1919-2013)  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Maîtres et serviteurs »  : […] Beaucoup d'écrivains vont lui emboîter le pas. Souvent, les romanciers blancs s'attardent sur une enfance ou une adolescence passée à la ferme. Le récit se centre sur ces moments privilégiés de la vie, quand l'insertion sociale n'est pas achevée, lorsque la personne demeure capable de découverte, puisqu'elle n'est pas encore figée dans le personnage de l'adulte. L'endoctrinement n'a pas encore pro […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Au service de l'intelligence »  : […] Pendant que les jeunes hommes en colère évoquaient la réalité d'une Angleterre négligée par la littérature, d'autres écrivains, plus ouverts aux courants culturels et politiques venus de l'étranger, tentaient, comme le fit Huxley, d'exprimer le climat intellectuel de l'époque, tout en renouvelant la forme romanesque. La philosophie existentialiste du « regard » ainsi que les recherches formelles d […] Lire la suite

CIVEYRAC JEAN-PAUL (1964- )

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 870 mots
  •  • 1 média

Né le 24 décembre 1964 à Firminy (Loire), Jean-Paul Civeyrac va au cinéma dès son enfance. Il lit également des bandes dessinées et des romans d’aventures comme Bob Morane . Ses premiers chocs cinématographiques seront les deux palmes d’or du festival de Cannes 1979, Le Tambour (V. Schlöndorff) et Apocalypse Now (F. F. Coppola). Pendant ses études de philosophie à Lyon (1982-1986), il fréquente […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christine JORDIS, « LESSING DORIS - (1919-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/doris-lessing/