LESSING DORIS (1919-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre protéiforme

Son œuvre protéiforme compte une vingtaine de romans (dont deux séries de cinq volumes), de nombreux recueils de nouvelles, des pièces de théâtre, de multiples adaptations pour la télévision, sans compter une plaquette de poèmes et des essais divers. On a comparé cette construction ample et complexe à une cathédrale qu'il faudrait aborder par la nef centrale afin d'en mieux comprendre le sens ; cette nef n'est constituée ni par les romans de jeunesse, qui portent sur l'Afrique, ni par le cycle des nouvelles africaines, ni même par la série des « Martha », cinq romans qui représentent le propos le plus ambitieux de l'auteur, mais par Le Carnet d'or, ces six cents pages que la critique a saluées comme son chef-d'œuvre et qui lui valurent le prix Médicis étranger en 1976. Doris Lessing a dressé là, avec force détails et informations, la fresque brisée d'une époque, fresque qui se situe dans la tradition des romans réalistes européens du xixe siècle. C'est, au reste, de cette tradition que l'auteur se réclame : « À mes yeux, le point culminant de la littérature fut le roman du xixe siècle, l'œuvre de Tolstoï, Stendhal, Dostoïevski, Balzac, l'œuvre des grands réalistes... » Dans ce roman-témoignage, elle prend la mesure du monde en décrivant l'existence d'une femme. Là est, en effet, le but visé : atteindre l'universel à travers le particulier, rejoindre les problèmes que soulève le siècle en étudiant ceux qui se posent dans la vie quotidienne. La critique a vu en Doris Lessing une romancière de la féminitude – catégorie trop étroite que l'écrivain refuse ; car si au premier plan des romans figurent bien les préoccupations fondamentales d'une femme, c'est tout le climat intellectuel et moral d'un pays à une période donnée qui se trouve capté et analysé à travers elles. Doris Lessing a d'abord le « sens de l'histoire qui lie les personnages à leur temps ». C'est sans doute encore ce sens de l'histoire qui la poussa à se tourner vers d'autres thèmes, à explorer de nouvelles dimensions ; celles d'un futur cataclysmique, celles, encore mal définies, de l'esprit humain lorsqu'il est confronté à l'invisible.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LESSING DORIS (1919-2013)  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Maîtres et serviteurs »  : […] Beaucoup d'écrivains vont lui emboîter le pas. Souvent, les romanciers blancs s'attardent sur une enfance ou une adolescence passée à la ferme. Le récit se centre sur ces moments privilégiés de la vie, quand l'insertion sociale n'est pas achevée, lorsque la personne demeure capable de découverte, puisqu'elle n'est pas encore figée dans le personnage de l'adulte. L'endoctrinement n'a pas encore pro […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Au service de l'intelligence »  : […] Pendant que les jeunes hommes en colère évoquaient la réalité d'une Angleterre négligée par la littérature, d'autres écrivains, plus ouverts aux courants culturels et politiques venus de l'étranger, tentaient, comme le fit Huxley, d'exprimer le climat intellectuel de l'époque, tout en renouvelant la forme romanesque. La philosophie existentialiste du « regard » ainsi que les recherches formelles d […] Lire la suite

CIVEYRAC JEAN-PAUL (1964- )

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 870 mots
  •  • 1 média

Né le 24 décembre 1964 à Firminy (Loire), Jean-Paul Civeyrac va au cinéma dès son enfance. Il lit également des bandes dessinées et des romans d’aventures comme Bob Morane . Ses premiers chocs cinématographiques seront les deux palmes d’or du festival de Cannes 1979, Le Tambour (V. Schlöndorff) et Apocalypse Now (F. F. Coppola). Pendant ses études de philosophie à Lyon (1982-1986), il fréquente […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christine JORDIS, « LESSING DORIS - (1919-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/doris-lessing/