DONATISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un schisme de l'Église d'Afrique

Origines (305-321)

L'événement initial qui permit aux deux partis en présence de s'organiser fut une double élection épiscopale à la mort de l'évêque de Carthage, en 311-312. Élu en premier, Cécilien n'attendit pas l'arrivée des évêques de Numidie pour se faire consacrer, bien que cette fonction revînt à leur doyen. Ces évêques, au nombre de soixante-dix, déclarèrent son ordination nulle, conformément à la théologie africaine traditionnelle, parce que parmi ses consécrateurs se trouvait Félix d'Aptonge, qu'on accusait d'être un traditor, un apostat, c'est-à-dire d'avoir livré les Écritures aux persécuteurs. À sa place, ils élurent Majorin, un diacre qui ne partageait pas les réticences de Cécilien vis-à-vis des confesseurs de la foi et du culte des martyrs.

Cependant, dès la publication de l'édit de Milan (313), Cécilien fut reconnu comme l'évêque catholique de Carthage par l'administration impériale. Majorin mourut peu après et fut remplacé par Donat qui occupa le siège de Carthage pendant plus de trente ans et sut organiser la dissidence. Les débuts ne furent pas aisés. En octobre 313, le synode d'évêques gaulois, réclamé par les donatistes pour trancher le différend entre les deux évêques concurrents, condamna le parti de Donat ; en appel au Concile d'Arles de 314, la sentence fut identique. Lors d'un ultime recours auprès de la juridiction impériale cette fois (316), la justice prouva que l'accusation de traditio portée contre Félix d'Aptonge n'était qu'une diffamation, reposant sur des faux de fabrication donatiste, et qu'en revanche d'authentiques traditeurs se trouvaient parmi les consécrateurs de Majorin. Ainsi s'écroulait le fondement même de la querelle faite à Cécilien. Constantin traita toute l'affaire comme un procès en calomnie et punit sévèrement les donatistes par une loi (317) qui prescrivait la confiscation de leurs basiliques et l'exil des meneurs. Cependant, devant les désordres qui en résultèrent on renonça bientôt à sévir, avant de r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DONATISME  » est également traité dans :

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évêque d'Hippone »  : […] Cet amour de la vie contemplative, Augustin le sacrifia très vite, en répondant à l'appel populaire des chrétiens d'Hippone qui l'élirent pour aider leur évêque Valère, déjà âgé et qui, Grec d'origine, parlait assez mal le latin. Cinq ans plus tard, Augustin était nommé évêque coadjuteur avec promesse de succession ; en 395-396, il devenait le chef de l'Église d'Hippone et allait le rester jusqu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin/#i_1354

CARTHAGE

  • Écrit par 
  • Abdel Majid ENNABLI, 
  • Liliane ENNABLI, 
  • Gilbert-Charles PICARD
  • , Universalis
  •  • 9 848 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les faubourgs »  : […] À Bir el Knissia, « le puits de l'église », une église cimetériale à trois nefs a été fouillée en 1883 et en 1922, puis de nouveau en 1990. Sa situation près des ports pourrait la faire identifier comme la basilique de Saint-Agilée. À Bir Ftouha, une basilique et un baptistère semblent correspondre à l'ensemble martyrologique bâti sur le lieu du martyre de saint Cyprien. La basilique à sept nefs s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carthage/#i_1354

CIRCONCELLIONS

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 499 mots

Terme désignant les bandes qui parcouraient les campagnes africaines au iv e  siècle et dont le sens probable est « ceux qui rôdent autour des greniers ». Adhérents de la secte schismatique des donatistes, les circoncellions résistaient par la force aux autorités favorables à l'Église catholique. L'inscription du « moissonneur de Mactar » nous apprend que des paysans libres se constituaient en équ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circoncellions/#i_1354

MAXIMIANISTES

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 185 mots

Membres d'un groupe schismatique de l'hérésie donatiste, les maximianistes sont adeptes de Maximien, un diacre disciple de Donat, qui représentait les donatistes « orthodoxes » des cités romano-puniques et de la côte tunisienne, tandis que son adversaire, Primien, évêque donatiste de Carthage, était le chef des Numidiens. Primien essaya d'inciter les « anciens » de son Église à porter plainte cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximianistes/#i_1354

SECTES

  • Écrit par 
  • Louis HOURMANT, 
  • Jean SÉGUY
  •  • 9 487 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sectes médiévales »  : […] Dans le christianisme apparurent très vite des protestations du type sectaire. Néanmoins, elles se rapprochent d'autant plus du type sectaire décrit par Troeltsch que l'on s'éloigne des origines chrétiennes. Le marcionisme, le montanisme, le novatianisme, le donatisme, qui sont les quatre dissidences protestataires les plus connues des premiers siècles, appartiennent nettement au type Église, fût […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sectes/#i_1354

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « DONATISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/donatisme/