DOMINIQUE-VIVANT DENON. L'ŒIL DE NAPOLÉON (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En consacrant une exposition à Denon, le Louvre rendait hommage à son « grand homme », à celui qui fut le premier directeur des Musées. Pierre Rosenberg, directeur du musée du Louvre et organisateur de cette manifestation, ne s'est pas limité à l'action du haut fonctionnaire sous le Consulat et l'Empire mais entendait, avec les 634 œuvres présentées, éclairer les différentes facettes de la personnalité de Denon. L'exposition était donc organisée en trois sections, l'une dévolue à la collection de Denon, une autre à celui qui fut écrivain, dessinateur, graveur, voyageur, et la partie la plus importante était consacrée à l'administrateur.

Denon (1747-1825) est un homme complexe. Il fut un touche-à-tout, un courtisan génial, un opportuniste qui sut tirer parti des bouleversements politiques, d'un Ancien Régime finissant à la Révolution, du Directoire à l'Empire.

À seize ans, il quitte sa ville natale, Chalon-sur-Saône, pour étudier les beaux-arts à Paris. Il s'immisce à la cour et obtient une charge de gentilhomme ordinaire du roi. La comédie étant à la mode, il donne en 1764 une pièce de théâtre, Julie, ou le Bon Père, puis écrit un conte libertin, Point de lendemain (1777). Il s'adonne également à la gravure à l'eau-forte, ce qui lui permet d'entrer à l'Académie en 1787. L'art de la gravure sert son ambition. Ce fut aussi la passion de toute une vie. Devenu directeur des Musées, il cherche à développer la lithographie, pour donner une histoire de l'art par l'image.

Dès 1773, Denon s'essaye à la diplomatie. Sans grand succès, mais cette activité lui permet de voyager et de satisfaire son insatiable curiosité. Une première mission l'envoie à Saint-Pétersbourg d'où il est expulsé, une autre à Naples qu'il est obligé de quitter après un séjour de sept ans. De Naples, il rapporte une collection de vases dits étrusques qu'il vend au roi Louis XVI. Il repart, cette fois-ci en amateur, pour l'Italie où il visite monuments et galeries. À la fin de 1793, Denon rentre à Paris où il est un protégé du peintre David. Sous le Directoire, il évol [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur, H.D.R. du C.N.R.S. au laboratoire de recherche en histoire de l'art du Centre André Chastel

Classification

Pour citer l’article

Marie-Claude CHAUDONNERET, « DOMINIQUE-VIVANT DENON. L'ŒIL DE NAPOLÉON (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-vivant-denon-l-oeil-de-napoleon/