BAUDIS DOMINIQUE (1947-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les missions nationales

En 2000, alors qu’il envisage de ne pas se représenter à la mairie de Toulouse, Dominique Baudis accepte la présidence du comité éditorial du Figaro. L’année suivante, le président de la République Jacques Chirac lui propose de prendre la tête du Conseil supérieur de l’audiovisuel (C.S.A.). Cette mission l’oblige à démissionner de tous ses mandats électifs. Alors qu’il occupe ce poste, Dominique Baudis est victime, en 2003, d’une campagne de diffamation, dans le cadre d’une affaire liée au tueur en série Patrice Allègre. Ses calomniateurs seront condamnés des années plus tard, mais Dominique Baudis restera meurtri d’avoir eu à se défendre publiquement contre des accusations sordides émanant de prostituées.

Après qu’il a quitté ses fonctions de président du C.S.A. en janvier 2007, sa bonne connaissance du Proche-Orient lui permet d’être élu, le mois suivant, à la présidence de l'Institut du monde arabe. N’ayant toutefois pas renoncé à la politique, Dominique Baudis prend la tête de la liste de l’Union pour un mouvement populaire (U.M.P.) dans la circonscription Sud-Ouest pour les élections européennes de 2009. Sa liste arrive en tête et il est élu en même temps que trois de ses colistiers. Membre de la délégation pour les relations avec l’Égypte, la Jordanie, le Liban et la Syrie, il est élu vice-président de la commission des Affaires étrangères du Parlement européen. En 2010, il est également nommé président de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité.

En 2011, il est nommé défenseur des droits par le président de la République, Nicolas Sarkozy, ce qui l’amène une seconde fois à démissionner de tous ses mandats. Le défenseur des droits, autorité administrative indépendante inscrite dans la Constitution en 2008, doit veiller à la protection des droits de l’enfant, à la déontologie dans le domaine de la sécurité, et lutter contre les discriminations. Il est le premier à occuper ce poste. Alors qu’il est toujours en fonction, il est emporté par la maladie le 10 avril 2014. Un hommage national, présidé par le chef de l’État, François Hollande, lui est rendu le 15 avril à l’Hôtel national des Invalides à Paris.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAUDIS DOMINIQUE (1947-2014)  » est également traité dans :

DÉFENSEUR DES DROITS, France

  • Écrit par 
  • Tatiana GRÜNDLER
  •  • 1 806 mots
  •  • 3 médias

Le Défenseur des droits est une institution introduite dans la Constitution de la V e  République en 2008. Il a pour fonctions de défendre les droits et les libertés des individus, et de promouvoir l’égalité. L’expression « Défenseur des droits » désigne aussi bien l’institution que la personne qui la préside. Le mandat a été successivement occupé par Dominique Baudis (2011-2014) et Jacques Toubo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Blaise MAGNIN, « BAUDIS DOMINIQUE - (1947-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-baudis/