DÔME DE THARSIS, Mars

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dynamique interne et mouvement des pôles

La dynamique interne d’une planète entraîne des redistributions de masse et a pour conséquence de modifier le moment d’inertie de la planète (c’est-à-dire sa résistance aux mouvements de rotation). Ce dernier est caractérisé par trois axes principaux orthogonaux. Sous l’effet de la rotation, les planètes s’aplatissent, ce qui se traduit par un rayon polaire plus petit que le rayon équatorial. La forme d’équilibre correspond à un bourrelet équatorial perpendiculaire à l’axe de rotation et à l’axe principal du moment d’inertie aligné avec l’axe de rotation. Lors de mouvements de masse à l’intérieur d’une planète, l’axe principal du moment d’inertie se trouve décalé par rapport à l’axe de rotation. Ce décalage entraîne une réorientation de la planète et un réajustement de sa forme afin de permettre un réalignement. Dans un référentiel lié à la planète, cela se traduit par un déplacement du pôle de rotation, phénomène appelé « dérive vraie du pôle » (true polar wander en anglais). Vu d’un référentiel extérieur à la planète, par exemple un référentiel héliocentrique, l’axe de la planète reste fixe et c’est la planète que l’on voit bouger par rapport à son axe de rotation.

Sur Terre, la dérive de la position des pôles géographiques est observée grâce aux données paléomagnétiques qui renseignent sur la position du pôle magnétique au cours des temps géologiques. En raison de la tectonique des plaques, qui est caractérisée par un mouvement des plaques lithosphériques (composées de la croûte et d’une partie supérieure du manteau) par rapport au manteau, on distingue deux types de dérives : la dérive apparente, qui correspond à la dérive des pôles par rapport à la croûte ; la dérive vraie, qui correspond à la dérive des pôles par rapport au manteau. Sur Mars, qui est constitué comme la Terre de trois enveloppes principales (croûte, manteau, noyau), il n’existe a priori aucun découplage entre la croûte et le manteau, l’intérieur rocheux tournant dans son ensemble. La dérive par rapport à la croûte et au manteau est donc la même. Toutes les sources de perturbation qui entraînent une redistribution de masse au sein de la planète peuvent être à l’origine de cette dérive du pôle. Le développement de panaches chauds dans le manteau, la subduction des plaques tectoniques dans le cas particulier de la Terre, la formation de grands édifices volcaniques comme le dôme de Tharsis sur Mars, peuvent ainsi créer d’importantes anomalies de masse dans le manteau et à la surface impliquant une perturbation du moment d’inertie et, en réaction, une dérive des pôles.

Un impact géant, en perturbant la distribution de masse de la planète, peut également être à l’origine d’une dérive des pôles, mais sa principale conséquence sera d’induire un basculement de l’astre dans son ensemble. Dans ce type de mouvement, l’obliquité de la planète, qui correspond à l’inclinaison de l’axe de rotation de la planète par rapport à son plan orbital autour du Soleil, se trouve modifiée alors que, lors d’une dérive vraie, l’obliquité reste inchangée. L’obliquité de Mars est actuellement de 25,19 degrés, proche de celle de la Terre, mais elle varie assez fortement sur des échelles de temps de l’ordre de 100 000 à 1 million d’années en raison des interactions gravitationnelles avec les autres planètes du système solaire. La dérive vraie de l’axe de rotation par réajustement des masses internes s’effectue sur des échelles de temps plus longues, de l’ordre de quelques dizaines à quelques centaines de millions d’années, cette durée étant contrôlée par la vitesse à laquelle la planète peut réajuster sa forme afin d’obtenir un bourrelet équatorial perpendiculaire à son axe de rotation.

Basculement sur Mars

Dessin : Basculement sur Mars

Ce schéma explique les mouvements qui ont eu lieu sur la planète Mars il y a environ 3,7 milliards d’années. Lorsqu’une planète tourne sur elle-même, il se produit un aplatissement au niveau des pôles et un élargissement au niveau de l’équateur (en 1). C’est la mise en place de... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : chargé de recherche de première classe au CNRS, planétologue

Classification

Autres références

«  DÔME DE THARSIS, Mars  » est également traité dans :

MARS, planète

  • Écrit par 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Olivier de GOURSAC, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 18 427 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Tectonique et évolution structurale »  : […] Le dôme de Tharsis a joué un rôle majeur dans l'évolution géologique de Mars. Non seulement il supporte les plus grands volcans de la planète, mais il est aussi entouré par un grand système de failles orientées radialement par rapport à son centre. Ces failles affectent presque entièrement un hémisphère : certaines d'entre elles s'étendent jusqu'à 4 000 kilomètres du centre du dôme. Dans l'ensemb […] Lire la suite

MISSIONS MARTIENNES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier de GOURSAC
  •  • 838 mots
  •  • 2 médias

1965 Lancée le 28 novembre 1964, la sonde américaine Mariner-4 passe le 15 juillet 1965 à 9 780 kilomètres de la surface de Mars ; elle transmet 21 images, qui révèlent pour la première fois des détails de cette surface. 1969 Lancée le 25 février 1969, la sonde américaine Mariner-6 passe le 31 juillet 1969 à 3 330 kilomètres de la surface de Mars ; elle transmet 75 images et étudie la structure […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel TOBIE, « DÔME DE THARSIS, Mars », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dome-de-tharsis-mars/