DOMAINE MUSICAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La politique du Domaine musical sous la direction de Boulez

À propos du Domaine musical et de son directeur Boulez, on a souvent parlé de « politique d'épuration ». Dans une lettre à Suzanne Tézenas datée du 16 mars 1967, il écrit : « La première chose à faire serait de liquider tous les Auric, Le Roux et autre Bruck ; qui aura le courage de les remplacer par des administrateurs énergiques et compétents ? » Ces déclarations intempestives pourraient donner raison à ses détracteurs. Mais ne faut-il pas aussi y lire la volonté clairement affirmée d'un homme libre qui opère de véritables choix et qui impose ses orientations esthétiques ?

Pierre Boulez.

Pierre Boulez.

Photographie

Compositeur marquant du XXe siècle, Pierre Boulez fut aussi un remarquable directeur d'orchestre. Sa lecture analytique de Mahler, Debussy, Berg ou Stravinski modifia profondément notre compréhension de leurs œuvres. 

Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

Afficher

Si, au long des saisons, Boulez affirma la nécessité de donner au plus grand nombre de jeunes compositeurs la possibilité de faire connaître leurs œuvres, il opéra néanmoins une sélection drastique, se montrant d'une extrême sévérité pour toute forme de laxisme intellectuel et vitupérant régulièrement contre « le libertinage envers la matière musicale » (Penser la musique aujourd'hui). Il s'expliquera très clairement et justifiera toutes ses orientations, tous ses choix dans les programmes du Domaine musical.

Qui était admis, qui était rejeté ? Étaient exclus d'office les compositeurs qui n'étaient pas passés par le sérialisme intégral ou généralisé. Étaient également évincés ceux qui éprouvaient le moindre attachement à une quelconque survivance du système tonal. Étaient rejetés également tous les compositeurs qui utilisaient des accords classés ; parmi eux, Chostakovitch et de nombreux compositeurs américains, à l'exception d'Earle Brown ; Boulez fit une exception pour Igor Stravinski, dont il accepta Agon, une pièce qui présentait une matière musicale classique avec néanmoins des incursions dans le sérialisme. C'est pour toutes ces raisons que des compositeurs comme Maurice Ohana ou Henri Dutilleux n'ont jamais été joués au Domaine musical. Pour ces mêmes raisons, il lui est arrivé d'accepter certaines œuvres d'un compositeur et d'en refuser [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  DOMAINE MUSICAL  » est également traité dans :

AMY GILBERT (1936- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 717 mots

Dans la génération suivant celle de Pierre Boulez, Gilbert Amy fut le premier compositeur français à s'imposer. C'était à la fin des années 1950, à la grande époque du Domaine musical, cette époque qui connut d'ardentes discussions et de vives querelles autour du sérialisme, de la notion même d'œuvre, de celle d'inachèvement... Gilbert Amy, qui a presque toujours composé « avec des notes », selon […] Lire la suite

BARRAQUÉ JEAN (1928-1973)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 2 035 mots

Dans le chapitre « Barraqué-Broch »  : […] De 1955 date la rencontre de Barraqué avec le roman philosophique de l'écrivain autrichien Hermann Broch La Mort de Virgile , que lui fait connaître Michel Foucault, avec qui il entretient une liaison. Dès l'année suivante, Barraqué, fasciné par cette méditation sur la mort, sur l'éthique et sur l'art, rédige un plan général pour La Mort de Virgile , dont la réalisation va l'occuper le restant de […] Lire la suite

BARRAULT JEAN-LOUIS (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'incarnation même du théâtre »  : […] Jean-Louis Barrault entre en théâtre à vingt ans, après avoir été l'élève de Charles Dullin, dont il apprend beaucoup, et rencontré au théâtre de l'Atelier le grand mime Étienne Decroux dont les leçons font épanouir en lui un art inné de la pantomime, qui lui donne une place particulière parmi les comédiens de son temps. Il en témoigne dès sa première mise en scène au théâtre de l'Atelier en 193 […] Lire la suite

BOULEZ PIERRE

  • Écrit par 
  • Michel FANO
  •  • 4 053 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'analyste, le pédagogue et le théoricien »  : […] La contestation de Pierre Boulez (né le 26 mars 1925 à Montbrison, dans la Loire) se porte immédiatement sur l'enseignement qu'il reçoit : la découverte de l'école de Vienne (Arnold Schönberg, Alban Berg, Anton von Webern) n'est alors ressentie que comme un point de départ ; le cours d'analyse d'Olivier Messiaen comme une plate-forme de lancement des fusées à venir. Les premières ( Le Soleil des e […] Lire la suite

BOULEZ PIERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 143 mots

26 mars 1925 Pierre Boulez naît à Montbrison (Loire). 1946 Boulez est nommé directeur de la musique de scène de la Compagnie Renaud-Barrault (il conservera ce poste jusqu'en 1955). Il compose la Première Sonate pour piano , la Sonatine , pour flûte et piano (commande de Jean-Pierre Rampal), et entame la composition du Visage nuptial , pour soprano, contralto, chœur de femmes et grand orchestre, su […] Lire la suite

MESSIAEN OLIVIER

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 052 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Créateur et pédagogue »  : […] Olivier Messiaen, né le 10 décembre 1908 à Avignon, a fait ses études musicales au Conservatoire national de musique de Paris. À partir de 1931, il est titulaire du grand orgue de l'église de la Trinité à Paris, où ses improvisations sont vite célèbres. En 1936, il fait partie du groupe «  Jeune France », avec Yves Baudrier, André Jolivet et Daniel-Lesur. Prisonnier de 1940 à 1942, il est rapatrié […] Lire la suite

MESSIAEN OLIVIER - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 996 mots

10 décembre 1908 Olivier Eugène Prosper Charles Messiaen naît en Avignon ; sa mère est la poétesse Cécile Sauvage, auteur de L'Âme en bourgeon . Septembre 1931 Messiaen est nommé organiste titulaire du grand orgue Cavaillé-Coll de l'église de La Trinité, à Paris, poste qu'il conservera jusqu'à la fin de sa vie. 19 février 1931 Les Offrandes oubliées , méditation symphonique, pour orchestre, son […] Lire la suite

SOLFÈGE

  • Écrit par 
  • Robert SIOHAN
  •  • 2 553 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution du monde sonore »  : […] L'évolution du monde musical, de la fin du xix e  siècle à nos jours, est un phénomène considérable, qui va curieusement de pair avec l'évolution des sciences. L'une comme l'autre répondent à une soif de renouveau et, pour les arts, à une recherche d'expérimentation touchant les moyens d'expression. Tout commence avec Claude Debussy, non pas que le génial auteur du Prélude , de Pelléas , de La Me […] Lire la suite

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « DOMAINE MUSICAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/domaine-musical/