DOMAINE MUSICAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La naissance du Domaine musical

En dépit du franc succès de la première saison – le 10 avril 1954, au quatrième concert, les Cinq Pièces pour orchestre opus 10 de Webern, dont c'est la première audition en France, connaissent un succès tel qu'elles doivent être bissées –, Barrault et Simone Volterra font part à Boulez de l'impossibilité de continuer par manque de moyens. Boulez demande une subvention à la direction générale des beaux-arts, mais le projet est considéré comme trop avant-gardiste et la subvention est refusée. C'est alors que l'écrivain Pierre Souvtchinsky, ami de Boulez, apprend que Suzanne Tézenas, qui a une grande expérience de la recherche de mécénat dans le domaine de la peinture et de la littérature ainsi que de nombreuses connaissances dans les milieux de la haute bourgeoisie d'affaires, de l'aristocratie et de l'intelligentsia parisienne, s'intéresse à ce projet. Afin de pouvoir recueillir des fonds privés, il faut créer une association selon la loi de 1901. Suzanne Tézenas dépose les statuts de cette association en 1954 et en prend la présidence. Souvtchinsky suggère le nom d'Association des concerts du domaine musical, tiré d'un de ses ouvrages, publié en 1953 au P.U.F. sous le titre Musique russe, et dont le titre original, refusé par l'éditeur, était Domaine de la musique russe. La Compagnie Renaud-Barrault et Simone Volterra acceptent de prêter à nouveau le Petit Marigny et une campagne d'abonnements est lancée sur la base d'un programme de six concerts. Le premier, prévu le 12 février 1955 est, par manque de moyens, repoussé au 4 mai. Si le public ne souscrit pas massivement aux abonnements, il se presse néanmoins aux concerts ; pour le concert du 6 mars 1956, deux cents à trois cents personnes ne purent trouver de place. Malgré cela, l'association, qui ne reçut que peu de subventions de l'État (20 000 francs en 1966, 120 000 francs en 1970, 190 000 francs en 1973), sera pratiquement toujours déficitaire durant ses dix-neuf années d'existence.

La nécessité d'une salle plus grande va pousser le Domaine musical à s'installer en 1957 à la sal [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  DOMAINE MUSICAL  » est également traité dans :

AMY GILBERT (1936- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 717 mots

Dans la génération suivant celle de Pierre Boulez, Gilbert Amy fut le premier compositeur français à s'imposer. C'était à la fin des années 1950, à la grande époque du Domaine musical, cette époque qui connut d'ardentes discussions et de vives querelles autour du sérialisme, de la notion même d'œuvre, de celle d'inachèvement... Gilbert Amy, qui a presque toujours composé « avec des notes », selon […] Lire la suite

BARRAQUÉ JEAN (1928-1973)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 2 035 mots

Dans le chapitre « Barraqué-Broch »  : […] De 1955 date la rencontre de Barraqué avec le roman philosophique de l'écrivain autrichien Hermann Broch La Mort de Virgile , que lui fait connaître Michel Foucault, avec qui il entretient une liaison. Dès l'année suivante, Barraqué, fasciné par cette méditation sur la mort, sur l'éthique et sur l'art, rédige un plan général pour La Mort de Virgile , dont la réalisation va l'occuper le restant de […] Lire la suite

BARRAULT JEAN-LOUIS (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'incarnation même du théâtre »  : […] Jean-Louis Barrault entre en théâtre à vingt ans, après avoir été l'élève de Charles Dullin, dont il apprend beaucoup, et rencontré au théâtre de l'Atelier le grand mime Étienne Decroux dont les leçons font épanouir en lui un art inné de la pantomime, qui lui donne une place particulière parmi les comédiens de son temps. Il en témoigne dès sa première mise en scène au théâtre de l'Atelier en 193 […] Lire la suite

BOULEZ PIERRE

  • Écrit par 
  • Michel FANO
  •  • 4 053 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'analyste, le pédagogue et le théoricien »  : […] La contestation de Pierre Boulez (né le 26 mars 1925 à Montbrison, dans la Loire) se porte immédiatement sur l'enseignement qu'il reçoit : la découverte de l'école de Vienne (Arnold Schönberg, Alban Berg, Anton von Webern) n'est alors ressentie que comme un point de départ ; le cours d'analyse d'Olivier Messiaen comme une plate-forme de lancement des fusées à venir. Les premières ( Le Soleil des e […] Lire la suite

BOULEZ PIERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 143 mots

26 mars 1925 Pierre Boulez naît à Montbrison (Loire). 1946 Boulez est nommé directeur de la musique de scène de la Compagnie Renaud-Barrault (il conservera ce poste jusqu'en 1955). Il compose la Première Sonate pour piano , la Sonatine , pour flûte et piano (commande de Jean-Pierre Rampal), et entame la composition du Visage nuptial , pour soprano, contralto, chœur de femmes et grand orchestre, su […] Lire la suite

MESSIAEN OLIVIER

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 052 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Créateur et pédagogue »  : […] Olivier Messiaen, né le 10 décembre 1908 à Avignon, a fait ses études musicales au Conservatoire national de musique de Paris. À partir de 1931, il est titulaire du grand orgue de l'église de la Trinité à Paris, où ses improvisations sont vite célèbres. En 1936, il fait partie du groupe «  Jeune France », avec Yves Baudrier, André Jolivet et Daniel-Lesur. Prisonnier de 1940 à 1942, il est rapatrié […] Lire la suite

MESSIAEN OLIVIER - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 996 mots

10 décembre 1908 Olivier Eugène Prosper Charles Messiaen naît en Avignon ; sa mère est la poétesse Cécile Sauvage, auteur de L'Âme en bourgeon . Septembre 1931 Messiaen est nommé organiste titulaire du grand orgue Cavaillé-Coll de l'église de La Trinité, à Paris, poste qu'il conservera jusqu'à la fin de sa vie. 19 février 1931 Les Offrandes oubliées , méditation symphonique, pour orchestre, son […] Lire la suite

SOLFÈGE

  • Écrit par 
  • Robert SIOHAN
  •  • 2 553 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution du monde sonore »  : […] L'évolution du monde musical, de la fin du xix e  siècle à nos jours, est un phénomène considérable, qui va curieusement de pair avec l'évolution des sciences. L'une comme l'autre répondent à une soif de renouveau et, pour les arts, à une recherche d'expérimentation touchant les moyens d'expression. Tout commence avec Claude Debussy, non pas que le génial auteur du Prélude , de Pelléas , de La Me […] Lire la suite

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « DOMAINE MUSICAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/domaine-musical/