DOM JUAN, MolièreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un texte mythique

Avant Molière, Tirso de Molina en Espagne (L'Abuseur de Séville, 1630) avait créé le mythe de Don Juan en utilisant une série de légendes populaires pour prouver que la Providence divine, pourtant largement disponible, ne pouvait être pervertie ni convoquée in extremis par un jeune homme trop confiant en son merveilleux pouvoir. En Italie, les acteurs de la commedia dell'arte s'en étaient emparés. Enfin en France, dès 1659 chez Dorimond (Le Festin de pierre, ou le Fils criminel) et Villiers (Le Festin de pierre, ou le Fils criminel, 1660), Don Juan était devenu le type du jeune homme libertin ne croyant ni en Dieu, ni au Diable, ni au pouvoir du Père. Molière connaît tout cela lorsqu'il écrit cette pièce. Sa comédie, dont on pense qu'elle fut vite écrite, reprendra donc tous ces éléments pour les mettre au service du libertinage philosophique.

L'édition de 1682, la première, sera copieusement « cartonnée », c'est-à-dire censurée par le lieutenant-général de police (une grande partie de la scène du pauvre disparaît, entre autres coupures). On a donc collé de nouvelles pages contenant les remaniements nécessaires à la place du texte de 1682, jugé trop dangereux. La seule édition à peu près fiable, mais qui ne peut tenir compte des censures faites dès 1665, est celle qui fut imprimée à Amsterdam, en 1683. Mais cette édition, deux fois réimprimée (en 1694 et 1699) est vite oubliée, si bien qu'on reproduit ensuite l'édition de 1682, « cartonnée ». Seuls restent, chez quelques collectionneurs, de rares versions du texte de 1682 avant le cartonnage, et quelques éditions d'Amsterdam. Ce n'est qu'en 1813 qu'on imprimera enfin le texte complet de 1682 en prenant soin, cette fois, de citer les passages « cartonnés » (retour de la scène du pauvre), en 1819 qu'on retrouvera l'édition d'Amsterdam, et en 1841 qu'on jouera la pièce de 1682 avec les passages censurés, à l'Odéon. Entre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  DOM JUAN, Molière  » est également traité dans :

DOM JUAN (mise en scène B. Jaques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 003 mots

À travers sa mise en scène d'Elvire Jouvet 40, d'après les carnets de travail de Louis Jouvet, Brigitte Jaques s'était intéressée au Dom Juan de Molière, aux rôles et à la manière de les dire. Cette fois, sans abandonner le travail de l'acte […] Lire la suite

LE MALADE IMAGINAIRE, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 712 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Masques et contre-masques »  : […] Si les circonstances ont fait du Malade imaginaire l’ultime pièce de Molière, on ne saurait pour autant la tenir pour une œuvre-testament, notion romantique assez éloignée de l’esprit du xvii e  siècle en général, et de celui de l’auteur en particulier. Il reste qu’on retrouve ici la plupart des thèmes, des ressorts dramaturgiques et des procédés comiques qui ont assuré le succès de Molière aupr […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Tartuffe » et « Dom Juan » »  : […] Plus encore que les comédiens de l'Hôtel de Bourgogne, le parti dévot semblait à Molière l'ennemi à combattre. Non pas simplement pour des motifs personnels. Mais puisqu'il concevait maintenant la comédie comme un tableau satirique de son temps, nul type moderne ne lui paraissait plus digne d'être porté à la scène que le dévot, nul danger pour la paix des esprits ne lui paraissait plus grave que l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan-moliere/