DOM JUAN, MolièreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une comédie qui sent le soufre

Tragi-comédie en cinq actes et en prose, comédie de cape et d'épée, comédie burlesque, parcours dans une île (la Sicile), Dom Juan représente l'histoire d'un fuyard et d'un séducteur qui ne croit rien sinon que « deux et deux font quatre ». « Grand seigneur méchant homme », ce jeune homme à peine marié transgresse le sacrement qu'il vient de recevoir pour fuir Elvire, sa femme, et courir d'autres fortunes, en mer. Lui et son valet Sganarelle essuient une tempête et sont sauvés par un paysan (Pierrot), ridicule, mais fiancé. Dom Juan en profitera pour séduire sa promise et l'amie de sa promise en leur promettant le mariage. Toujours sur les chemins, il donnera une leçon de libertinage et d'humanité à un pauvre ermite, sauvera par les armes les frères d'Elvire attaqués par des brigands et venus se venger de lui, profitera de ce geste aristocratique pour leur échapper, reviendra chez lui en passant par le monument du Commandeur, qu'il a tué quelque temps avant, ne s'étonnera pas que la statue se meuve, enfin, dans son palais, ridiculisera un bourgeois débiteur (Monsieur Dimanche) et un père excédé (Dom Louis). Pressé de toutes parts, il ne lui restera que l'hypocrisie et l'imposture qui étaient celles de Tartuffe pour résister à la vengeance des frères d'Elvire et refuser le duel, convaincre Dom Louis de sa subite conversion, et enfin se donner une image de dévot. Elvire, venue le convaincre de se racheter serait bien une proie possible, mais elle résiste en fuyant à son tour pour rentrer dans son couvent. La grande question qui occupe Dom Juan, c'est le sacré, la statue qui vient dîner et qui l'invite. Il se rend au festin promis, serre la main du Commandeur et disparaît dans les « dessous » du théâtre, dans un grand bruit spectaculaire : voilà bien de quoi réclamer des gages au public, ce dont Sganarelle s'acquittera à merveille, d'autant que Molière, chef de troupe, interprète le rôle... Car Sga [...]

autre :

 

Crédits :

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  DOM JUAN, Molière  » est également traité dans :

DOM JUAN (mise en scène B. Jaques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 003 mots

À travers sa mise en scène d'Elvire Jouvet 40, d'après les carnets de travail de Louis Jouvet, Brigitte Jaques s'était intéressée au Dom Juan de Molière, aux rôles et à la manière de les dire. Cette fois, sans abandonner le travail de l'acte […] Lire la suite

LE MALADE IMAGINAIRE, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 712 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Masques et contre-masques »  : […] Si les circonstances ont fait du Malade imaginaire l’ultime pièce de Molière, on ne saurait pour autant la tenir pour une œuvre-testament, notion romantique assez éloignée de l’esprit du xvii e  siècle en général, et de celui de l’auteur en particulier. Il reste qu’on retrouve ici la plupart des thèmes, des ressorts dramaturgiques et des procédés comiques qui ont assuré le succès de Molière aupr […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Tartuffe » et « Dom Juan » »  : […] Plus encore que les comédiens de l'Hôtel de Bourgogne, le parti dévot semblait à Molière l'ennemi à combattre. Non pas simplement pour des motifs personnels. Mais puisqu'il concevait maintenant la comédie comme un tableau satirique de son temps, nul type moderne ne lui paraissait plus digne d'être porté à la scène que le dévot, nul danger pour la paix des esprits ne lui paraissait plus grave que l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan-moliere/