DOCODONTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Adaptation et hypothèse sur les mécanismes morphogénétiques

D’évidence, ces acquis adaptatifs ont joué un rôle important pour le succès des mammifères dans les divers milieux après l’extinction des dinosaures à la fin du Crétacé, il y a quelque 65 Ma. Les auteurs de ces découvertes et d’autres scientifiques poussent plus loin l’analyse. Ils constatent qu’il existe chez ces animaux, au niveau de la colonne vertébrale, une « frontière » marquée entre les régions thoracique et lombaire. Se fondant sur ce que l’on connaît des modalités de développement qui, chez les mammifères actuels, permettent une telle différenciation, ces chercheurs envisagent que les gènes responsables de ce phénomène (gènes homéotiques BMP et GDF-5) étaient présents dès le Jurassique chez ces mammifères primitifs pour participer à la différenciation de ces deux régions de la colonne vertébrale. Autrement dit, les mécanismes de développement qui modulent la construction du squelette chez les mammifères modernes étaient actifs dès le Jurassique.

Ainsi, contrairement à l’idée reçue qui a longtemps prévalu et qui clamait que les mammifères les plus anciens étaient peu différenciés et ressemblaient tous plus ou moins à des musaraignes, on prend aujourd’hui toute la mesure de la diversité des aptitudes écologiques des docodontes, animaux pouvant vivre soit dans les arbres (se nourrissant d’écorces, de fruits et d’insectes), soit dans les rivières (régime piscivore) ou encore dans des terriers (s’alimentant de larves et d’insectes). Et il ne faut pas oublier Volaticotherium, triconodonte volant, Repenomamus, autre triconodonte carnivore et de la taille d’un blaireau, et tout le cortège des nombreux multituberculés qui, eux, évoquent les rongeurs actuels et qui occupaient des niches écologiques similaires à cette époque jurassique.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Castorocauda lutrasimilis

Castorocauda lutrasimilis
Crédits : Dr. Zhe-Xi Luo, University of Chicago

photographie

Docodontes du Jurassique dans leur milieu

Docodontes du Jurassique dans leur milieu
Crédits : April Isch Neander

photographie

Docofossor brachydactylus

Docofossor brachydactylus
Crédits : Dr. Zhe-Xi Luo, University of Chicago

photographie

Agilodocodon scansorius

Agilodocodon scansorius
Crédits : Dr. Zhe-Xi Luo, University of Chicago

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DOCODONTES  » est également traité dans :

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  Problèmes définitionnels »  : […] L'apparition progressive du « patron structural » des Mammifères au sein de la lignée reptilienne Synapside rend difficile l'estimation d'une « frontière » entre animaux de grade reptilien et Mammifères. Ce problème est lié au caractère paraphylétique du taxon Reptiles (cf. reptiles ). D'où les diverses tentatives de définition du clade « Mammifères », tentatives qui donnent une bonne illustration […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis HARTENBERGER, « DOCODONTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/docodontes/