DOCODONTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Castorocauda lutrasimilis

Castorocauda lutrasimilis
Crédits : Dr. Zhe-Xi Luo, University of Chicago

photographie

Docodontes du Jurassique dans leur milieu

Docodontes du Jurassique dans leur milieu
Crédits : April Isch Neander

photographie

Docofossor brachydactylus

Docofossor brachydactylus
Crédits : Dr. Zhe-Xi Luo, University of Chicago

photographie

Agilodocodon scansorius

Agilodocodon scansorius
Crédits : Dr. Zhe-Xi Luo, University of Chicago

photographie


D’autres docodontes fouisseurs et arboricoles

En 2015, deux nouveaux types de docodontes ont été mis au jour dans les couches du Jurassique de Chine (formation Tiaojishan datée de 160 Ma), dans un gisement de la province du Hebei (au nord de celle du Liaoning). L’un, Docofossor brachydactylus, était un animal fouisseur insectivore de la taille d’une taupe dorée actuelle (de 50 à 60 g) ; l’autre, un peu plus petit (de 27 à 40 g), Agilodocodon scansorius, était arboricole et avait un régime alimentaire plus varié. Sans égaler celui de Castorocauda, l’état de conservation de ces deux nouveaux docodontes autorise des reconstitutions assez précises dans les paysages d’alors.

Docodontes du Jurassique dans leur milieu

Docodontes du Jurassique dans leur milieu

Photographie

Cette reconstitution, fondée sur des fossiles découverts depuis 2004 en Chine, montre l’étonnante diversité des mammifères au cours du Jurassique, il y a quelque 160 millions d’années. En haut à gauche est représenté, sur une branche de ginkgo, Agilodocodon scansorius, à la recherche... 

Crédits : April Isch Neander

Afficher

Docofossor brachydactylus

Docofossor brachydactylus

Photographie

Découvert en 2015 en Chine dans des couches datées de 160 millions d’années, Docofossor brachydactylus appartient au groupe des docodontes (mammifères primitifs). C’était un animal fouisseur, comme le montre ses courts membres supérieurs terminés par des doigts trapus et épais bâtis... 

Crédits : Dr. Zhe-Xi Luo, University of Chicago

Afficher

Les membres de Docofossor brachydactylus, qui présentent des similitudes avec ceux des actuels monotrèmes fouisseurs, montrent que cet animal était bien capable de creuser des terriers. Les extrémités de ses membres antérieurs constituent en effet des pelles efficaces et ses pattes postérieures sont capables de pivoter afin de rejeter les sédiments dégagés par les membres antérieurs. Une anatomie comparable est observée chez la taupe dorée actuelle de Namibie (Eremitalpa granti). Le nombre de phalanges est réduit à deux sur presque tous les doigts (voire à une sur le pouce) des membres. Notons aussi que ces os des doigts sont épais, trapus, construits pour creuser des galeries dans le sol. La dentition de Docofossor brachydactylus est typiquement celle d’un insectivore (dents acérées permettant de percer la carapace des proies).

Agilodocodon scansorius, quant à lui, présente une adaptation à la vie arboricole : les doigts de ses quatre membres sont fins, longs et terminés par une griffe lui permettant de s’agripper aux branches des arbres ; sa longue queue joue le rôle de balancier. Sa dentition évoque un régime omnivore (feuilles, fruits, insectes). Ses incisives, en forme de pelle, rappellent celles de certains primates d’Amérique du Sud (comme les atèles) qui les utilisent pour soulev [...]

Agilodocodon scansorius

Agilodocodon scansorius

Photographie

Découvert en Chine en 2015 et daté de 160 millions d’années (Jurassique), ce docodonte (mammifère primitif), appelé Agilodocodon scansorius, d’une longueur totale de quatorze centimètres (queue comprise), vivait dans les arbres, comme le suggèrent ses membres terminés par de longs... 

Crédits : Dr. Zhe-Xi Luo, University of Chicago

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DOCODONTES  » est également traité dans :

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre «  Problèmes définitionnels »  : […] L'apparition progressive du « patron structural » des Mammifères au sein de la lignée reptilienne Synapside rend difficile l'estimation d'une « frontière » entre animaux de grade reptilien et Mammifères. Ce problème est lié au caractère paraphylétique du taxon Reptiles (cf. reptiles ). D'où les diverses tentatives de définition du clade « Mammifères », tentatives qui donn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mammiferes/#i_7572

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis HARTENBERGER, « DOCODONTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/docodontes/