ORCHESTRE DIRECTION D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les écoles de direction d'orchestre

Depuis l'époque où la direction d'orchestre s'est affirmée comme une discipline autonome, elle a suivi, selon les pays, des chemins différents qui sont les reflets des institutions musicales de ces pays. La France semble avoir oublié assez rapidement la technique de François Habeneck, qui reposait sur un travail approfondi. Dès le début du xxe siècle, les orchestres donnent de plus en plus de concerts et répètent de moins en moins. En France, la direction d'orchestre s'adapte à ce contexte, et la plupart des chefs sont alors des baguettes virtuoses, capables de monter un programme en quelques heures de répétition ; ils sont précis, vont droit à l'essentiel et font confiance aux instrumentistes mais ont peu le loisir d'approfondir leur travail : aucune grande figure ne marque un orchestre français comme Arthur Nikisch ou Wilhelm Furtwängler à Leipzig et Berlin. Cette notion de travail en profondeur n'émerge qu'au moment de la Seconde Guerre mondiale, lorsque Charles Münch est à la tête de l'Orchestre de la Société des concerts du Conservatoire, et il faut attendre la fin des années 1960 pour que tous les orchestres français adoptent progressivement ce principe de travail. La plupart des chefs français ont maintenant compris les fruits que peut porter un travail permanent et approfondi. Les aînés l'ont appris hors de nos frontières ; ils font maintenant école.

Charles Münch

Photographie : Charles Münch

Le chef français Charles Münch (1891-1968), en 1965. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La tradition germanique est très différente. Wagner trouve à Paris le modèle des chefs et le modèle des orchestres en la personne de François Habeneck et de la Société des concerts. La confusion règne alors dans les orchestres allemands, et il faut attendre Hans von Bülow et ses successeurs (Arthur Nikisch, Gustav Mahler, Hans Richter, Felix Weingartner, Wilhelm Furtwängler et Bruno Walter) pour que la situation se clarifie et qu'un véritable travail d'orchestre s'instaure. Pendant les longs séjours à la tête des formations qu'ils dirigent, ces grands chefs forment les orchestres à leur image et leur donnent un style propre : Nikisch et Furtwängler à la Philharmonie de Berlin, Mahler et Bruno Walter à la Philharmonie de Vienne, Willem Mengelberg au Concergebouw d'Amsterdam. Tous suivent la même filière, qui commence dans les coulisses d'un opéra où ils sont d'abord répétiteur ou chef des chœurs ; ils gravissent ensuite progressivement les échelons de la carrière et acquièrent une expérience très complète qui leur permet de s'adapter à toutes les situations que peut rencontrer un chef d'orchestre, à l'opéra comme au concert.

Bruno Walter

Photographie : Bruno Walter

Bruno Walter (1876-1962) dirige en 1936 l'Orchestre de la philharmonie tchèque. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Willem Mengelberg

Photographie : Willem Mengelberg

Le chef d'orchestre néerlandais Willem Mengelberg (1871-1951), à Prague, en 1934. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les pays anglo-saxons et, surtout, les États-Unis ont construit toute leur politique musicale en matière symphonique sur cette notion de permanence du chef d'orchestre. L'Orchestre de Philadelphie en est le meilleur exemple puisqu'il n'a connu que trois directeurs musicaux entre 1912 et 1992, Leopold Stokowski, Eugene Ormandy, qui a régné sur cet orchestre pendant plus de quarante ans, et Riccardo Muti. Les orchestres de Chicago, de Cleveland, de Boston ou de la N.B.C. ont connu des périodes analogues avec respectivement Fritz Reiner et Georg Solti, George Szell et Lorin Maazel, Serge Koussevitzky, Charles Münch et Seiji Ozawa, Arturo Toscanini. De nos jours, le principe subsiste toujours.

Stokowski

Photographie : Stokowski

Le chef d'orchestre américain Leopold Stokowski (1882-1977), ici en 1961. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Eugene Ormandy

Photographie : Eugene Ormandy

Le chef d'orchestre Eugene Ormandy (1899-1985) dirige le London Symphony Orchestra, en 1966. 

Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

Afficher

Fritz Reiner

Photographie : Fritz Reiner

Fritz Reiner (1888-1963), à la tête du Philharmonic Symphony Orchestra de New York, accompagne en 1947 Jascha Heifetz (1899-1987) dont le solo de violon est l'un des temps forts du film Carnegie Hall

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Georg Solti

Photographie : Georg Solti

Georg Solti (1912-1997), dirige, en 1978, l'Orchestre symphonique de Chicago, dont il fut le chef de 1969 à 1991. 

Crédits : Evening Standard/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

En Italie, l'art lyrique occupe une place souveraine et les chefs d'orchestre consacrent l'essentiel de leurs activités au théâtre. Leur formation correspond à cet impératif et il faut attendre la venue de Toscanini à la Scala de Milan, en 1898, pour que l'orchestre sorte de son rôle d'accompagnateur et soit considéré comme l'un des principaux protagonistes des réalisations lyriques. Les chefs osent alors faire travailler les orchestres mais, à l'exception de Toscanini, de Claudio Abbado et de Riccardo Muti, aucun ne marque véritablement son orchestre. À cet égard, l'école italie [...]

Toscanini

Photographie : Toscanini

L'Italien Arturo Toscanini (1867-1957), ici en 1930, l'un des premiers grands chefs d'orchestre modernes. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Charles Münch

Charles Münch
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Bruno Walter

Bruno Walter
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Willem Mengelberg

Willem Mengelberg
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Stokowski

Stokowski
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  ORCHESTRE DIRECTION D'  » est également traité dans :

ABBADO CLAUDIO (1933-2014)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 109 mots
  •  • 2 médias

Claudio Abbado s'inscrit dans la légende des grands chefs d'orchestre italiens dont la carrière s'est accomplie au plus haut niveau dans leur pays et à l'étranger, à l'opéra comme au concert. Certains ont vu en lui une personnalité comparable à celle de Toscanini, à un demi-siècle de distance. […] Lire la suite

ABRAVANEL MAURICE (1903-1993)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 827 mots

Champion de la musique de son temps et des œuvres méconnues, ce chef d'orchestre fut notamment le premier à enregistrer, dans les années 1950, l'intégrale des symphonies de Mahler. Maurice de Abravanel, de son véritable nom, naît à Salonique, le 6 janvier 1903, de parents juifs séfarades ; l'un de ses ancêtres aurait été chancelier de Ferdinand le Catholique et d'Isabelle d'Espagne. Il fait ses é […] Lire la suite

ADAMS JOHN (1947- )

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 979 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un maître de l'orchestre »  : […] Adams est l'auteur d'un Concerto pour violon (1993), d'un concerto pour piano intitulé Century Rolls – hommage aux Études pour piano mécanique de Conlon Nancarrow – (1996), de Gnarly Buttons , pour clarinette et ensemble de chambre (1996), de la pièce pour orchestre El Dorado (1991) et de diverses transcriptions pour orchestre, parmi lesquelles celles de Six Songs by Charles Ives (1989-1993), […] Lire la suite

AHRONOVITCH YURI (1932-2002)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 638 mots

Ayant rompu assez tôt avec la tutelle soviétique, le chef d'orchestre Yuri Ahronovitch, contemporain d'Evgeni Svetlanov et de Guennadi Rojdestvenski, a mené une carrière très différente de celle de ses compatriotes. Yuri Mikhaïlovitch Ahronovitch naît à Leningrad le 13 mai 1932 et reçoit dès l'âge de quatre ans une formation de violoniste à l'École centrale de musique puis au conservatoire de sa v […] Lire la suite

ALBRECHT GERD (1935-2014)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 679 mots
  •  • 1 média

Ardent défenseur de causes perdues et de partitions délaissées, le chef d’orchestre allemand Gerd Albrecht a mené une patiente carrière, à l’écart des sentiers battus, sans rien concéder de ses exigences musicales. Fils du musicologue Hans Albrecht, Gerd Albrecht naît à Essen le 19 juillet 1935. Il étudie à Kiel puis à Hambourg. À vingt-deux ans, il remporte le premier prix du concours internatio […] Lire la suite

AMY GILBERT (1936- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 717 mots

Dans le chapitre « La composition comme processus inné »  : […] Gilbert Amy naît le 29 août 1936 à Paris. Attiré très jeune par l'architecture et la littérature, il apprend le piano sans enthousiasme excessif, avant de connaître à douze ans la révélation de la musique, lors d'un concert. Dès l'âge de treize ans, s'inspirant de Schubert, de Schumann et de Berlioz, il commence à composer, sans posséder le moindre rudiment de contrepoint ou d'harmonie, simplemen […] Lire la suite

ANSERMET ERNEST (1883-1969)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 177 mots
  •  • 2 médias

Chef d'orchestre connu pour ses initiatives novatrices ainsi que pour ses magistrales interprétations d'œuvres de compositeurs du xx e siècle et sa façon pleine de fougue et d'intelligence d'aborder les problèmes de l'esthétique musicale contemporaine . Il fit ses études à Lausanne, où il fut professeur de mathématiques de 1906 à 1910. Puis il travailla la musique avec Gédalge à Paris et acquit l […] Lire la suite

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Si une chanson est au départ une subtile union de paroles écrites par un auteur et d’un air créé par un compositeur, c’est grâce à un accompagnement musical approprié, fruit du travail d’un arrangeur, qu’elle prend toute sa valeur auprès de son interprète. Arrangeurs ! Ce mot étonnant et baroque désigne un métier musical étroitement lié aux chansons qui ont marqué la mémoire collective. Si le gran […] Lire la suite

ASHKENAZY VLADIMIR (1937- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 278 mots
  •  • 1 média

Pianiste et chef d'orchestre islandais d'origine russe, né le 6 juillet 1937 à Gorki, en U.R.S.S. (auj. Nijni-Novgorod, en Russie), Vladimir Ashkenazy possède un répertoire pianistique d'une étendue remarquable : Mozart, Beethoven, Schumann, Chopin, Liszt, Scriabine, Rachmaninov, Prokofiev, Chostakovitch... Les parents de Vladimir Davidovich Ashkenazy sont tous deux pianistes professionnels. Le […] Lire la suite

BADURA-SKODA PAUL (1927-2019)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 677 mots

Issu d’une famille d’ascendance hongroise et morave, Paul Badura-Skoda naît à Vienne le 6 octobre 1927. Il étudie le piano et la direction d’orchestre au conservatoire de la capitale autrichienne sous la férule de Martha Wiesenthal, Viola Thern et Otto Schulhof. Il y obtient en 1948 les plus hautes distinctions dans ces deux disciplines. La même année, il remporte le deuxième prix du concours int […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-28 novembre 1990 Royaume-Uni. Démission de Margaret Thatcher

Ses deux adversaires à la succession en font partie, Douglas Hurd au Foreign Office, et Michael Heseltine à l'Environnement, et il confie le poste clé de chancelier de l'Échiquier à Norman Lamont, chef d'orchestre de sa campagne pour la course au pouvoir. Immédiatement, les sondages enregistrent une nette remontée des intentions de vote conservatrices. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « ORCHESTRE DIRECTION D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/direction-d-orchestre/