ORCHESTRE DIRECTION D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La technique de direction

Le chef d'orchestre dirige en battant la mesure de la main droite. Celle-ci est le plus souvent prolongée d'une baguette qui amplifie les gestes et les rend donc plus lisibles aux exécutants. Le premier temps de la mesure est toujours battu vers le bas, le dernier vers le haut. Entre ces deux repères immuables se placent les autres « battues », généralement sur les côtés (leur localisation varie en fonction du nombre total de temps dans la mesure). Les chefs d'orchestre « habillent » généralement ces battues de gestes qui correspondent à l'atmosphère de la musique qu'ils dirigent (ampleur, discrétion, rondeur, rigueur, etc.), mais ils doivent s'efforcer de conserver une battue très claire, car la main droite d'un chef est le point de repère des exécutants. La main gauche joue un rôle expressif : elle indique les nuances, le phrasé, les entrées principales, etc. Elle est le complément indispensable de la main droite, et le chef d'orchestre doit posséder une grande indépendance des deux mains. Sa gestique ne se limite pas aux bras et aux mains : son visage en dit souvent plus long et, au-delà du geste ou de la mimique apparente, la communication s'établit grâce au magnétisme personnel du chef qui entraîne irrésistiblement les exécutants dans son sillage.

Le chef d'orchestre doit tenir compte des impératifs de chaque catégorie d'instruments et de leur position géographique sur la scène ou dans la fosse : les instruments à vent doivent respirer, il leur donne donc le signe d'attaque légèrement plus tôt qu'aux cordes ou aux percussions, et en respirant lui-même. Le même problème se pose pour les chanteurs. Lorsqu'un instrument est très éloigné, le chef d'orchestre doit tenir compte de la distance et corriger, par une anticipation, le décalage qu'elle pourrait provoquer.

Dans le domaine de la technique instrumentale, les connaissances du chef d'orchestre doivent être aussi complètes que possible. Il est impensable d'imaginer un chef qui saurait jouer de tous les instruments ; mais il doit être capable de s'exprimer musicalement avec un ou deux instruments. Il doit absolument connaître les problèmes techniques des instruments à cordes, car il est appelé à fixer des coups d'archet, choisir des registres ou des effets spéciaux. Dans ce domaine, plus particulièrement, il doit prendre des décisions, seul ou en accord avec le violon solo, car les cordes constituent un orchestre au sein de l'orchestre et tous les instruments d'un même pupitre doivent jouer de la même façon. À l'inverse, les instruments à vent sont beaucoup plus indépendants car ils jouent tous une partie différente et le chef peut se reposer sur eux. Mais il doit néanmoins connaître leurs limites, leurs tessitures et leurs possibilités sonores. Quant aux percussions, elles constituent un monde extrêmement vaste où seuls les spécialistes ont une réelle compétence : depuis les années 1930 environ, le nombre des instruments utilisés s'est considérablement accru, et rares sont les chefs qui les connaissent tous ; parfois, les orchestres ne disposent pas des instruments requis et une substitution s'impose : elle est généralement décidée par le percussionniste, et le chef ne s'en rend pas toujours compte ! Il s'agit d'un domaine où les connaissances des chefs pourraient être beaucoup plus complètes.

L'ampleur de la gestique n'est pas un critère de qualité mais, à l'inverse, elle n'est pas l'apanage des mauvais chefs. Certains grands chefs d'orchestre dirigent avec peu de gestes, d'autres au contraire semblent soulever leur orchestre à bout de bras. Qu'elle soit ample ou discrète, la gestique doit être efficace et correspondre visuellement à la musique exécutée. Le chef est, à un certain point de vue, une traduction physique de la musique et, sans parler de mimique ou de chorégraphie, il doit au moins veiller à ce que son attitude ne soit pas en opposition flagrante avec le son émis.

La présence ou l'absence de partition sous les yeux du chef d'orchestre pendant le concert est un autre sujet de controverse. Comme la discrétion de la gestique, le fait de diriger par cœur n'est pas un signe de qualité ou de compétence. Il y a certainement autant de chefs qui dirigent par cœur que de chefs qui dirigent avec la partition. Les chefs se sentent généralement plus libres lorsqu'ils n'ont pas à se soucier de la partition qui est devant eux : en la retirant, ils suppriment les tentations et peuvent se consacr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Charles Münch

Charles Münch
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Bruno Walter

Bruno Walter
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Willem Mengelberg

Willem Mengelberg
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Stokowski

Stokowski
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  ORCHESTRE DIRECTION D'  » est également traité dans :

ABBADO CLAUDIO (1933-2014)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 109 mots
  •  • 2 médias

Claudio Abbado s'inscrit dans la légende des grands chefs d'orchestre italiens dont la carrière s'est accomplie au plus haut niveau dans leur pays et à l'étranger, à l'opéra comme au concert. Certains ont vu en lui une personnalité comparable à celle de Toscanini, à un demi-siècle de distance. […] Lire la suite

ABRAVANEL MAURICE (1903-1993)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 827 mots

Champion de la musique de son temps et des œuvres méconnues, ce chef d'orchestre fut notamment le premier à enregistrer, dans les années 1950, l'intégrale des symphonies de Mahler. Maurice de Abravanel, de son véritable nom, naît à Salonique, le 6 janvier 1903, de parents juifs séfarades ; l'un de ses ancêtres aurait été chancelier de Ferdinand le Catholique et d'Isabelle d'Espagne. Il fait ses é […] Lire la suite

ADAMS JOHN (1947- )

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 979 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un maître de l'orchestre »  : […] Adams est l'auteur d'un Concerto pour violon (1993), d'un concerto pour piano intitulé Century Rolls – hommage aux Études pour piano mécanique de Conlon Nancarrow – (1996), de Gnarly Buttons , pour clarinette et ensemble de chambre (1996), de la pièce pour orchestre El Dorado (1991) et de diverses transcriptions pour orchestre, parmi lesquelles celles de Six Songs by Charles Ives (1989-1993), […] Lire la suite

AHRONOVITCH YURI (1932-2002)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 638 mots

Ayant rompu assez tôt avec la tutelle soviétique, le chef d'orchestre Yuri Ahronovitch, contemporain d'Evgeni Svetlanov et de Guennadi Rojdestvenski, a mené une carrière très différente de celle de ses compatriotes. Yuri Mikhaïlovitch Ahronovitch naît à Leningrad le 13 mai 1932 et reçoit dès l'âge de quatre ans une formation de violoniste à l'École centrale de musique puis au conservatoire de sa v […] Lire la suite

ALBRECHT GERD (1935-2014)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 679 mots
  •  • 1 média

Ardent défenseur de causes perdues et de partitions délaissées, le chef d’orchestre allemand Gerd Albrecht a mené une patiente carrière, à l’écart des sentiers battus, sans rien concéder de ses exigences musicales. Fils du musicologue Hans Albrecht, Gerd Albrecht naît à Essen le 19 juillet 1935. Il étudie à Kiel puis à Hambourg. À vingt-deux ans, il remporte le premier prix du concours internatio […] Lire la suite

AMY GILBERT (1936- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 717 mots

Dans le chapitre « La composition comme processus inné »  : […] Gilbert Amy naît le 29 août 1936 à Paris. Attiré très jeune par l'architecture et la littérature, il apprend le piano sans enthousiasme excessif, avant de connaître à douze ans la révélation de la musique, lors d'un concert. Dès l'âge de treize ans, s'inspirant de Schubert, de Schumann et de Berlioz, il commence à composer, sans posséder le moindre rudiment de contrepoint ou d'harmonie, simplemen […] Lire la suite

ANSERMET ERNEST (1883-1969)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 177 mots
  •  • 2 médias

Chef d'orchestre connu pour ses initiatives novatrices ainsi que pour ses magistrales interprétations d'œuvres de compositeurs du xx e siècle et sa façon pleine de fougue et d'intelligence d'aborder les problèmes de l'esthétique musicale contemporaine . Il fit ses études à Lausanne, où il fut professeur de mathématiques de 1906 à 1910. Puis il travailla la musique avec Gédalge à Paris et acquit l […] Lire la suite

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Si une chanson est au départ une subtile union de paroles écrites par un auteur et d’un air créé par un compositeur, c’est grâce à un accompagnement musical approprié, fruit du travail d’un arrangeur, qu’elle prend toute sa valeur auprès de son interprète. Arrangeurs ! Ce mot étonnant et baroque désigne un métier musical étroitement lié aux chansons qui ont marqué la mémoire collective. Si le gran […] Lire la suite

ASHKENAZY VLADIMIR (1937- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 278 mots
  •  • 1 média

Pianiste et chef d'orchestre islandais d'origine russe, né le 6 juillet 1937 à Gorki, en U.R.S.S. (auj. Nijni-Novgorod, en Russie), Vladimir Ashkenazy possède un répertoire pianistique d'une étendue remarquable : Mozart, Beethoven, Schumann, Chopin, Liszt, Scriabine, Rachmaninov, Prokofiev, Chostakovitch... Les parents de Vladimir Davidovich Ashkenazy sont tous deux pianistes professionnels. Le […] Lire la suite

BADURA-SKODA PAUL (1927-2019)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 677 mots

Issu d’une famille d’ascendance hongroise et morave, Paul Badura-Skoda naît à Vienne le 6 octobre 1927. Il étudie le piano et la direction d’orchestre au conservatoire de la capitale autrichienne sous la férule de Martha Wiesenthal, Viola Thern et Otto Schulhof. Il y obtient en 1948 les plus hautes distinctions dans ces deux disciplines. La même année, il remporte le deuxième prix du concours int […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-28 novembre 1990 Royaume-Uni. Démission de Margaret Thatcher

Ses deux adversaires à la succession en font partie, Douglas Hurd au Foreign Office, et Michael Heseltine à l'Environnement, et il confie le poste clé de chancelier de l'Échiquier à Norman Lamont, chef d'orchestre de sa campagne pour la course au pouvoir. Immédiatement, les sondages enregistrent une nette remontée des intentions de vote conservatrices. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « ORCHESTRE DIRECTION D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/direction-d-orchestre/