DIFFÉRENCE, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pensée du Même

En se déployant sur les plans anthropologique et normatif, cette « métaphysique » qui dévalue la différence s'articule avec une compréhension spécifique de l'éthique et du politique. Chez Aristote et une bonne partie de la tradition aristotélicienne, la dépréciation de la différence sous-tend, en éthique, le principe selon lequel le devoir de justice est hiérarchisé en fonction du degré de ressemblance entre le Même et l'Autre : « L'injustice est d'autant plus grave qu'elle s'adresse à des amis plus proches. Par exemple, il est plus grave de dépouiller un camarade de son argent qu'un simple concitoyen, plus grave de refuser son aide à un frère qu'à un étranger » (Éthique à Nicomaque, ive siècle av. J.-C.). Pour celui qui attend justice, la différence apparaît ici comme un déficit : la normativité se trouve dépendre d'un critère ontologique, à savoir le Même en tant qu'humanité particulière auto-centrée et se posant en principe d'évaluation du juste. En politique, la dévaluation de la différence fonde le discours aristotélicien sur l'esclavage – qui est construit autour de l'opposition entre Grecs et barbares, c'est-à-dire entre le peuple qui s'autoproclame naturellement « supérieur » et les peuples qu'il déclare naturellement « inférieurs ». À partir du xvie siècle et jusqu'à la première moitié du xxe siècle, ce discours a pu être utilisé pour justifier « philosophiquement » et idéologiquement l'entreprise coloniale européenne dans le monde.

Avec la modernité libérale, la notion de différence est le plus souvent assimilée, en éthique et en politique, à celles d'inégalité et de particularité. Par là même, elle est opposée au nouveau principe supérieur de l'égalité universelle des humains en tant que sujets des mêmes droits et des mêmes devoirs. Sous cette nouvelle figure du Même, la différence concrète est effacée par l'égalité abstraite des citoy [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DIFFÉRENCE, philosophie  » est également traité dans :

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Catégories et connaissance »  : […] Les catégories sont au service de la différenciation et en cela consiste leur vocation critique, antidogmatique. Cependant, comme tout concept, les catégories établissent aussi des limites à la perception de la variété ; en contenant l'hésitation permanente qui découlerait d'une perception hyper-graduée de l'expérience, elles représentent aussi une source d'économie intellectuelle. Moyennant ce do […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mise en question de l'idée de représentation »  : […] Il faudrait évoquer ici la problématique heideggérienne de la déconstruction de la métaphysique, qui contient une mise en question radicale de l'idée de représentation (on remarquera d'emblée que cette mise en question englobe la tentative phénoménologique, interprétée elle-même comme relevant encore d'une « métaphysique de la subjectivité »). Cette problématique doit être comprise sur le fond d […] Lire la suite

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 353 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une autre définition de l'écriture »  : […] La « grammatologie » ne se propose pas de réhabiliter l'écriture au sens courant de simple transcription de la parole, mais de la redéfinir comme trace, écart imperceptible qui disjoint la présence. Cette écriture, qui englobe tout le champ du langage, c'est-à-dire aussi la parole, se définit encore comme archi-écriture ou archi-trace, toujours dissimulée par le fantasme d'une parole qui rêve de c […] Lire la suite

DÉVIANCE, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROBERT
  •  • 1 339 mots

Le terme est tardivement dérivé de dévier, forgé au xiv e  siècle à partir du bas latin deviare pour signifier « s'écarter du droit chemin, d'un principe, d'une règle ». La référence à une règle permet de distinguer d'emblée la déviance d'autres formes de non-conformité. On peut s'écarter de positions valorisées sans transgresser aucune règle, par l'effet d'une pathologie, d'un héritage ou d'un […] Lire la suite

FÉMINISME - Les théories

  • Écrit par 
  • Françoise COLLIN
  •  • 2 723 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le postmodernisme ou l'indécidabilité »  : […] C'est sous l'influence du courant philosophique français dit postmétaphysique que se dessine une troisième position touchant à la définition théorique et pratique des sexes. On peut y relever des références à Michel Foucault ou à Gilles Deleuze, mais c'est Jacques Derrida qui, dans son enseignement régulier et très médiatisé aux États-Unis, en sera le principal porte-drapeau. Jacques Derrida récu […] Lire la suite

HEIDEGGER MARTIN

  • Écrit par 
  • Jean BEAUFRET, 
  • Alphonse DE WAELHENS, 
  • Claude ROËLS
  •  • 5 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de l'être »  : […] L'analytique existentiale paraissait laisser la porte entrebâillée à diverses questions dont les réponses seraient autant d'interprétations de la pensée heideggérienne. En particulier, peut-on contester que cette analytique n'exclut pas absolument la possibilité d'une lecture qui assure l'immanence de l'être au Dasein ? Il est certain, à ce propos, que cette interprétation deviendra toujours moins […] Lire la suite

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La finitude »  : […] En ce sens, la finitude est radicale. L'homme ne peut poser absolument ni la question de son origine – comment parler sensément de ce qui, par définition, est en dehors de tout sens ? – ni même celle de sa fin : l'œuvre du sens ne peut avoir d'autre justification qu'elle-même. Plus exactement, le sens est la finitude même. Le discours hégélien était savoir absolu parce qu'il se refermait totaleme […] Lire la suite

LARUELLE FRANÇOIS (1937- )

  • Écrit par 
  • Hugues CHOPLIN
  •  • 898 mots

Élaborer une discipline, la non-philosophie, reposant sur un penser hétérogène à celui de la philosophie, mais prenant pour objet la philosophie elle-même : telle est l'ambition de l'œuvre de François Laruelle. Sa réalisation recoupe, pour les radicaliser, plusieurs philosophies contemporaines. Précisément, la première partie de l'œuvre de François Laruelle (1971-1981), encore philosophique, s'ins […] Lire la suite

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « Évolution du modèle »  : […] Dans le dispositif mis en place à partir du rapport de Rome, la position de la linguistique est donc claire : elle permet et justifie une théorie nouvelle de l'Un et de la causalité. Or ce dispositif n'a pu se maintenir. Pour une raison notamment : la linguistique elle-même a changé. Elle est demeurée corpusculaire, mais elle ne propose plus une doctrine originale du corpuscule. L'élément linguist […] Lire la suite

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 471 mots

Dans le chapitre « Les philosophies de la différence »  : […] On observera que ces ontologies, volontairement antilogiques, sont aussi discoureuses, sinon plus (et souvent moins fermement discursives) que les vieilles métaphysiques ; mais cela est à peine une faiblesse : toute analyse allonge et dilue la parole, le verbe spontanés. On observera aussi qu'elles invoquent la logique et qu'elles convoquent la science pour ruiner les prétentions du moi, puisqu'el […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alfredo GOMEZ-MULLER, « DIFFÉRENCE, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/difference-philosophie/