FISCHER-DIESKAU DIETRICH (1925-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Fischer-Dieskau

Fischer-Dieskau
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Arabella

Arabella
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Naissance d'un révolutionnaire

Dietrich Fischer-Dieskau naît à Berlin le 28 mai 1925. Dès ses seize ans, il travaille sa voix avec Georg A. Walter et mène parallèlement des études universitaires poussées. Admis en 1942 à la Musikhochschule de Berlin, il devient l'élève d'Hermann Weissenborn. Incorporé dans la Wehrmacht en 1943, il termine la guerre dans un camp de prisonniers de l'armée américaine en Italie, où il donne en 1945 un premier récital Schubert. En 1947, il reprend sa formation à la Musikhochschule de Berlin, enregistre pour la première fois – pour la radio – le cycle de lieder Winterreise (« Voyage d'hiver ») de Schubert, et débute en concert, dans Un requiem allemand de Brahms, à Fribourg-en-Brisgau. L'année suivante, il débute à la Städtische Oper de Berlin dans le rôle de Posa (Don Carlo de Verdi) sous la direction de Ferenc Fricsay ; la prestigieuse institution le recrute immédiatement dans l'emploi de premier baryton. En 1949, Fischer-Dieskau épouse la violoncelliste Irmgard Poppen, qui lui donnera trois fils et disparaîtra en 1963 ; il se remariera en 1965 avec la comédienne Ruth Leuwerik, puis, en 1977, avec la soprano Julia Varady. Invité par le festival de Salzbourg en 1951, il y chante les Lieder eines fahrenden Gesellen de Mahler sous la direction de Wilhelm Furtwängler ; cette même année, il débute au festival d'Édimbourg et enregistre son premier récital de lieder avec celui qui deviendra son accompagnateur emblématique, Gerald Moore. En 1952, il chante le cycle Winterreise au festival de Prades devant un Pau Casals profondément impressionné par la perfection de ce jeune talent, et incarne Kurwenal, toujours sous la baguette de Wilhelm Furtwängler et en compagnie de Kirsten Flagstad, Ludwig Suthaus et Josef Greindl, dans le premier enregistrement mondial en studio de Tristan et Isolde de Wagner. Bayreuth ne tarde pas à l'appeler pour lui confier en 1954 le rôle de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FISCHER-DIESKAU DIETRICH (1925-2012)  » est également traité dans :

ESCHENBACH CHRISTOPH (1940- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 987 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’art du piano »  : […] Christoph Eschenbach, fils du musicologue Herbert Ringmann, naît le 20 février 1940 à Breslau (Allemagne), aujourd’hui Wrocław (Pologne). Aucun membre de sa famille proche n’a survécu à la guerre. Orphelin dans un camp de réfugiés situé dans le Mecklembourg, atteint par la typhoïde, il est sauvé et adopté par une cousine de sa mère biologique, Wallydore Eschenbach, née Jaross, dont il prendra le n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christoph-eschenbach/#i_89732

Wozzeck, BERG (Alban)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 838 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Avec Arnold Schönberg, son maître, et Anton von Webern, Alban Berg constitue l'école de Vienne, qui symbolise l'avant-garde musicale du xx e  siècle. Des trois, il est le plus lyrique, le plus «romantique». Que ce soit dans son Quatuor à cordes (1911), ses Trois Pièces pour orchestre (1914), sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wozzeck-berg-alban/#i_89732

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « FISCHER-DIESKAU DIETRICH - (1925-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dietrich-fischer-dieskau/