BLONDE DIDIER (1953- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un piéton de Paris

L’image traduit ce qu’il doit aux poètes et piétons de Paris dans les pas desquels il s’inscrit, à commencer par Nerval, Aragon et Breton, mais aussi à des contemporains, comme Modiano. La flânerie, le vagabondage indispensable, la quête de l’invisible et du secret ne peuvent se concevoir sans une recherche méticuleuse qui part de l’infraordinaire, pour reprendre le mot de Perec, autre contemporain capital de Didier Blonde. Le narrateur est souvent défini comme patient, aux aguets. Cela vaut pour les lieux et les êtres, dont Judith, héroïne du Figurant (2018) : « Aidé par les lieux qui sont une mémoire, même retouchés, je suis doué d’une force de concentration, d’imagination, ou de vertige peu commune, je verrai son fantôme. » Le détail dit tout. Il suffit de s’arrêter sur ce qui est d’apparence insignifiante pour que l’imagination se mette en branle. « Tout visage, note Didier Blonde, est un roman en germe. » Et le propos est voisin dans Carnet d’adresses, au sujet du cimetière : « Toutes les tombes sont des romans dont nous sommes les auteurs. » Leïlah Mahi 1932, couronné en 2015 par le prix Renaudot essai, en est la parfaite illustration. À partir d’une photo défraîchie et d’une seule date, celle du décès, il reconstitue l’existence de cette jeune femme énigmatique, ayant une « pose de femme fatale, provocante, presque indécente, dans une nécropole ». Le cimetière comme le café sont pour l’écrivain des lieux privilégiés. Le premier parce qu’il nous lie à ceux qui peuplaient notre monde. Le second, parce qu’il est un lieu de rencontres et d’observation, sans lequel rien ne se noue.

Si Paris offre le cadre spatial de l’œuvre, le début du xxe siècle est son cadre temporel. C’est le Paris des frères Lumière, des inventeurs, qui sont contemporains de Freud et de son Interprétation des rêves. Les déguisements d’Arsène Lupin ou le masque de Fantômas sont des symboles d’époque, comme le camouflage qui protège la capitale menacée par les canons allemands en 1914. Ce Paris est aussi celui du cinéma muet, un cinéma [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Norbert CZARNY, « BLONDE DIDIER (1953- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/didier-blonde/