D.D.T. (dichloro-diphényl trichloréthane)

ENVIRONNEMENT - Catastrophisme environnemental

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 7 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'impact médiatique du D.D.T.  »  : […] On ne peut dissocier la montée en puissance des mouvements en faveur de la protection de l'environnement après 1945 des peurs suscitées par l'accélération de l'action dévastatrice de l'homme, ce qu'on appellera l'empreinte écologique humaine : au-delà de la crainte très présente d'une guerre nucléaire totale et de ses conséquences environnementales (l'hiver nucléaire), on s'inquiète de plus en plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-catastrophisme-environnemental/#i_29586

MÜLLER PAUL HERMANN (1899-1965)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 236 mots

Chimiste suisse, né en 1899 à Olten, mort en 1965 à Bâle, Paul Hermann Müller est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1948 pour ses travaux sur les insecticides et la découverte du dichloro-diphényl-trichloroéthane, dit D.D.T. Sitôt obtenu son doctorat à l'université de Bâle (1925), Müller débute sa carrière de chimiste industriel dans la firme J. R. Geigy pour devenir directeur sc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-hermann-muller/#i_29586

PRÉVENTION DU PALUDISME

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 789 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tuer les anophèles pour se débarrasser du paludisme »  : […] La destruction d’un nombre suffisant d’anophèles constitue l’autre volet logique simple de la lutte contre le paludisme. De nombreuses méthodes ont été proposées, fondées pour la plupart d’entre elles sur la gestion des eaux stagnantes nécessaires à la ponte et l’éclosion des larves d’anophèles . Les plus connues sont le drainage des zones humides, l’assèchement partiel ou total des zones palust […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prevention-du-paludisme/#i_29586

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les progrès de la parasitologie »  : […] Très tôt dans l'histoire de la pensée, moustiques et puces, poux et tiques, sangsues et autres buveurs de sang furent reconnus comme des parasites. Les textes de l'Égypte antique font allusion aux grands ténias et à la filaire de Médine, vers parasites de taille impressionnante. Les Grecs, les Persans, les Arabes connaissaient les oxyures et les ascaris, mais la nature exacte de ces « phénomènes  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitologie-et-maladies-parasitaires/#i_29586

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

  • Écrit par 
  • Vincent LAUDET
  •  • 3 826 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les perturbateurs endocriniens dans l'environnement »  : […] Dans les populations animales sauvages, de multiples anomalies ont été associées à la présence de perturbateurs endocriniens dans l'environnement : diminution de la fertilité, anomalies de la détermination du sexe (féminisation ou masculinisation) chez les oiseaux, les poissons et les mammifères, comportements reproducteurs perturbés, malformations congénitales. Elles se sont révélées d'autant pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perturbateurs-endocriniens/#i_29586

PESTICIDES

  • Écrit par 
  • Alain BLOGOWSKI
  •  • 5 068 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les substances actives des pesticides  »  : […] Les substances actives qui entrent dans la composition des pesticides sont étroitement liées à leurs usages. Pour les insecticides, après l’interdiction des organochlorés au début des années 1970 (dont le DDT est le représentant le plus connu), du fait de leurs conséquences irrémédiables sur la santé et l’environnement, les organophosphorés se sont fortement développés. Par rapport aux organoch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pesticides/#i_29586

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 844 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Pollution de l'océan par les composés organiques de synthèse »  : […] On a pu montrer que les composés organochlorés (DDT, PCB) contaminaient la biomasse marine même dans les zones les plus reculées de l'océan mondial. Des requins capturés en plein centre de l'Atlantique en 1972 renfermaient dans leur foie plus de 1 ppm (partie par million) de DDT et de ses dérivés (DDE, par exemple) et jusqu'à 13 ppm de PCB. Ces dernières substances, dont l'utilisation est stricte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/#i_29586

SANTÉ ET ENVIRONNEMENT

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 7 721 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la toxicité des produits industriels et agricoles à la pollution en général »  : […] La réalité ou la crainte de l'introduction pour longtemps, de substances toxiques dans les sols et l'eau autour des installations industrielles fait le lien avec les craintes induites par les pollutions en général, qui sont devenues une préoccupation collective majeure. De fait, des effluents industriels se sont très tôt révélés toxiques : à partir de 1959, on savait que les malades neurologiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sante-et-environnement/#i_29586

SILENT SPRING, Rachel Carson

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 572 mots

La biologiste américaine Rachel Carson (1907-1964) fait paraître, le 27 septembre 1962, Silent Spring (traduit en français sous le titre Printemps silencieux l'année suivante) , un ouvrage où elle dénonce l'impact, sur l'environnement et la santé, du DDT (dichloro-diphényl-trichloroéthane) et autres pesticides de synthèse. La pollu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silent-spring/#i_29586

TOXICOLOGIE

  • Écrit par 
  • René TRUHAUT
  •  • 4 988 mots

Dans le chapitre « Formes de toxicité »  : […] Il existe différentes formes de toxicité. Citons la toxicité aiguë ou subaiguë et la toxicité à long terme résultant de l'absorption répétée de petites doses ou d'une dose unique. La première à considérer est la toxicité aiguë ou subaiguë, c'est-à-dire celle qui résulte, dans l'immédiat, de l'absorption par la bouche, par la voie pulmonaire ou par péné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toxicologie/#i_29586


Affichage 

Pollution : bioamplification du D.D.T.

dessin

Bioamplification du DDT dans le réseau trophique du lac Kariba au Zimbabwe Les nombres indiquent les concentrations en DDT dans les différents maillons de la chaîne trophique, exprimées en ppb (1 ppb = 1 µg/l) (d'après Berg in F Ramade, « Introduction à l'écotoxicologie », Lavoisier... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pollution : bioamplification du D.D.T.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin