KOSZTOLÁNYI DEZSÖ (1885-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les masques du poète

Ce fut également au cours de ce tour d'horizon cosmopolite que le poète entendit l'appel de l'intimisme impressionniste, lequel, par la voix de Verlaine, de Jammes, de Verhaeren ou de Rilke, l'invitait à plonger dans la fraîcheur des sensations. En composant Les Plaintes du pauvre petit enfant (A szegény kisgyermek panaszai, 1910), Kosztolányi s'inspira de sa propre enfance provinciale (fils du proviseur du lycée de Szabadka, il avait vécu, jusqu'au baccalauréat, dans cette petite ville somnolente du sud de la Hongrie), et réussit, avec une finesse psychologique et un lyrisme poignant qui révélaient déjà les plus belles qualités de son art, à reconstituer un microcosme fragile, hanté, malgré tous les émerveillements, de torpeurs, d'angoisses et de fantasmagories névrotiques. Augmenté pendant des années par de nouveaux textes, ce petit chef-d'œuvre le consacra aux yeux du public comme le poète du souvenir et lui permit en même temps d'accomplir une brillante performance d'acteur : caché sous le masque de l'enfant hypersensible, c'était le poète symboliste qui portait sur le monde un regard d'innocence première.

En 1912, le jeu allait être célébré dans Jeu de cartes (Kártya) et, par le déploiement de la musique verbale, recevoir l'existence dans Concert d'automne (Őszi koncert), deux compositions longues, suivies des recueils Magie (1912) et Pavot (Mák, 1916), où des rimes étincelantes et des rythmes allègres rendaient paradoxaux les propos solennels sur la solitude et le vide de l'existence.

Après avoir cherché, pendant la Première Guerre mondiale, un refuge dans le maniement ludique des mots, Kosztolányi vécut avec une sensibilité douloureuse les déchirements de son pays. Pain et vin (Kenyér és bor, 1920) était lourd de la détresse nationale, et de la tour d'ivoire disparue il ne restait même plus le souvenir dans les Plaintes de l'homme triste (1924), où le poète se livrait dans sa vie familiale, îlot humain miné par le temps et assailli par les rumeurs forcenées de la grande ville.

Ce retour délibéré aux réalités du présent s'accompagna d'un dép [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Lille

Classification


Autres références

«  KOSZTOLÁNYI DEZSÖ (1885-1936)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Buisson ardent de talents »  : […] Dans ce buisson ardent de talents, les poètes dominent et mènent le mouvement. Endre Ady (1877-1919), écrivain visionnaire que Paris et le symbolisme français libérèrent de tout le traditionalisme que contenaient ses écrits de jeunesse ; pénétré de plus en plus par la sève de l'ancienne poésie hongroise autochtone, il cristallisa, comme les génies authentiques, les efforts de ses prédécesseurs po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_12624

Pour citer l’article

André KARATSON, « KOSZTOLÁNYI DEZSÖ - (1885-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dezso-kosztolanyi/