DÉVELOPPEMENT SOCIAL, psychologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les conduites prosociales

Elles comportent une « ouverture » vers autrui et une propension à entreprendre des tâches de façon coopérative. Elles témoignent d’une sensibilité du jeune enfant aux besoins, émotions et intentions d’autrui. Ainsi, dans le courant de la seconde année, la plupart des enfants montrent une propension à accepter d’être enrôlés dans des tâches coopératives et souvent même à accepter que l’adulte s’oppose à une de leurs entreprises (« compliance »). Dans une enquête portant sur 2 000 enfants, deux tiers des enfants de dix-sept mois et la quasi-totalité des enfants de vingt-neuf mois ont manifesté une conduite positivement orientée vers autrui, telle que consoler un autre enfant. Ces conduites apparaissent donc très tôt, mais leur évolution ultérieure n’est pas monotone : elles se raréfient de trois à six ans, leur persistance étant plus grande chez les enfants qui les ont manifestées le plus tôt. L’attrition correspond à un contrôle plus étroit par l’enfant des bénéficiaires de ses conduites prosociales : il réconforte plus facilement quelqu’un qui s’est fait mal que quelqu’un qui vient de se faire gronder, ce qui implique des changements dans les processus d’interprétation des conduites et des états mentaux d’autrui. De sept à onze ans, les conduites d’aide demeurent stables, les conduites de partage diminuent, et la fréquence des conduites de coopération ou de soutien est curvilinéaire. Au-delà, le jeune peut aussi s’engager dans des activités coopératives prosociales à plus long terme et consolider des attitudes altruistes de portée plus large.

C’est à partir de trois ans aussi que se marquent les différences de genre : les garçons manifestent moins ces conduites que les filles, quel que soit l’âge de la première apparition. Il appartient aux recherches à venir d’identifier les facteurs qui associent manifestation précoce et persistance de ces conduites ainsi que de comprendre les processus à l’origine des différences entre filles et garçons. On peut évoquer la pression des normes sociales qui conduiraient garçons et filles vers des rôles so [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉVELOPPEMENT SOCIAL, psychologie  » est également traité dans :

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 390 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Recherche d'une définition »  : […] Les analyses qu'on vient d'évoquer, et qui ont le grand mérite de réintroduire au cœur des organisations l'existence du conflit, recèlent cependant une certaine ambiguïté ; l'usage qui y est fait du terme « pouvoir », pratiquement confondu avec celui d'influence, le montre bien. La capacité d'un acteur de modifier le comportement d'un autre en fonction de ses propres objectifs définit son influen […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DELEAU, « DÉVELOPPEMENT SOCIAL, psychologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-social-psychologie/