DÉVELOPPEMENT SOCIAL, psychologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie sociale et l’homme sont inséparables. Chez les mammifères, les congénères sont indispensables à la survie du nouveau-né. Chez l’homme, dont l’immaturité à la naissance est la plus grande, ils sont en outre les médiateurs du milieu social qui constitue l’environnement de formation de l’organisation psychique. Les adultes ont le plus souvent une motivation et une capacité à prendre en charge les nouveau-nés (la « préoccupation maternelle primaire ») et à les engager rapidement dans des activités coopératives dès le plus jeune âge, par exemple sous la forme des dialogues préverbaux.

Réciproquement, le nouveau-né est d’emblée équipé pour interagir. Il est sensible à la voix, traite la parole, reconnait les visages familiers, est capable d’échanges émotionnels complexes (intersubjectivité). Dès la fin de la première année, il repère des « agents » dans son environnement et, confronté à une situation ambiguë, il va chercher auprès d’autrui des indices évaluatifs avant d’agir (par exemple avant de s’aventurer sur une vitre au-dessus d’une « falaise visuelle »).

L’enfant n’est pas seulement un récepteur sensible aux expériences sociales, il en est aussi l’un des acteurs. En réponse à autrui ou de sa propre initiative, il manifeste des conduites qui répondent à différents aspects des situations sociales et contribuent à les modifier. Ces conduites sont très diverses en termes de niveaux (de la réaction émotionnelle immédiate à la stratégie machiavélique), de buts (dirigé vers autrui, une institution, ou des valeurs) et de valence (pro ou anti sociales).

Nous nous intéresserons ici aux conduites qui sont dirigées vers autrui avec une valence positive ou négative pour deux grandes raisons : d’abord parce qu’elles sont les outils immédiats de l’enfant acteur social, ensuite parce que les recherches dédiées à ces conduites ont renouvelé nos connaissances. Au plan empirique, elles ont donné lieu à de grandes enquêtes longitudinales permettant de modéliser des trajectoires au sein d’une population. Au plan conceptuel, elles ont fait l’objet d’analyses plus puissantes du trai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉVELOPPEMENT SOCIAL, psychologie  » est également traité dans :

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 390 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Recherche d'une définition »  : […] Les analyses qu'on vient d'évoquer, et qui ont le grand mérite de réintroduire au cœur des organisations l'existence du conflit, recèlent cependant une certaine ambiguïté ; l'usage qui y est fait du terme « pouvoir », pratiquement confondu avec celui d'influence, le montre bien. La capacité d'un acteur de modifier le comportement d'un autre en fonction de ses propres objectifs définit son influen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conflits-sociaux/#i_56554

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DELEAU, « DÉVELOPPEMENT SOCIAL, psychologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-social-psychologie/