DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIALAide publique au développement

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une efficacité toujours en question

Parce que les raisons de l'aide publique au développement sont en partie politiques et dépassent largement le domaine de l'économique et du social, l'efficacité de l'aide fait l'objet de débats récurrents.

L'A.P.D, on l'a vu, a été conçue comme un apport en ressources extérieures permettant de combler le déficit en épargne des pays en développement. Les premières études des années 1970 et 1980 se sont donc employées à identifier l’impact de l’aide sur différents agrégats macro-économiques tels que l’épargne et la croissance. Les principaux travaux de cette époque, dont les principales figures sont Griffin, Papanek ou encore Mosley et leurs co-auteurs, ont cependant conclu à des résultats différents et souvent contradictoires, soulignant bien le manque de consensus sur la question de l’efficacité macroéconomique de l’A.P.D.

C’est pourquoi les études suivantes ont tenté d’affiner l’analyse en désagrégeant les effets de l’aide en fonction des caractéristiques des pays bénéficiaires : l’aide pouvait alors être efficace dans certains contextes mais pas nécessairement partout. La publication par la Banque mondiale en 1998 du rapport « Assessing Aid : What Works, What doesn't and Why ? » a ainsi marqué un tournant important. Sans, là non plus, permettre l'émergence d'un consensus – puisqu'au contraire ce rapport a été suivi d'un intense débat –, il défend l'idée que l'efficacité de l'aide dépend de la qualité des politiques économiques mises en œuvre par les pays en développement. S’ajoutant à la restriction des budgets d’aide, ce rapport a conduit les pays développés, dès cette époque, à renforcer leurs critères d’allocation de l’aide afin de maximiser l’efficacité des montants déboursés

Une efficacité sous conditions

La voie de recherche ouverte par le rapport « Assessing Aid » est donc celle d'un effet conditionnel de l'aide : en fonction de certaines caractéristiques des pays receveurs, l'aide serait plus ou moins efficace. L'article « Aid, Policies and Growth » de Craig Burnside et David Dollar, publié en 2000 dans l'American Economic Review, vient fonder les conclusions du rapport de la Banque mondiale. En défendant l'idée que l'aide est plus efficace dans les pays qui ont mis en œuvre des politiques économiques saines, les auteurs justifient un principe de sélectivité envers les pays receveurs en fonction de leurs performances économiques.

Rapidement, ces travaux ont eu des répercussions très importantes pour les agences d'aide. Au sein de la Banque mondiale, tout d'abord, le modèle d'allocation d'aide de l'Association internationale de développement a accordé un poids de plus en plus important à la qualité des institutions et des politiques économiques des pays en développement. De même, l'U.S.A.I.D., l'agence d'aide américaine, a annoncé, en 2002, la création d'un fonds spécial, le Millenium Challenge Corporation , auquel ne seraient éligibles que les pays ayant, entre autres, de bonnes politiques économiques et des institutions solides.

Néanmoins, comme l'ont ensuite souligné certaines études, d'autres facteurs d'efficacité sont à considérer. Par exemple, la vulnérabilité des pays à des chocs externes, climatiques ou commerciaux. L'aide joue alors un rôle compensateur, d'assurance, par rapport à ces chocs, et serait plus efficace dans les pays les plus exposés aux chocs externes.

Les dangers du « scaling up » de l’aide

La forte hausse des flux nets d’aide enregistrée au début des années 2000 a radicalement modifié les termes du débat.

Cet accroissement des flux d’A.P.D induit par la course aux O.M.D et la guerre contre le terrorisme international a en effet conduit à réfléchir aux effets pervers que pourraient avoir ces entrées massives de capitaux. Certains économistes du F.M.I. ont ainsi mis en évidence que d’importants montants d’aide pouvaient nuire à la croissance économique en poussant le taux de change à s’apprécier (situation de Dutch disease). Dans la même veine, d’autres économistes, s’appuyant sur le fait que les rendements marginaux de l'aide sont décroissants – à partir d'un certain seuil, 1 dollar supplémentaire d'aide devient relativement moins efficace –, ont pointé du doigt la capacité d'absorption des pays. Certaines analyses ont ensuite exposé qu’une multiplication des donateurs au sein d’un même pays tendait également à réduire l’efficacité de l’aide. Plusieurs études menées au F.M.I., concluent aussi à l'influence négative de l' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Aide publique au développement multilatérale

Aide publique au développement multilatérale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Effort d’aide publique au développement (pays de l’O.C.D.E.)  

Effort d’aide publique au développement (pays de l’O.C.D.E.)  
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Évolution de l’aide publique au développement

Évolution de l’aide publique au développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Évolution de la repartition géographique de l’aide

Évolution de la repartition géographique de l’aide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargée de recherche à l'Institut de recherche pour le développement (C.I.R.D.), centre de recherche D.I.A.L. (Développement, institutions et analyses de long terme)
  • : doctorant en macroéconomie du développement, université de Paris-IX-Dauphine, Laboratoire d'économie de Dauphine, Développement, institutions et mondialisation (LEDA DIAL)

Classification

Autres références

«  DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Sociologie

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 6 036 mots
  •  • 1 média

La sociologie du développement est neuve, et pourtant elle subit déjà les assauts de la contestation. Un sociologue américain radical, André G. Frank, lui reproche de devenir « de plus en plus sous-développée », à l'exemple des sociétés auxquelles elle prétend s'appliquer. Il l'accuse d'être de moins en moins adéquate, « pour des raisons empiriques, théoriques et politiques ». La critique est exce […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques FRIBOULET
  •  • 8 093 mots
  •  • 4 médias

Le terme développement n'est employé dans son acception économique que depuis les années 1950. Mais l'idée est plus ancienne. Elle constitue le thème central du livre d'Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), qui marque les débuts de l'économie politique moderne. La […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Développement des pays du Sud

  • Écrit par 
  • Denis COGNEAU, 
  • Philippe DE VREYER, 
  • Sylvie LAMBERT
  •  • 5 718 mots
  •  • 4 médias

La question du développement des pays du Sud trouve ses origines entre le xive et le xixe siècle, avec la colonisation du monde par les États européens occidentaux, et plus particulièrement au moment de la révo […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 1 635 mots

La notion de développement économique a pris de l'importance au tournant de la Seconde Guerre mondiale, avec l'émergence de nouvelles nations issues de la décolonisation et la mise en place d'institutions multilatérales, comme l'O.N.U. et ses agences, le Fonds monétaire international et la Banq […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 9 956 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La révolution verte dans certains pays en développement »  : […] Dans certains pays en développement, d'Asie surtout (Inde, Pakistan, Indonésie, Philippines, Thaïlande...), la révolution verte fut lancée dans le contexte de la guerre froide, en étant largement financée par des fonds publics de pays occidentaux et des fonds privés de grandes fondations (Rockefeller, Ford, Kellogg...). Au départ, le principal objectif était d'accroître considérablement la produ […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Divergence Nord-Sud »  : […] L' approche institutionnaliste permet à un historien et économiste comme Douglass North (Prix Nobel en 1993) d'expliquer l'évolution divergente de l'Amérique latine et de l'Amérique anglo-saxonne depuis leur découverte. Pourquoi ces deux parties du continent qui ont une histoire proche, découvertes et peuplées par des Européens à partir de 1492, sont-elles si différentes, l'une faisant partie du […] Lire la suite

ANDES CORDILLÈRE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELER, 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 10 949 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Andes aujourd'hui »  : […] La grande région andine compte 150 millions d'habitants (estimation de 2006) répartis en noyaux densément peuplés qui côtoient de vastes territoires presque vides ; 80 p. 100 d'entre eux vivent dans la zone intertropicale et 57 p. 100 dans les trois États des Andes du Nord ; mais 30 p. 100 seulement habitent dans la montagne proprement dite (à plus de 1 500 mètres d'altitude) tandis que le reste o […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « Anthropologie économique et développement économique et social »  : […] Pourquoi et comment ces transformations structurales ont-elles eu lieu ? C'est une tâche théorique fondamentale de l'anthropologie économique que de contribuer à résoudre ce problème central de l'histoire universelle qui éclaire le destin singulier des sociétés occidentales : pourquoi et comment les rapports de parenté ont-ils cessé d'être dominants dans la société ? pourquoi, à partir d'une certa […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une économie émergente avant la lettre »  : […] La longue période inaugurée par l'établissement de l'unité nationale en 1860 (avec l'incorporation de la Province de Buenos Aires à la Confédération argentine) et à laquelle met fin la grande crise des années 1930 se caractérise par un processus de développement fondé sur la valorisation auprès du monde entier des ressources naturelles du pays. Alors très liée à l'économie britannique, l'économie […] Lire la suite

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 279 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les tâches extramilitaires de l'armée »  : […] Par sa hiérarchie, ses structures, ses effectifs, ses moyens, sa diversité, l'armée, en dehors de sa mission de guerre, est à même de remplir un grand nombre de tâches, subsidiaires ou essentielles, que souvent elle est seule à pouvoir assumer. Les exemples vont des soldats laboureurs fondant la Roumanie ou défrichant avec Bugeaud l'Algérie aux officiers des Affaires indigènes, administrateurs, éd […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lisa CHAUVET, Marin FERRY, « DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Aide publique au développement  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-economique-et-social-aide-publique-au-developpement/