DÉVELOPPEMENT DE LA COGNITION SPATIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quel codage des informations ?

La cognition spatiale s’appuie sur différentes formes de codage des informations basées sur deux types de référentiels. Dans le référentiel égocentrique, la localisation de l’objet est codée en fonction de la position de l’observateur, que celui-ci soit statique ou mobile (« la mairie est à ma gauche »). Dans le référentiel allocentrique, elle est codée en fonction d’un ou de plusieurs objets fixes de l’environnement et ne varie donc pas avec la position de l’observateur (« la mairie est en face de la boulangerie »).

Ces différents systèmes de codage des localisations se mettent en place chez l’humain pendant les deux premières années de vie. Le plus simple mobilise l’apprentissage d’une réponse motrice. Dans ce système égocentrique, la localisation de l’objet est codée au travers de l’action nécessaire pour l’atteindre ou le capter du regard. Présent dès les premiers mois de la vie, son importance décroît avec l’apparition, vers six-sept mois, de l’apprentissage d’indices. Cette forme de codage allocentrique associe la localisation de l’objet avec la présence d’un point de repère visible et contigu.

L’apprentissage de lieux permet de localiser l’objet en l’absence de point de repère contigu. Le codage se fait en fonction de plusieurs points de repère distants qui fournissent un cadre de référence allocentré à partir duquel l’objet est localisé en termes de distances et de directions. Les premières manifestations de ce codage s’observent vers vingt-quatre mois.

L’intégration du chemin permet à l’individu qui se déplace sans aucun point de repère (dans l’obscurité par exemple) d’actualiser sa position dans l’espace en se basant sur des informations sensorielles vestibulaires, proprioceptives et motrices. Cette forme de codage égocentrique est mise en œuvre pour des déplacements simples vers l’âge de douze mois.

Enfin, une information spatiale peut être codée à deux niveaux distincts. Le niveau « métrique » utilise un système de coordonnées qui spécifie la localisation de l’objet en termes de distance et de direction (« la mairie est à 80 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉVELOPPEMENT DE LA COGNITION SPATIALE  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT PERCEPTIVO-MOTEUR : POSTURES ET ACTIONS

  • Écrit par 
  • Christine ASSAIANTE
  •  • 2 199 mots

Apercevoir un ami et se diriger vers lui semble être la chose la plus simple et la plus naturelle au monde. Or les séquences perceptives et motrices qui s’enchaînent sont plus complexes qu’il n’y paraît. Il est tout d’abord nécessaire de repérer la position de son ami dans l’espace et d’évaluer sa distance par rapport à soi, détecter si son ami est immobile ou en mouvement. Dans quelle action éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-perceptivo-moteur-postures-et-actions/#i_56780

Voir aussi

Pour citer l’article

Yannick COURBOIS, « DÉVELOPPEMENT DE LA COGNITION SPATIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-de-la-cognition-spatiale/