DÉVELOPPEMENT (biologie)Le développement animal

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion d'épigenèse, pour expliquer la formation progressive de l'embryon, est suggérée pour la première fois par William Harvey en 1651, mais le vrai débat théorique a commencé au siècle suivant. Deux théories concurrentes ont tenté d'expliquer le développement de l'individu – l'ontogenèse – à partir des gamètes. Les partisans de la théorie de préformation, comme le naturaliste Albrecht von Haller, soutenaient que la spécificité du processus du développement pour chaque espèce s'explique par l'existence dans les gamètes d'un minuscule être préformé, une sorte de modèle de l'adulte, et le développement de l'individu n'étant autre que la croissance de ce modèle. L'« homonculus », l'homme minuscule dans le spermatozoïde en est la représentation la plus connue. Par opposition à la théorie de la préexistence du modèle miniaturisé, les partisans de la théorie de l'épigenèse, dont Kaspar Friedrich Wolff, pensaient que l'œuf est amorphe et que les organes de l'adulte se différencient graduellement. Aucune des deux théories n'était vraiment satisfaisante car, dans les deux cas, des questions fondamentales restaient inexpliquées. Les théories préformationnistes étaient confrontées aux difficultés d'expliquer pourquoi deux parents sont nécessaires pour la reproduction. De plus, la supposition de l'existence dans les gamètes d'un modèle préformé de chaque individu de chaque génération et l'emboîtement de ces modèles les uns dans les autres conduisent inévitablement à la question de l'origine du tout premier « modèle » et nécessite de supposer un acte de création comme point d'origine. Les partisans de l'épigenèse, de leur côté, avaient des difficultés à expliquer la spécificité du processus épigénétique pour chaque espèce. Pourquoi l'œuf de poisson se développe-t-il toujours en poisson, l'œuf de poule en poussin, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages



Médias de l’article

Développement comparé d'embryons

Développement comparé d'embryons
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Embryon de poulet : annexes

Embryon de poulet : annexes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Correspondance entre les segments de la larve et de la mouche de la drosophile

Correspondance entre les segments de la larve et de la mouche de la drosophile
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Différents territoires de l'embryon de drosophile

Différents territoires de l'embryon de drosophile
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 10 médias de l'article





Écrit par :

  • : maître de recherche à l'I.N.S.E.R.M.
  • : ingénieur agronome, docteur en biologie
  • : docteur ès sciences, chargée de recherche au C.N.R.S.
  • : professeur à l'École pratique des hautes études
  • : docteur en médecine, docteur en biologie humaine, directeur de l'unité 336 de l'I.N.S.E.R.M.
  • : docteur ès sciences, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  DÉVELOPPEMENT, biologie  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

L'ontogenèse recouvre l'ensemble des processus de développement des êtres vivants, jalonnés, à partir de la fécondation, par l'embryogenèse, l'acquisition de l'état adulte, la sénescence, puis la mort et/ou la reproduction qui conduisent à un nouveau cycle de vie. Il est évident que les modalités de l'ontogenèse diffèrent en fonction du degré de complexité, donc […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 129 mots
  •  • 10 médias

Le verbe latin volvere (dans sa forme active faire rouler, faire avancer ; dans sa forme neutre, tourner) a engendré voloper en vieux français. Dès le xiie siècle, on oppose déjà envelopper (enrouler) et développer (dérouler). Au xve siècle le substantif « développe […] Lire la suite

BIOLOGIE - La contruction de l'organisme

  • Écrit par 
  • Françoise DIETERLEN
  •  • 2 476 mots
  •  • 1 média

L'étude du développement embryonnaire des animaux métazoaires, organismes complexes constitués de milliards de cellules aux fonctions distinctes qui se différencient harmonieusement à partir de la cellule-œuf, a d'abord été l'objet d'une science descriptive, l'embryologie. Celle-ci fut qualifiée de « causale » lorsqu'elle chercha à comprendre les mécanis […] Lire la suite

BIOLOGIE, en bref

  • Écrit par 
  • François GROS
  • , Universalis
  •  • 945 mots

La prise de conscience de la réalité biologique, c'est-à-dire de ce qui caractérise le vivant par rapport à l'inanimé, remonte sans doute aux premières tentatives des Anciens pour définir et expliquer cette différence. On pense ici à la philosophie naturaliste d'Aristote, aux idées d'Hippocrate, puis de Galien. Leur conception de la vie s'inscrit le plus souvent dans une dimension métaphysique ou […] Lire la suite

BRENNER SYDNEY (1927-2019)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 385 mots

Biologiste britannique, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 2002 (conjointement à John Sulston et Robert Horvitz) pour avoir découvert le mécanisme clé, appelé mort cellulaire programmée ou apoptose, par lequel les gènes contrôlent le développement des tissus et des organes. Sydney Brenner est né le 13 janvier 1927 à Germiston (Afrique du Sud). Après avoir obtenu un doctorat à l'université d' […] Lire la suite

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiopathologie du mouvement cellulaire dans les organismes multicellulaires »  : […] Les mécanismes moléculaires du mouvement cellulaire ont été élaborés et sélectionnés pendant la longue évolution des eucaryotes à l'état unicellulaire, soit pendant près de 2,5 milliards d'années. Lorsque les eucaryotes multicellulaires sont apparus, il y a seulement 700 millions d'années, ces mécanismes ont été exploités pour constituer des organismes tels que le corps humain, qui contient plus […] Lire la suite

CLONAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 5 006 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les clones sont-ils génétiquement identiques ? »  : […] Issus de cellules provenant d'un seul individu, les clones possèdent bien le même ensemble de gènes nucléaires. Toutefois, ils sont génétiquement différents en ce qui concerne leurs mitochondries, ces organites cellulaires qui contiennent de l'ADN, ou tout autre facteur transmis par le cytoplasme de l'ovule. On ne sait pas encore non plus jusqu'à quel point le clonage peut induire des modificati […] Lire la suite

CONSTRUCTION DE L'ORGANISME ET GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 241 mots

C'est en étudiant l'étrange mouche mutante Antennapedia , qui porte des pattes à la place des antennes, qu'Edward Lewis du California Institute of Technology, eut l'intuition de l'existence de gènes indispensables au développement précoce de l'organisme : les gènes homéotiques, en référence au travail du Britannique William Bateson qui avait identifié en 1894 le phénomène d'homéose, par lequel u […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Modalités temporelles »  : […] La croissance présente des modalités diverses dans le temps. Elle peut être saisonnière, en fonction des facteurs du milieu, la croissance étant en particulier interrompue pendant la mauvaise saison. Ces fluctuations dans la vitesse de croissance peuvent s'accompagner de variations qualitatives, et qui se marquent dans les phanères des mammifères (poils, ongles, cornes) ou les stries de croissanc […] Lire la suite

DIAPAUSE, zoologie

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT
  •  • 1 152 mots

La diapause est une forme de vie ralentie, génétiquement déterminée, une phase d'arrêt du développement pendant des périodes défavorables de l'environnement. Cet important mécanisme adaptatif permet aux animaux de résister et de survivre aux variations saisonnières de l'habitat telles que les basses températures hivernales, les fortes chaleurs estivales, les périodes de sécheresse ou encore d'abs […] Lire la suite

DOLLY

  • Écrit par 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le clonage pour l’élevage : dans quel but ? »  : […] La réalité biologique du clonage comme technique compatible avec l’obtention d’animaux adultes et fertiles et permettant la multiplication plus rapide des meilleurs reproducteurs s’est imposée peu à peu avec des succès obtenus sur une trentaine d’espèces. Toutefois, le nombre d’animaux clonés dans le monde reste faible : quelques milliers de bovins, quelques centaines de porcs, quelques dizaines d […] Lire la suite

EDELMAN GERALD MAURICE (1929-2014)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 932 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Edelman et la neurobiologie »  : […] Après les anticorps, Edelman s’intéresse aux interactions entre cellules, domaine neuf en 1970, et particulièrement aux molécules qui permettent aux cellules de se reconnaître entre elles et de se diriger vers leur cible finale dans l’organisme. On entrevoit à cette époque leur rôle dans le fonctionnement du système immunitaire et au cours du développement embryonnaire. L’organisme se construit a […] Lire la suite

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 223 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Embryologie descriptive : l'embryogenèse »  : […] Chez les animaux, l'œuf est une cellule unique, souvent de grande dimension, à noyau digamétique, c'est-à-dire formé par l'assemblage des noyaux des cellules reproductrices ou gamètes. Le cytoplasme cellulaire renferme des réserves plus ou moins abondantes. Si les circonstances du milieu lui sont favorables, l'œuf va donner un nouvel organisme, semblable à l'organisme des progéniteurs et assuran […] Lire la suite

EMBRYOLOGIE VÉGÉTALE

  • Écrit par 
  • Michel FAVRE-DUCHARTRE
  •  • 2 124 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La notion d'embryon dans le règne végétal »  : […] D'une façon générale, un embryon est un très jeune être vivant issu de la prolifération d'un zygote , cellule diploïde ( à 2 n chromosomes) originale provenant de l'union d'une cellule sexuelle femelle et d'un spermatozoïde. Chez les Plantes, il va de soi qu'un embryon se définit par le fait que son développement se réalise au sein de l'organisme maternel. On a, pour cette raison, appelé « Embry […] Lire la suite

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Méthylation de l’ADN »  : […] Le premier niveau est celui de la modification chimique réversible de la molécule d’ADN elle-même. La méthylation de l’ADN correspond à l’ajout d’un groupement méthyle (CH 3 ) à l’une des bases de l’ADN. Cette modification a été proposée comme une marque pouvant réguler l’expression des gènes dès 1975. Elle ne modifie pas la séquence nucléotidique et ne peut pas être décelée par les techniques de […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les hétérochronies »  : […] Dans la mesure où il existe des différences matérielles entre ascendants et descendants, l'évolution implique concrètement des transformations au cours de l'ontogenèse elle-même (« L'ontogenèse ne récapitule pas la phylogenèse : elle la crée », soulignait Walter Garstang en 1922). À cet égard, la mise en place temporelle de l'activité de certains gènes est sans doute capitale. Que d'une ontogenèse […] Lire la suite

GÉNOMIQUE - La transgenèse

  • Écrit par 
  • Pascale BRIAND
  •  • 7 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Études relatives au développement »  : […] Comme nous l'avons vu, les souris transgéniques permettent de déterminer quelles sont les séquences nécessaires à la régulation de l'expression d'un gène au cours du développement. Il est aussi possible d'analyser les conséquences de l'expression qualitativement ou quantitativement anormale d'un gène que l'on sait être important dans telle ou telle étape du développement. Le rôle de certains prot […] Lire la suite

HÉRÉDITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BABINET, 
  • Luisa DANDOLO, 
  • Jean GAYON, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 11 220 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La parthénogenèse impossible  »  : […] Dans la nature, un certain nombre d'espèces, tant animales que végétales, se reproduisent par parthénogenèse, c'est-à-dire à partir du gamète femelle, sans aucune participation du gamète mâle. Chez les mammifères, la parthénogenèse naturelle n'a jamais été décrite et les tentatives de parthénogenèse expérimentale se sont toutes soldées par des échecs : si l'on obtient assez aisément un début de d […] Lire la suite

HORVITZ ROBERT (1947- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 451 mots

Biologiste américain, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 2002 (conjointement à Sydney Brenner et John Sulston) pour avoir découvert le mécanisme clé, appelé mort cellulaire programmée ou apoptose, par lequel les gènes contrôlent le développement des tissus et des organes. H. Robert Horvitz est né le 8 mai 1947 à Chicago, dans l'Illinois (États-Unis). Il obtient un doctorat à l'université Har […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc-Yves FISZMAN, Thomas HEAMS, Lieba LAZARD, Andras PALDI, Alain PRIVAT, Patricia SIMPSON, « DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-animal/