SATIRIQUE DESSIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le citoyen contre les pouvoirs

Midas, le roi Midas, a des oreilles d'âne. Louis-Philippe a pour tête une poire ; chirurgien sadique, il est le grand saigneur. Marie-Thérèse d'Autriche urine sur une meule pendant que ses soldats aiguisent leurs sabres. Marie-Antoinette nue se livre aux caresses précises de La Fayette. Talleyrand est un monstre à six têtes dont chacune glorifie un régime différent. Jouant aux cartes avec la Mort, Napoléon jette sur le tapis, sans pitié, ses soldats. Au buffet de la cour, le ministre-singe demande aux notables-volailles à quelle sauce ils veulent être mangés (1787). Le ministre X est un porc. Le président Y a une tête de renard trompeur. La cruauté de Robespierre le métamorphose en tigre ; Louis XVI est un dindon sot et gras ; Marie-Antoinette une louve aux agressifs seins de sphinge. Catherine de Russie a un pied sur son royaume, l'autre sur une des mosquées de Constantinople ; les autres souverains regardent sous ses jupes et commentent : « Ce n'est pas là des ouvertures de paix. Toute l'armée turque y passerait. » Assis sur des cadavres de femmes dévêtues, les sans-culottes (dessinés par l'Anglais James Gillray en 1792) se livrent à l'anthropophagie. Vue par Siné, la statue de la Liberté a une jambe de bois et, de son bras tendu, tire la chasse d'eau.

Les institutions sont examinées sans respect. Leur déshonneur s'étale. Une rumeur permanente juge, critique les maîtres du pouvoir. Malgré les censures, les emprisonnements, les amendes, malgré l'esthétique qui insiste sur sa vulgarité, le dessin satirique ne cesse son travail de sape. Pendant la Révolution, un royaliste reproche aux caricaturistes d'arracher au roi l'amour et l'estime du peuple. Champfleury compare les dessinateurs satiriques à de cruels enfants martyrisant une mouche. Réfléchissant sur son travail, Siné le lit comme une besogne de perpétuel fossoyeur, comme une arme de démolition ; pour lui : « Le dessin d'humour contestataire ne fleurit bien que [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie de l'art à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art, écrivain

Classification

Autres références

«  SATIRIQUE DESSIN  » est également traité dans :

ASSIETTE AU BEURRE L' (1901-1914)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 712 mots

Hebdomadaire de seize pages environ, tiré en couleurs, L'Assiette au beurre est l'aboutissement de la caricature sociale et de mœurs telle que Le Rire , Le Courrier français et Le Chambard socialiste l'ont approfondie et développée. La tendance anarchisante des créateurs de ce journal donne à la charge graphique un caractère extrêmement virulent. Chaque numéro est consacré à un thème précis et […] Lire la suite

BOSC (1924-1973)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 375 mots

Comme Sempé, le Français Bosc appartient à cette génération de dessinateurs humoristes qui mettent en lumière le lien organique existant entre l'individu et la foule. Ils s'ingénient à mettre fin à un mythe, celui de l'individualisme. Le jeu graphique de Bosc va du plan d'ensemble au portrait de l'individu isolé perçu en tant qu'animal social. Pour Bosc, le comportement d'un homme pris isolément r […] Lire la suite

CABU JEAN CABUT dit (1938-2015)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 829 mots
  •  • 1 média

Le goût et le talent du dessin se sont manifestés très tôt chez Jean Cabut , né le 13 janvier 1938 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne auj.). Son père, Marcel Cabut, peintre amateur, était professeur à l’École nationale supérieure des arts et métiers de cette ville. À dix ans, le jeune garçon recopie les dessins de Dubout dont il restera un fervent admirateur. Deux ans plus tard, lauréat d’u […] Lire la suite

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 333 mots
  •  • 9 médias

La caricature (de l'italien caricare , charger) est l'expression la plus évidente de la satire dans le graphisme, la peinture et même la statuaire. Elle fut longtemps confondue avec les manifestations du grotesque, mais depuis la fin des années 1950 on a cherché à préciser son domaine. Dans la caricature, il convient de distinguer le portrait en charge, qui utilise la déformation physique comme mé […] Lire la suite

CHAM AMÉDÉE DE NOÉ dit (1819-1879)

  • Écrit par 
  • Bernard PUIG CASTAING
  •  • 478 mots

Tout semblait devoir contrarier la carrière à succès qui fut celle du satiriste Amédée de Noé, dit Cham : son père, le comte Louis de Noé, était pair de France, et Amédée avait des dispositions pour les mathématiques qui permettaient tous les espoirs. Le destin voulut qu'il échouât au concours d'entrée à Polytechnique, pour avoir, disait-il, laissé circuler une caricature de son examinateur. Après […] Lire la suite

CHARB STÉPHANE CHARBONNIER dit (1967-2015)

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 719 mots
  •  • 1 média

Directeur de Charlie Hebdo , Charb fut la première cible des tueurs du 7 janvier 2015 . À quarante-sept ans, il était depuis des années le principal auteur des textes et dessins du journal qui étaient dirigés contre les terroristes islamistes. Né Stéphane Charbonnier le 21 août 1967 à Conflans-Sainte-Honorine, il passe son enfance à Pontoise. Ses études ne sont « ni ennuyeuses ni exaltantes », dir […] Lire la suite

CHARLIE HEBDO

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 1 001 mots
  •  • 4 médias

Le journal Charlie Hebdo est né de l’interdiction de la publication de Hara-Kiri Hebdo en 1970. À la suite des événements de Mai-68, le monde du dessin de presse subit un changement radical. Le dessin d'humour était jusqu’à lors dominé par des publications familiales, à l'esprit conservateur, auquel, malgré leur talent, les dessinateurs devaient se conformer. Après Mai-68, cet humour va être ba […] Lire la suite

CHAVAL (1915-1968)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 423 mots

L'œuvre du Français Chaval, de son vrai nom Yvan Le Louarn, s'inscrit dans la tradition du dessin d'humour ; mais l'artiste a porté cette tradition bien au-delà de ce qu'ont réalisé ses prédécesseurs. « Si mes dessins sont meilleurs que les autres, a-t-il déclaré, c'est qu'ils vont jusqu'au bout. Mais ils vont jusqu'au bout parce que j'y vais moi-même, et que je me détruis aussi. » (Le dessinateur […] Lire la suite

CRUIKSHANK GEORGE (1792-1878)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 671 mots

Fils et frère d'artistes qui ont consacré une part non négligeable de leur activité à la caricature, George Cruikshank clôt la grande période de la caricature anglaise qui débuta avec Hogarth et se poursuivit avec Gillray et Rowlandson. Hogarth avait créé la caricature de mœurs, Gillray s'était particulièrement distingué dans la caricature politique, Rowlandson avait oscillé entre les deux express […] Lire la suite

DAUMIER HONORÉ (1808-1879)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 2 959 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La scène politique »  : […] La réputation de Daumier va se jouer entre les deux mouvements populaires de 1830 et de 1848. Stimulé, en effet, par le choc des Trois Glorieuses, auxquelles l'artiste participe aux côtés de ses bouillants amis, et par l'effervescence politique et sociale qui caractérise ensuite le règne du « roi bourgeois », le prodigieux talent de Daumier pour la satire et la caricature éclate alors au grand jou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert LASCAULT, « SATIRIQUE DESSIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin-satirique/