DESPOTISME ÉCLAIRÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Despotisme légal et despotisme éclairé

Joseph II, attentif à tous les aspects des Lumières, subit fortement l'influence des idées dites « physiocratiques ». Diderot déborda, un temps, d'enthousiasme pour l'un des ouvrages capitaux dus à la « secte » : L'Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, paru en 1767, qui avait pour auteur Lemercier de La Rivière, ancien intendant, « un de ces administrateurs français qui, dans la seconde moitié du xviiie siècle, influencés par la philosophie, ont pratiqué le despotisme éclairé au moins autant que le gouvernement lui-même » (M. Lhéritier). Diderot voulut envoyer Lemercier à Catherine, en proclamant que lorsqu'elle aurait « cet homme-là », celui qui avait découvert le « secret », les Voltaire, les d'Alembert, les Diderot ne lui serviraient plus à rien !

Quel était donc ce secret ? C'était la prééminence de l'agriculture, de la propriété foncière, fondement d'un ordre naturel évident comme la lumière du jour... ou comme les Lumières du siècle. Et la formule politique en était : despotisme légal, soit la plus paradoxale des alliances de termes.

Alors que dans le domaine économique les physiocrates tenaient farouchement pour la liberté, pour le laisser-faire, ils rejetaient expressément la liberté politique. L'autorité souveraine devait (selon le Dr Quesnay, chef de la secte) être unique, supérieure à tous les individus, à toutes « les entreprises injustes des intérêts particuliers » ; la balance des forces chère à Montesquieu et aux anglomanes ne pouvait que favoriser ces entreprises et leur guerre mutuelle aux dépens du bien commun. Despotisme, donc. Mais despotisme d'où tout soupçon d'arbitraire était exclu. Pourquoi ? Parce qu'il s'exercerait et ne pourrait s'exercer qu'en conformité avec l'ordre naturel, dont les lois de l'État ne sauraient être que la constatation et la déclaration, parce qu'il ne serait et ne pourrait être que l'expression de la soumission du souverain, chef unique, propriétaire de sa souveraineté, « despote », aux lois de cet ordre naturel dont l'évidence l'éclairerait. Despotisme, en ce sens, lé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Frédéric II de Prusse (1712-1786)

Frédéric II de Prusse (1712-1786)
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Catherine II de Russie (1729-1796)

Catherine II de Russie (1729-1796)
Crédits : Album/ AKG-Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification

Autres références

«  DESPOTISME ÉCLAIRÉ  » est également traité dans :

DESPOTISME ÉCLAIRÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 151 mots

1740 Avènement de Frédéric II de Prusse.1750-1753 Séjour de Voltaire à la cour de Potsdam.1752 Testament politique de Frédéric II : les principes du despotisme éclairé. […] Lire la suite

ABSOLUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 4 285 mots

Dans le chapitre « Le despotisme éclairé »  : […] On connaît évidemment la réaction du xviii e  siècle contre l'absolutisme monarchique mais, d'une part, l'État reste ou devient plus absolu que jamais, d'autre part, se développe un avatar de l'absolutisme : le despotisme éclairé. On admettait que l'État restât aussi absolu, pourvu qu'il fût soumis à la raison (la raison des Lumières) qui doit tout gouverner. Si l'État est un agent de la raison, i […] Lire la suite

ARANDA PEDRO PABLO ABARCA comte d' (1718-1798)

  • Écrit par 
  • Michel DUBUIS
  •  • 1 120 mots

Militaire et homme politique espagnol. Interrompant des études commencées chez les Jésuites et poursuivies à Bologne, Aranda s'engage dans l'armée (1736) et se distingue en Italie (blessé à Campo Santo, 1743) pendant la guerre de la Succession d'Autriche. Ambassadeur au Portugal en 1755, il apporte, dans sa correspondance avec le duc d'Albe, un témoignage sur la vie à Lisbonne au moment du tremble […] Lire la suite

CATHERINE II (impératrice de Russie)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 225 mots
  •  • 1 média

Épouse de Pierre III, qu'elle allait rapidement détrôner à la suite d'un coup d'État militaire, en juillet 1762, Catherine II laissa à sa mort, en 1796, le souvenir du plus glorieux règne en Russie depuis celui de Pierre I er le Grand, le grand-père de Pierre III. Elle a unifié l'Empire d'un point de vue législatif et administratif et codifié les privilèges. Elle a considérablement agrandi le ter […] Lire la suite

CATHERINE II DE RUSSIE (1729-1796)

  • Écrit par 
  • François-Xavier COQUIN
  •  • 5 122 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'amie des philosophes »  : […] À la différence de son mari, dont les préférences allemandes et luthériennes avaient précipité la chute, Catherine s'emploie aussitôt à asseoir sa popularité. « Citoyenne de l'Europe », comme elle s'appelait, autant que de Russie, et plus ou moins sincèrement éprise de « Lumières », elle ne tarde pas à se tailler une réputation de libéralisme, vite amplifiée aux quatre coins de l'Europe. À peine […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Charles III, « despote éclairé » »  : […] La période suivante se confond avec le règne de Charles III (1759-1788). À la mort de Ferdinand VI, il laissa le royaume de Naples et vint gouverner l'Espagne. Ce souverain pieux et consciencieux engagea le pays dans la voie de réformes prudentes et on le considère comme le représentant du « despotisme éclairé ». Il confia le pouvoir à des ministres réformateurs. L'un d'eux, un Italien, le marqu […] Lire la suite

FRÉDÉRIC II (roi de Prusse)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 215 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il meurt, à Potsdam, en 1786, Frédéric II est depuis longtemps considéré comme le « roi-philosophe ». Roi de Prusse depuis 1740, il est en effet célèbre pour sa culture, notamment sa connaissance des lettres françaises, et pour ses amitiés avec de nombreux philosophes, en particulier Voltaire, qui séjourna au château de Sans-Souci, dont Frédéric II avait commandé la construction. Auteur de […] Lire la suite

FRÉDÉRIC II DE PRUSSE (1712-1786)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 3 129 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le despote éclairé »  : […] L'admiration des contemporains n'est pas allée uniquement au chef de guerre. Leurs louanges s'adressent plus encore au souverain éclairé, au « roi philosophe ». Douze années de guerre (la campagne de 1778 n'est qu'une mobilisation) sur quarante-six ans de règne : le souverain a eu le temps d'améliorer l'administration de son royaume. Dans quel sens vont ses réformes ? Quel est l'esprit qui les an […] Lire la suite

GUSTAVE III (1746-1792) roi de Suède (1771-1792)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 589 mots

Roi de Suède (1771-1792), né le 24 janvier 1746 à Stockholm, mort le 29 mars 1792 à Stockholm. Fils aîné du roi Adolphe Frédéric (1710-1771), Gustave est un partisan intelligent et cultivé des Lumières. En 1766, il épouse la fille du roi Frédéric V de Danemark (1723-1766), Sofia Magdalena (1746-1813). Il accède au trône en 1771. Le pouvoir royal est alors affaibli par la souveraineté du Riksdag […] Lire la suite

JOSEPH II (1741-1790) empereur germanique (1765-1790)

  • Écrit par 
  • Friedrich SCHREYVOGL
  • , Universalis
  •  • 844 mots

Empereur germanique (1765-1790), né le 13 mars 1741 à Vienne, mort le 20 février 1790 à Vienne. Quatrième enfant et fils aîné de Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780) et de François de Lorraine (1708-1765, le futur empereur François I er ), le jeune Joseph reçoit une éducation sévère. Lorsque sa mère le nomme au Conseil d'État, il fait preuve d'une intelligence exceptionnelle et d'un vif intérêt […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Jacques CHEVALLIER, « DESPOTISME ÉCLAIRÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/despotisme-eclaire/