DESPOTISME ÉCLAIRÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Frédéric II de Prusse (1712-1786)

Frédéric II de Prusse (1712-1786)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Catherine II de Russie (1729-1796)

Catherine II de Russie (1729-1796)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Les réformes et l'opinion

Si l'essentiel était que la raison régnât, qu'elle gouvernât les hommes à la place des usurpatrices qu'étaient la tradition et la providence, il ne convenait alors pas de trop se soucier de la forme du pouvoir, de la nature du souverain, dès l'instant que celui-ci était éclairé, acquis aux Lumières, décidé à mettre au service de la raison les moyens de l'État. Un prince autoritaire, fortement armé, était même plus apte à faire aboutir les réformes concrètes que le progrès exigeait. S'il était trop évident que la masse des gouvernés était insuffisamment éduquée – et donc éclairée – pour que ce progrès pût partir d'en bas, de l'homme du « commun », alors l'opinion, excluant la voie démocratique, mettait ses espoirs dans la voie autoritaire, dans ce progrès imposé d'en haut. Ce qui revenait à faire appel à des princes tout ensemble sages et énergiques, disciples et amis de la philosophie et des philosophes, qui réaliseraient le rêve avorté de Platon.

Dans un beau chapitre de L'Ancien Régime, intitulé « Comment les Français ont voulu des réformes avant de vouloir des libertés », Tocqueville, à propos des physiocrates ou économistes, et invoquant Turgot, fait des observations qui s'étendent à l'opinion en général. Un système de réformes assez vaste et bien lié en toutes ses parties, comment eût-il pu émaner, se demandait cette opinion, d'une autorité autre qu'absolue ? Le meilleur instrument des desseins des réformateurs, n'était-ce pas à tout prendre l'administration royale ? « Il ne s'agit donc pas de détruire ce pouvoir absolu, mais de le convertir. »

Caractéristique est le cas de l'Anglais Jérémie Bentham, qui devait, après 1815, fonder la doctrine utilitaire sur le principe du plus grand bonheur du plus grand nombre et opter résolument pour un radicalisme démocratique. Ce réformateur passionné avait commencé, avant 1789, par attendre de l'action des classes aristocratiques et des souverains éclairés le renouvellement des procédures et des codes, la suppression des abus intolérables hérités du passé. B [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification


Autres références

«  DESPOTISME ÉCLAIRÉ  » est également traité dans :

DESPOTISME ÉCLAIRÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 151 mots

1740 Avènement de Frédéric II de Prusse.1750-1753 Séjour de Voltaire à la cour de Potsdam.1752 Testament politique de Frédéric II : les principes du despotisme éclairé. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/despotisme-eclaire-reperes-chronologiques/

ABSOLUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 4 285 mots

Dans le chapitre « Le despotisme éclairé »  : […] On connaît évidemment la réaction du xviii e  siècle contre l'absolutisme monarchique mais, d'une part, l'État reste ou devient plus absolu que jamais, d'autre part, se développe un avatar de l'absolutisme : le despotisme éclairé. On admettait que l'État restât aussi absolu, pourvu qu'il fût soumis à la raison (la raison des Lumières) qui doit tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolutisme/#i_1230

ARANDA PEDRO PABLO ABARCA comte d' (1718-1798)

  • Écrit par 
  • Michel DUBUIS
  •  • 1 120 mots

Militaire et homme politique espagnol. Interrompant des études commencées chez les Jésuites et poursuivies à Bologne, Aranda s'engage dans l'armée (1736) et se distingue en Italie (blessé à Campo Santo, 1743) pendant la guerre de la Succession d'Autriche. Ambassadeur au Portugal en 1755, il apporte, dans sa correspondance avec le duc d'Albe, un témoignage sur la vie à Lisbonne au moment du tremble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-pablo-aranda/#i_1230

CATHERINE II (impératrice de Russie)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 225 mots
  •  • 1 média

Épouse de Pierre III, qu'elle allait rapidement détrôner à la suite d'un coup d'État militaire, en juillet 1762, Catherine II laissa à sa mort, en 1796, le souvenir du plus glorieux règne en Russie depuis celui de Pierre I er le Grand, le grand-père de Pierre III. Elle a unifié l'Empire d'un point de vue législatif et administratif et codifié les privilèges. Elle a consid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catherine-ii/#i_1230

CATHERINE II DE RUSSIE (1729-1796)

  • Écrit par 
  • François-Xavier COQUIN
  •  • 5 122 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'amie des philosophes »  : […] À la différence de son mari, dont les préférences allemandes et luthériennes avaient précipité la chute, Catherine s'emploie aussitôt à asseoir sa popularité. « Citoyenne de l'Europe », comme elle s'appelait, autant que de Russie, et plus ou moins sincèrement éprise de « Lumières », elle ne tarde pas à se tailler une réputation de libéralisme, vite amplifiée aux quatre coins de l'Europe. À peine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catherine-ii-de-russie/#i_1230

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Charles III, « despote éclairé » »  : […] La période suivante se confond avec le règne de Charles III (1759-1788). À la mort de Ferdinand VI, il laissa le royaume de Naples et vint gouverner l'Espagne. Ce souverain pieux et consciencieux engagea le pays dans la voie de réformes prudentes et on le considère comme le représentant du « despotisme éclairé ». Il confia le pouvoir à des ministres réformateurs. L'un d'eux, un Italien, le marqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-de-l-unite-politique-a-la-guerre-civile/#i_1230

FRÉDÉRIC II (roi de Prusse)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 215 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il meurt, à Potsdam, en 1786, Frédéric II est depuis longtemps considéré comme le « roi-philosophe ». Roi de Prusse depuis 1740, il est en effet célèbre pour sa culture, notamment sa connaissance des lettres françaises, et pour ses amitiés avec de nombreux philosophes, en particulier Voltaire, qui séjourna au château de Sans-Souci, dont Frédéric II avait commandé la construction. Auteur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ii/#i_1230

FRÉDÉRIC II DE PRUSSE (1712-1786)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 3 129 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le despote éclairé »  : […] L'admiration des contemporains n'est pas allée uniquement au chef de guerre. Leurs louanges s'adressent plus encore au souverain éclairé, au « roi philosophe ». Douze années de guerre (la campagne de 1778 n'est qu'une mobilisation) sur quarante-six ans de règne : le souverain a eu le temps d'améliorer l'administration de son royaume. Dans quel sens vont ses réformes ? Quel est l'esprit qui les an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ii-de-prusse/#i_1230

GUSTAVE III (1746-1792) roi de Suède (1771-1792)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 589 mots

Roi de Suède (1771-1792), né le 24 janvier 1746 à Stockholm, mort le 29 mars 1792 à Stockholm. Fils aîné du roi Adolphe Frédéric (1710-1771), Gustave est un partisan intelligent et cultivé des Lumières. En 1766, il épouse la fille du roi Frédéric V de Danemark (1723-1766), Sofia Magdalena (1746-1813). Il accède au trône en 1771. Le pouvoir royal est alors affaibli par la souveraineté du Riksdag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-iii/#i_1230

JOSEPH II (1741-1790) empereur germanique (1765-1790)

  • Écrit par 
  • Friedrich SCHREYVOGL
  • , Universalis
  •  • 844 mots

Empereur germanique (1765-1790), né le 13 mars 1741 à Vienne, mort le 20 février 1790 à Vienne. Quatrième enfant et fils aîné de Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780) et de François de Lorraine (1708-1765, le futur empereur François I er ), le jeune Joseph reçoit une éducation sévère. Lorsque sa mère le nomme au Conseil d'État, il fait preuve d'une intelligence exceptionn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-ii/#i_1230

LEMERCIER DE LA RIVIÈRE DE SAINT-MÉDARD PIERRE PAUL (1719-1801)

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 422 mots

D'une famille de financiers, Pierre-Paul Lemercier (ou Mercier) de La Rivière débute comme conseiller au Parlement de Paris. Influent sur ses collègues, écouté par le contrôleur général Moreau de Séchelles, il travaille dans les années 1754-1757 à la conciliation entre le Parlement exilé et la cour. Une fois le Parlement rappelé, M me de Pompadour lui procure l'intendance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-paul-lemercier-de-la-riviere-de-saint-medard/#i_1230

LÉOPOLD II (1747-1792) grand-duc de Toscane (1765-1792) empereur germanique (1790-1792)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 292 mots

Grand-duc de Toscane (1765-1790) et empereur germanique (1790-1792), né le 5 mai 1747 à Vienne, mort le 1 er  mars 1792 à Vienne. Troisième fils de Marie-Thérèse d'Autriche et de l'empereur François I er , Léopold II succède à son père à la tête du grand-duché de Toscane lorsque son frère aîné devient empereur germanique sous le nom de Joseph II […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-ii-1747-1792-grand-duc-de-toscane-1765-1792-empereur-germanique-1790-1792/#i_1230

LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 7 857 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Europe des Lumières »  : […] Très longtemps on a considéré que les Lumières comme un phénomène essentiellement français. Si des recherches, souvent importantes étaient consacrées à la diffusion des Lumières françaises en Europe, on faisait beaucoup moins de cas, par exemple, des origines étrangères de cette philosophie des Lumières, ou des formes qu'elles pouvaient revêtir, fussent-elles inspirées par la France, après avoir f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumieres/#i_1230

PHANARIOTES

  • Écrit par 
  • Spyros ASDRACHAS
  •  • 696 mots

Couche sociale grecque qui participe, dès le xvii e  siècle, au système administratif de l'Empire ottoman. Les Phanariotes (du quartier de Constantinople Phanari) acquièrent une conscience de classe et une idéologie qui reflètent l'équilibre possible entre un despotisme éclairé et la soumission à un État de type oriental. Des familles enrichies da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phanariotes/#i_1230

PHYSIOCRATES

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU
  •  • 4 077 mots

Dans le chapitre « Origine divine de la propriété foncière et du despotisme éclairé »  : […] La théorie physiocratique donne à la propriété foncière le prestige qui s'attache à une institution d'origine divine. Elle serait « le moyen par lequel nous sommes destinés, comme cause seconde, à perpétuer la grande œuvre de la création et à coopérer aux vues de son auteur » (Quesnay), et troubler la jouissance des propriétaires fonciers deviendrait dès lors « un crime de lèse-majesté divine et h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiocrates/#i_1230

PIERRE Ier LE GRAND (1672-1725)

  • Écrit par 
  • Roger PORTAL
  •  • 4 120 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Absolutisme et opposition »  : […] Sur cette base matérielle s'édifie un système de gouvernement qui associe un pouvoir absolu, arbitraire, à la fonctionnarisation des deux classes privilégiées qui sont les cadres de l'État : clergé et noblesse. Dès 1700, profitant de la mort du patriarche Adrien, le tsar crée un prikaz des monastères, bureau laïc qui prend en charge les biens immeubles d'Église et procède, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-ier-le-grand-1672-1725/#i_1230

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 249 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « L'expansion territoriale »  : […] Le régne de Pierre le Grand (1689-1725) marque un tournant et inaugure un siècle de nouvelle expansion territoriale, de développement économique rapide, de participation directe de la Russie (proclamée Empire en 1721) à la politique européenne . Les réformes de Pierre le Grand ont fait subitement avancer, dans la voie du modernisme occidental, la Russie, qui prend place parmi les monarchies écla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_1230

Pour citer l’article

Jean-Jacques CHEVALLIER, « DESPOTISME ÉCLAIRÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/despotisme-eclaire/