DÉSIR (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Désir et élévation de l’âme

Mais la grandeur de Platon est de ne pas s’être limité à cette approche du désir. Dans son dialogue Le Banquet, où les convives s’expriment tour à tour sur l’amour (Éros), deux discours se détachent : celui du dramaturge Aristophane, et celui de la prêtresse Diotime. Pour celle-ci, l’amour est bien l’expression d’un manque – le manque d’un Autre, le manque du divin, le manque de l’éternité. L’amour est donc progressif et prospectif, et non pas régressif. Il est aspiration à l’être de la part d’une créature éphémère et en devenir : aspiration à la durée (procréation, célébrité, pouvoir de création) et aspiration à l’éternité. L’amour est un intermédiaire (metaxu, en grec) entre le monde fugace des apparences et le monde éternel des Idées. Nul ne l’a mieux exprimé qu’Émile Bréhier (1876-1952) dans son Histoire de la philosophie : « La vie de l'esprit est ainsi comme entée sur la vie du corps ; du désir instinctif qui pousse l'être vivant à engendrer son semblable jusqu'à la vision subite du beau éternel et impérissable, il y a un progrès continu qui est un progrès en généralité. C'est un progrès d'être ému, non plus par la beauté d'un seul corps, mais par toute beauté plastique ; mais au-dessus de la beauté plastique se trouve celle des âmes, des occupations et des sciences, et au-dessus encore, la mer immense du Beau dont toutes ces beautés sont issues. »


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « DÉSIR (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/desir-notions-de-base/