DÉPERSONNALISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Signification nosologique

La dépersonnalisation n'a pas par elle-même de signification nosologique particulière ; on peut même, de façon fugace, l'éprouver normalement à l'endormissement ou avec la fatigue. Elle varie cependant dans ses expressions et sa signification suivant la structure du processus psychopathique qui la détermine, étant liée à des moments critiques de son évolution au cours de nombreuses névroses et psychoses. Elle est très nuancée et riche dans son expression verbale chez le psychasthénique qui s'en défend par les conduites compulsives caractérisant ses obsessions. Tragique, elle traduit l'épreuve catastrophique du schizophrène, terrorisé par l'angoisse du néant, angoisse dont il ne peut se protéger qu'en s'enfermant dans un autisme hermétique. Elle colore le vécu de toute psychose délirante subaiguë, où se désorganise l'ordre spatio-temporel du champ de conscience, ce qui livre le sujet aux fantasmes qui mêlent le rêve à la réalité de son personnage et de son monde. Parfois, dans certaines mélancolies graves, la dépersonnalisation se résout en délire de négations où le sujet affirme qu'il est un mort immortel pour qui la vie et la mort n'ont point de sens.

Bien qu'errance de l'esprit – « délire » au sens étymologique – la dépersonnalisation n'est pas un délire, au sens psychiatrique, où le sujet affirme la réalité objective de ses fantasmes : possession de soi par des influences étrangères chez l'halluciné, conviction imaginée d'une identité fabuleuse, etc. ; il n'y a pas non plus dépréciation nosophobique des organes comme on l'observe chez l'hypocondriaque.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : psychiatre des Hôpitaux, ancien chef de service au centre hospitalier spécialisé Sainte-Anne, Paris

Classification

Autres références

«  DÉPERSONNALISATION  » est également traité dans :

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sédimentation sociale de l'imaginaire »  : […] La tâche est relativement aisée, puisqu'on dispose désormais dans cette vue d'un fil directeur. Partons en effet du rêve. Il se caractérise par la suspension de la position de l'ego, sujet de l'énonciation, et par son éclatement en une multiplicité d'acteurs imaginaires qui sont les protagonistes du rêve. La même raison qui fait que sont convertis en inscriptions plastiques les signifiants dont e […] Lire la suite

SECTES

  • Écrit par 
  • Louis HOURMANT, 
  • Jean SÉGUY
  •  • 9 488 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les déplacements des controverses autour des sectes »  : […] L'évolution constatée des sectes s'accompagne d'un déplacement des controverses à leur sujet. Il faut souligner aussi que les acteurs et les enjeux ne sont plus du tout les mêmes que dans la période des années 1950. Tout d'abord, la polémique ne se situe plus essentiellement dans le camp des Églises officielles. Leurs représentants adoptent un ton mesuré à propos du phénomène des sectes, préféran […] Lire la suite

SYNDROME DE GANSER (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 125 mots

Syndrome psychique caractérisé par des réponses à côté : le sujet répond à la question qu'on lui pose comme si on lui en avait posé une toute différente. Le phénomène décrit, en 1897, par Sigbert Joseph Ganser (1835-1931) peut servir à décrire le discours discordant du schizophrène ; mais il vaut mieux réserver le syndrome portant ce nom à des états crépusculaires avec dépersonnalisation, tels qu' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sven FOLLIN, « DÉPERSONNALISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/depersonnalisation/