DÉNUTRITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Définition et étiologie

Le syndrome de dénutrition doit être distingué d'une part des bas niveaux de nutrition, c'est-à-dire des situations dans lesquelles l'organisme est « adapté » à des ingesta réduits, d'autre part des déséquilibres nutritionnels, et enfin des maigreurs par excès des dépenses.

Si paradoxal que cela puisse paraître, cette maladie vieille comme l'humanité commence à être étudiée seulement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le contexte des guerres ou des épidémies dans lesquelles s'inscrivaient auparavant les famines rendait difficile la distinction entre ce qui revenait à la dénutrition ou aux épidémies et surinfections. C'est le traitement par les antibiotiques qui a enfin permis aux dénutris de ne pas succomber aux infections.

À la suite des travaux de Hopkins sur les carences vitaminiques spécifiques réalisées grâce à des régimes semi-synthétiques sur des animaux, on appliqua à l'homme le concept de maladies dues au manque spécifique d'une vitamine. La guérison du béri-béri par la thiamine, celle du scorbut par la vitamine C, ainsi que la fréquence de vraies avitaminoses dans des pays à alimentation monotone, comme l'Angleterre, encouragèrent ces espoirs.

Ce fut avec ces conceptions que l'on aborda les problèmes de carence de la Seconde Guerre mondiale. Or, force fut de reconnaître qu'à l'exception des périodes de brusque déséquilibre alimentaire (au début ou à la fin des emprisonnements) les avitaminoses nosologiquement identifiables ne furent pas constatées, sans doute parce que le tableau clinique était tout entier occupé par les symptômes que provoque la privation massive en macronutriments.

La notion de subcarence élaborée sur la théorie selon laquelle il existe entre l'état de santé et celui de carence un continuum biologique conduisit à décrire comme signes d'avitaminose des symptômes non spécifiques, de signification complexe : hyperkératose périfolliculaire, sécheresse de la peau, perlèche, cheilite, dermatite scrotale, pétéchie. Ce concept d'« é [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : ancien professeur au Conservatoire national des arts et métiers, ancien directeur du laboratoire de nutrition humaine

Classification


Autres références

«  DÉNUTRITION  » est également traité dans :

CARENCES NUTRITIONNELLES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 210 mots

On parle de carence nutritionnelle quand le métabolisme cellulaire est insuffisamment alimenté en tel ou tel nutriment. À l'origine de cette insuffisance peuvent présider diverses causes : soit que l'alimentation ne comporte pas une quantité suffisante du nutriment en cause ( carence d'apport ) : le scorbut, par exemple, causé par l'absence de vitamine C dans le régime ; on e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carences-nutritionnelles/#i_10371

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Influence des troubles nutritionnels »  : […] Le système endocrinien assure l'adaptation de la croissance à la disponibilité énergétique. En freinant la croissance lors de situations de carence nutritionnelle, l'organisme réussit à préserver les ressources énergétiques nécessaires aux fonctions métaboliques vitales et à l'activité cérébrale. À la limite, on pourrait considérer que le retard de croissance est le prix à payer pour permettre l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_10371

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Maladies du foie d'origine nutritionnelle »  : […] La possibilité de produire, au seul moyen d'un régime, les lésions hépatiques les plus sérieuses, a été une véritable révolution de l'hépatologie. On savait cependant depuis le début du siècle qu'un régime alimentaire approprié pouvait modifier la gravité et l'évolution d'une intoxication chimique expérimentale. Mais dès 1930, on commence à obtenir des surcharges graisseuses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/#i_10371

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Évaluation de l'état nutritionnel »  : […] L'évaluation de l'état nutritionnel est fondée d'une part sur l'examen biomédical, d'autre part sur la confrontation entre disponibilités et consommations alimentaires et apports recommandés. L' examen biomédical est d'ordre clinique, particulièrement dans les cas de malnutritions aiguës, et anthropométrique : rapports poids/âge, poids/taille représentatifs de la croissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_10371

NUTRITION ARTIFICIELLE

  • Écrit par 
  • Claude MATUCHANSKY
  •  • 5 527 mots
  •  • 5 médias

Moins connue que l'hémodialyse, les greffes d'organe ou l'implantation de stimulateurs cardiaques, la nutrition artificielle – mieux nommée encore assistance nutritive – n'en est pas moins à mettre au tableau d'honneur des grands acquis thérapeutiques. Elle permet, chez l'adulte comme chez l'enfant, de suppléer un intestin défaillant, de mettre au repos un intestin inflammatoire, de corriger une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition-artificielle/#i_10371

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean TRÉMOLIÈRES, « DÉNUTRITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/denutrition/