DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ses armes

Au service de ces idées, Démosthène use de toutes les ressources d'un art que les orateurs précédents avaient développé et qu'il porte à sa perfection.

L'action oratoire

Un aspect de son éloquence nous échappe : cet art du geste, cette ardeur passionnée dont Eschine, devenu maître de rhétorique, porte témoignage, lui qui, après l'avoir raillée du vivant de son adversaire, lui rendait hommage en disant, après avoir lu à ses élèves admiratifs le Discours sur la couronne : « Que serait-ce si vous aviez entendu le monstre lui-même ! » Selon une anecdote transmise par Cicéron, Démosthène aurait considéré l'« action » comme l'essentiel de l'éloquence. Il ne dédaignait pas pourtant, du moins tant qu'il fut un orateur d'opposition, de publier ses discours, c'est-à-dire de prolonger par l'écrit l'effet de sa parole. C'est la trace de sa fougue qui donne à son style son allure inimitable.

Le style

La variété, la couleur, le mouvement, tels sont les traits qui le distinguent entre tous les autres. Sa phrase prend toutes les formes, depuis la succession de simples propositions indépendantes jusqu'aux périodes les plus complexes, du raccourci de trois mots à l'ensemble d'une page. Ces formes diverses se font valoir par le contraste ; mais dans la période la plus savante, un détail – parenthèse, aposiopèse – vient presque toujours donner l'impression de l'improvisation, du naturel.

Les images sont relativement nombreuses, si l'on pense que pour les Grecs l'image est le propre de la poésie, non de la prose. Familières le plus souvent, empruntées à la langue de la guerre, de la chasse et de la vie quotidienne, elles s'élèvent parfois à la grande poésie dans le Discours sur la couronne, où l'invasion macédonienne est comparée à une tempête qui a tout emporté.

Cette phrase variée et colorée est animée par toutes les formes de ce que les rhéteurs ont appelé « figures de pensée » : questions, apostrophes, dialogues supposés, entraînent l'auditeur dans un mouvement qui ne lui laisse aucun répit. La combinaison de ces divers éléments permet tant d'effets différents que chaque discours a son caractère propre : on ne peut établir une « formule » unique du style de Démosthène.

Pourtant ce style se reconnaît entre tous. Il a un ton qui lui est particulier, mélange d'ironie railleuse ou amère, de sarcasme méprisant, et d'enthousiasme passionné. Les rhéteurs qui cataloguaient les qualités du style lui reprochaient de manquer d'enjouement ; mais ce manque précisément est caractéristique : la plaisanterie gratuite serait une fausse note dans une œuvre tout entière tendue par la passion.

Telles furent, intimement confondues, la vie, l'action, l'œuvre de Démosthène. Par un curieux paradoxe, ce lutteur infatigable, ce passionné de la gloire d'Athènes, n'aspirait au fond qu'à la paix. Toute sa politique est résolument défensive, alors que son contemporain Isocrate, qui rêvait lui aussi d'unir les Grecs, mais sous le commandement d'un chef qu'il trouvait précisément en Philippe, ne cesse dans toute son œuvre de pousser à la guerre offensive contre la Perse. Au bellicisme des rhéteurs (que les conquêtes d'Alexandre allaient transposer dans la réalité), Démosthène oppose la politique d'un homme épris de liberté, pour qui la guerre n'est pas une fin, mais peut être une nécessité. Sur le plan de l'événement, il a perdu la partie. Eut-il tort de la jouer ? Lui-même a répondu, dans le Discours sur la couronne, en exposant sa philosophie de l'histoire : aux hommes il appartient de choisir leur voie, le résultat dépend des dieux, ou du sort ; l'honneur de l'homme n'est donc pas dans le succès, mais dans le choix même. Vision du monde qui rejoint celle de L'Iliade ou du théâtre de Sophocle : la gloire du héros est de préférer la mort au déshonneur. « Même si, affirme l'orateur, l'avenir avait été visible pour tous, [...] même ainsi la cité ne devait pas agir autrement qu'elle a fait, si elle tenait compte de sa réputation, de ses ancêtres et de la postérité. » Avant de mourir lui-même en homme libre, Démosthène avait élevé sa patrie à la dignité du héros tragique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Reims

Classification

Autres références

«  DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 251 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'éloquence »  : […] Entre-temps, à la même époque que Thucydide et également sous l'influence de la sophistique, s'élabore la rhétorique qui, outre le rôle important qu'elle prend dans l'enseignement, manifeste son utilité dans deux domaines de la vie publique : les assemblées populaires et les tribunaux. L'éloquence politique est représentée d'abord par un orateur en chambre, Isocrate, dont les discours fictifs d'a […] Lire la suite

ÉLOQUENCE, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 1 197 mots

L'éloquence comme genre littéraire apparaît en Grèce tardivement (fin ~ v e et surtout ~ iv e  s.). Les plus grands orateurs sont contemporains de Philippe de Macédoine. Avant cela, les hommes politiques ne publient pas leurs discours. Le premier traité sur l'art de la parole est un manuel à l'usage des plaideurs : La Rhétorique , de deux rhéteurs siciliens, Corax et Tisias. Les sophistes dévelop […] Lire la suite

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 528 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'organisateur »  : […] Continuateur d'Archélaos, Philippe systématisa ce qui n'avait été qu'expédient au v e  siècle. Il organisa la phalange macédonienne, ce qui lui permit de mieux assurer son pouvoir sur l'ensemble du territoire, et particulièrement sur les nobles, qui devinrent peu à peu des officiers royaux. Grâce aux ressources financières dont il disposait après la mise en exploitation des mines du mont Pangée ( […] Lire la suite

PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 2 198 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Philippe en Thrace »  : […] C'est en Thrace que nous le retrouvons en 353 et 352 avant J.-C., guerroyant contre le roi Cersebleptès et ses alliés athéniens, en particulier le stratège Charès. Le détail des opérations, terrestres et navales, nous échappe, car nous n'en possédons aucun récit suivi. Il semble que Philippe visait déjà l'Hellespont, afin de couper la route de la mer Noire et l'approvisionnement d'Athènes en blé, […] Lire la suite

RHÉTORIQUE

  • Écrit par 
  • Françoise DOUAY-SOUBLIN
  •  • 6 015 mots

Dans le chapitre « Controverses »  : […] Et pourtant, la rhétorique n'a pas unanimement séduit. Sans parler des philosophes, métaphysiciens ou mathématiciens, trop en quête de vérité pure pour s'intéresser à ce réglage éphémère de l'à-propos que requièrent les affaires publiques, ni des piétistes qui placent leur idéal intimiste dans la famille et le travail artisanal bien fait, certains éducateurs d'élite rejettent la rhétorique comme i […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilberte RONNET, « DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/demosthene/