DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ses idées-forces : l'amour d'Athènes et de la liberté

Au cœur de la vie et de l'œuvre de Démosthène, il y a l'amour passionné d'Athènes, non pas de la cité qu'il a sous les yeux, et dont il voit avec lucidité les faiblesses et les tares, mais d'une Athènes idéale, hors du temps, telle que celle des ancêtres, une cité d'hommes libres, capable d'affronter tous les risques plutôt que de subir la servitude. Son amour de la liberté s'exalte au souvenir des grandes heures des guerres médiques, quand les Athéniens préféraient abandonner leur ville et s'embarquer sur leurs trières plutôt que d'accepter la domination des Perses : pour les États comme pour les individus, il n'est pire mal que l'esclavage.

La mission d'Athènes

Grâce à leur courage, à leur abnégation, les Athéniens du passé ont sauvé la Grèce : voilà le rôle que Démosthène voudrait faire jouer à ses contemporains. Mettre sa force au service du droit et de la liberté, c'est le devoir d'une cité puissante, c'est ce que fit Athènes autrefois. Démosthène oublie – ou ne rappelle qu'avec discrétion – les excès de son impérialisme, et la catastrophe à laquelle aboutit sa volonté de puissance. Il ne retient que la radieuse vision du temps où elle conduisait la lutte contre les Barbares. Ce n'est d'ailleurs pas pour en tirer une vaine gloriole, mais pour en dégager une très haute leçon : les fils doivent être dignes de leurs pères, une cité glorieuse n'a pas le droit de démériter. Être au service des plus faibles, leur montrer l'exemple et les défendre, tel est le « privilège » que les ancêtres ont légué à leurs descendants.

Le panhellénisme

Il serait donc injuste de voir dans le patriotisme de Démosthène un particularisme étroit qui, limitant ses vues à la petite patrie athénienne, le rendrait aveugle à l'intérêt général de la Grèce ; la grandeur d'Athènes, telle qu'il la conçoit, n'existe que dans le cadre d'une politique panhellénique. Tout au long de sa carrière, Démosthène presse ses compatriotes de répondre aux appels au secours qui leur sont adressés, même s'ils viennent de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Reims

Classification


Autres références

«  DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'éloquence »  : […] Entre-temps, à la même époque que Thucydide et également sous l'influence de la sophistique, s'élabore la rhétorique qui, outre le rôle important qu'elle prend dans l'enseignement, manifeste son utilité dans deux domaines de la vie publique : les assemblées populaires et les tribunaux. L'éloquence politique est représentée d'abord par un orateur en chambre, Isocrate, dont les discours fictifs d'a […] Lire la suite

ÉLOQUENCE, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 1 197 mots

L'éloquence comme genre littéraire apparaît en Grèce tardivement (fin ~ v e et surtout ~ iv e  s.). Les plus grands orateurs sont contemporains de Philippe de Macédoine. Avant cela, les hommes politiques ne publient pas leurs discours. Le premier traité sur l'art de la parole est un manuel à l'usage des plaideurs : La Rhétorique , de deux rhéteurs siciliens, Corax et Tisias. Les sophistes dévelop […] Lire la suite

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 527 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'organisateur »  : […] Continuateur d'Archélaos, Philippe systématisa ce qui n'avait été qu'expédient au v e  siècle. Il organisa la phalange macédonienne, ce qui lui permit de mieux assurer son pouvoir sur l'ensemble du territoire, et particulièrement sur les nobles, qui devinrent peu à peu des officiers royaux. Grâce aux ressources financières dont il disposait après la mise en exploitation des mines du mont Pangée ( […] Lire la suite

PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 2 198 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Philippe en Thrace »  : […] C'est en Thrace que nous le retrouvons en 353 et 352 avant J.-C., guerroyant contre le roi Cersebleptès et ses alliés athéniens, en particulier le stratège Charès. Le détail des opérations, terrestres et navales, nous échappe, car nous n'en possédons aucun récit suivi. Il semble que Philippe visait déjà l'Hellespont, afin de couper la route de la mer Noire et l'approvisionnement d'Athènes en blé, […] Lire la suite

RHÉTORIQUE

  • Écrit par 
  • Françoise DOUAY-SOUBLIN
  •  • 6 015 mots

Dans le chapitre « Controverses »  : […] Et pourtant, la rhétorique n'a pas unanimement séduit. Sans parler des philosophes, métaphysiciens ou mathématiciens, trop en quête de vérité pure pour s'intéresser à ce réglage éphémère de l'à-propos que requièrent les affaires publiques, ni des piétistes qui placent leur idéal intimiste dans la famille et le travail artisanal bien fait, certains éducateurs d'élite rejettent la rhétorique comme i […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilberte RONNET, « DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/demosthene/