DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le combattant

Années d'apprentissage

La fortune avait en quelque sorte préparé Démosthène à affronter difficultés et déceptions. Orphelin ruiné par des tuteurs malhonnêtes, c'est pour plaider contre eux qu'il doit, à dix-huit ans, apprendre l'art de la parole ; n'ayant pu, bien qu'il ait gagné son procès, recouvrer ses biens dilapidés, pour gagner sa vie il se fait logographe. Rien n'annonce alors ce qu'il sera un jour, sinon cette énergie tenace que rien ne décourage. Par la lecture des poètes, la méditation de l'historien Thucydide, il enrichit sa pensée ; à force de volonté, s'il faut en croire les anecdotes qui le montrent luttant contre des difficultés d'élocution, il se met en mesure de haranguer les foules. Mais, lorsque, à trente ans (354), il prend pour la première fois la parole à l'Assemblée, il n'est encore qu'un orateur au souffle court, dont l'éloquence n'a rien de commun avec celle qui, en 351, éclate brusquement dans la Première Philippique.

Au cœur du combat

Il a devant lui une Grèce divisée, affaiblie par les luttes qui ont opposé dans le passé les cités les unes aux autres, et les ont laissées plus méfiantes à l'égard du voisin grec que de l'étranger. Nul ne s'inquiète des conquêtes successives de Philippe de Macédoine, qui menace les positions d'Athènes dans les Détroits, tandis qu'il s'assure des alliés en Grèce même en écrasant ceux qui lui résistent. En face de ces menaces, Athènes semble frappée de léthargie : l'égoïsme des possédants qui se refusent à payer l'impôt, et du peuple qui ne songe qu'à jouir gratuitement des spectacles, laisse la flotte en piteux état, tandis que la répugnance de tous à servir dans l'armée réduit celle-ci à des troupes de mercenaires mal payées.

Démosthène fait front et propose, longtemps en vain, des mesures concrètes : dans la Première Philippique, il demande la réorganisation de l'armée ; dans les Olynthiennes (349), il pousse les Athéniens à secourir [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Reims

Classification


Autres références

«  DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'éloquence »  : […] Entre-temps, à la même époque que Thucydide et également sous l'influence de la sophistique, s'élabore la rhétorique qui, outre le rôle important qu'elle prend dans l'enseignement, manifeste son utilité dans deux domaines de la vie publique : les assemblées populaires et les tribunaux. L'éloquence politique est représentée d'abord par un orateur en chambre, Isocrate, dont les discours fictifs d'a […] Lire la suite

ÉLOQUENCE, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 1 197 mots

L'éloquence comme genre littéraire apparaît en Grèce tardivement (fin ~ v e et surtout ~ iv e  s.). Les plus grands orateurs sont contemporains de Philippe de Macédoine. Avant cela, les hommes politiques ne publient pas leurs discours. Le premier traité sur l'art de la parole est un manuel à l'usage des plaideurs : La Rhétorique , de deux rhéteurs siciliens, Corax et Tisias. Les sophistes dévelop […] Lire la suite

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 527 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'organisateur »  : […] Continuateur d'Archélaos, Philippe systématisa ce qui n'avait été qu'expédient au v e  siècle. Il organisa la phalange macédonienne, ce qui lui permit de mieux assurer son pouvoir sur l'ensemble du territoire, et particulièrement sur les nobles, qui devinrent peu à peu des officiers royaux. Grâce aux ressources financières dont il disposait après la mise en exploitation des mines du mont Pangée ( […] Lire la suite

PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 2 198 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Philippe en Thrace »  : […] C'est en Thrace que nous le retrouvons en 353 et 352 avant J.-C., guerroyant contre le roi Cersebleptès et ses alliés athéniens, en particulier le stratège Charès. Le détail des opérations, terrestres et navales, nous échappe, car nous n'en possédons aucun récit suivi. Il semble que Philippe visait déjà l'Hellespont, afin de couper la route de la mer Noire et l'approvisionnement d'Athènes en blé, […] Lire la suite

RHÉTORIQUE

  • Écrit par 
  • Françoise DOUAY-SOUBLIN
  •  • 6 015 mots

Dans le chapitre « Controverses »  : […] Et pourtant, la rhétorique n'a pas unanimement séduit. Sans parler des philosophes, métaphysiciens ou mathématiciens, trop en quête de vérité pure pour s'intéresser à ce réglage éphémère de l'à-propos que requièrent les affaires publiques, ni des piétistes qui placent leur idéal intimiste dans la famille et le travail artisanal bien fait, certains éducateurs d'élite rejettent la rhétorique comme i […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilberte RONNET, « DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/demosthene/