DÉMONOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La démonologie de la civilisation pastorale

Dans une civilisation pastorale, la divinité qui accepte les offrandes et les hommages des fidèles doit, en échange de ces sacrifices, accorder les dons par excellence, ceux qui assurent la nourriture et la vie : la pluie, la fertilité du sol et la fécondité des troupeaux.

Sur le plus ancien vase rituel découvert dans l'Orient mésopotamien, à Warka, et qui fut sculpté aux environs de l'an 3000 av. J.-C., une longue cohorte d'hommes nus, tenant des deux mains des paniers de fruits et de légumes, des amphores et des corbeilles, s'avance vers l'entrée du sanctuaire d'où sort une femme, la grande prêtresse de la déesse Innin représentée par ses emblèmes : deux bottes de roseaux noués. Derrière elle, dans l'enclos sacré, s'accumulent des récipients remplis de produits de la terre. Sur le registre inférieur du vase, des animaux paisibles défilent le long d'une rangée de végétaux et d'épis plantés en bordure de la ligne ondoyante des eaux célestes et terrestres dont dépendent l'abondance des récoltes et la prospérité du pays. Vers la grande prêtresse marche le vicaire du dieu Dumuzi, le grand prêtre qui se prépare au mariage sacré, aux épousailles mystiques et réelles, cérémonie hiérogamique célébrée à l'époque du renouvellement de l'année.

En opposition avec le culte précédent, les puissances invisibles de la sécheresse, de la tempête, de la maladie et de la stérilité qui ravageaient les plantations et décimaient les troupeaux portaient tous les maux redoutés par les pasteurs. Elles furent assimilées aux puissances démoniaques.

Des exorcismes, traduits par C. Fossey montrent la nature de ces influences néfastes :

Ils sont les tempêtes, les nuées, les vents mauvais ! La tempête funeste, l'ouragan, ils les servent ! Ils sont les tourbillons qui, sur le pays se mettent [en chasse... Ils ne prennent point de femme ; ils n'engendrent [pas ; Ils ne connaissent pas la raison... Pour détruire le chemin, ils se tiennent dans les [rues. Au nom de Sin, seigneur de la Lune, soyez [exorcisés ! Du corps de l'homme, fils de son Dieu, n'approchez [pas ! De devant lui, éloignez-vous ! De derrière lui, [éloignez-vous !

Parfois, ces « esprits méchants » sont comparés aux animaux nuisibles :

Tu es comme la nuit ; tu n'as pas de regard. Tu es comme le renard, Qui, dans la ville, erre tristement la nuit...

La « Parole », créatrice ou destructrice, en effet, peut « passer dans les hauteurs » et « faire abonder la pâture et le breuvage dans le pays », se poser sur la terre et « y créer la verdure », ou bien « répandre l'effroi » et « faire se lamenter le marécage », car il y a une « nouvelle Lune d'en haut », et une « nouvelle Lune d'en bas ».

Le froid, « la bourrasque qui contracte l'univers », les puissances qui, « au ciel, déchirent et grondent », « sur terre, murmurent et répandent la destruction » qui « arrachent la femme au sein de l'homme » et font « quitter le fils des genoux de son père », les influences errantes qui « bondissent de maison en maison » et que n'arrêtent « ni le verrou, ni les clôtures », sont « les crachats de la bile des dieux », « les fils des régions infernales », les « paroles de malheur qui s'attachent aux pas de l'homme et le suivent » et « se glissent à travers la porte comme le serpent ».

Aussi l'exorciste doit-il, en répétant les saintes formules qui commémorent la présence des dieux des cieux et des étoiles, détruire les paroles destructrices venues d'« en bas » afin de « couper leurs liens » avec les choses et les êtres. On récitait, en effet, des incantations sur les pierres, les résines, la terre du quai, le bitume, la crème, le suif, la peau de certains animaux, afin de les « charger » d'une force divine à laquelle on attribuait un pouvoir prophylactique. Les exorcistes étaient des fonctionnaires du temple ; ils opéraient, revêtus de leur uniforme rituel, comme, par exemple, les prêtres d'En-Ki, à la tunique écailleuse, coiffés de la mitre du dieu sumérien de la médecine et de la magie. Ainsi, la science de la nature des démons était-elle constituée déjà, dans le cadre de la civilisation pastorale, plus de trois mille ans avant l'ère chrétienne, en Mésopotamie. La pratique du cercle magique tracé sur le sol est si ancienne que l'un des nom [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : historien des sciences et des techniques, ingénieur conseil

Classification

Autres références

«  DÉMONOLOGIE  » est également traité dans :

ANGES & ARCHANGES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 338 mots

Venu du latin angelus , transcription de aggelos qui, en grec profane, désigne un messager, le mot « ange », dans la version des Septante, traduit l'hébreu maleak (« messager » [de Dieu]), terme qui s'applique surtout aux anges, mais aussi quelquefois aux prophètes (Is., xiv , 32) et aux prêtres (Mal., ii , 7). L'Ancien Testament appelle les anges « fils de Dieu » (Job, i , 6), « armée de Yahvé » […] Lire la suite

ANTÉCHRIST

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 188 mots
  •  • 1 média

C'est dans un texte du Nouveau Testament — la première Épître de Jean (fin i er /déb. ii e s.) — qu'apparaît pour la première fois le mot grec antichristos , dont le français « antéchrist » est le calque imparfait. Cependant, on voit se former l'idée d'un antimessie — c'est ce que signifie proprement antichristos — bien avant l'apparition du christianisme. En effet, les espérances eschatologique […] Lire la suite

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 260 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le dieu de l'individu et ses démons »  : […] L'un ou l'autre des dieux du panthéon est chargé de veiller spécialement sur chacun des Mésopotamiens : le fidèle se proclame « fils de son dieu » ; celui-ci réside dans le corps du fidèle et l'accompagne dans toutes ses activités. Ce dieu est attribué à chacun par le nom qui lui est donné, généralement théophore : Assurbanipal, « Assur est celui qui a formé le fils », Nabuchodonosor, « ô Nabû, ga […] Lire la suite

ASURA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 375 mots

Les dieux du panthéon védique sont divisés en deux classes : les dévas et les asuras (prononcer : assoura). Le premier terme dérive de la racine div- , qui désigne la lumière du ciel diurne ; le second signifie « souffles de vie ». Il s'agit donc de deux mots également dignes d'évoquer les puissances célestes qui gouvernent la vie des créatures. Et, pourtant, cette division de la population divine […] Lire la suite

BÉELZÉBUL ou BELZÉBUTH

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 317 mots

Dans le Nouveau Testament, Béelzébul (traduit en français par Belzébuth ou Belzébul sous l'influence du latin) est mis dans la bouche des pharisiens pour désigner le « prince des démons » (Marc, iii , 22 ; Matth., x , 25 ; etc.). La tradition manuscrite atteste trois variantes du mot : Beelzeboul (dans la majorité des cas), Beezeboul (dans certains manuscrits grecs qui reflète probablement la leço […] Lire la suite

BRUEGEL L'ANCIEN PIETER (1525 env.-1569)

  • Écrit par 
  • Claude-Henri ROCQUET
  •  • 3 186 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Bosch et Bruegel »  : […] Peintre flamand, Bruegel puise à la source proverbiale et populaire ; mais la sagesse des nations n'est pas chez lui l'écho de la sagesse divine : c'est en philosophe qu'il en reprend les thèmes . Il a peint dans les Proverbes l'innombrable folie humaine. Est-ce par le démon que le monde est renversé ? De part et d'autre d'un pilier central, un pénitent se confesse au diable, un moine agenouillé […] Lire la suite

DAÏMÔN

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 831 mots

« Daïmôn » est un mot grec dont nous avons fait « démon », mot qui connote un seul aspect du « monde daïmonique » : un aspect d'ombre et de tentation. Cette réduction représente un appauvrissement considérable des expériences humaines que recouvre le terme grec. Toute culture a sa daïmonologie, c'est-à-dire une théorie et une expérience de puissances supra ou infrapsychiques (esprits, anges, archo […] Lire la suite

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 512 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chinoiseries »  : […] Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, on se représentait l'Orient surtout turc et persan ; puis les missions des Jésuites firent connaître l'Extrême-Orient. Déjà à la fin du xvi e  siècle, on fabriquait en Chine des porcelaines destinées au marché européen ; mais la légende littéraire de ce pays remontait au Million de Marco Polo : c'était le Cathay, l'empire de la fleur du lotus, pays de l'éternel […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La période mycénienne »  : […] C'est un bouleversement complet qu'entraîne la conquête de la Grèce par les Grecs, Indo-Européens qui apportent avec eux un héritage spirituel profondément différent de celui de la Méditerranée préhellénique : leur religion patriarcale privilégie les dieux par rapport aux déesses et honore essentiellement non les divinités chthoniennes (de la terre), mais les dieux ouraniens (du ciel). C'est alor […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS
  • , Universalis
  •  • 6 982 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le panthéon, la hiérarchie des dieux et les « démons » »  : […] Les Sumériens paraissent avoir donné plus volontiers pour objet à cette autorité divine les phénomènes de la nature et de la culture , comme si chacun d'eux, pour rendre raison de son existence et de son fonctionnement, avait requis la présence d'un agent surnaturel. Ils avaient ainsi une divinité pour présider à la partie supérieure de la sphère de l'univers, le ciel ( An ) ; une autre pour la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René ALLEAU, « DÉMONOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/demonologie/