DÉLIRE

Les structures délirantes

Parler de structures délirantes ne veut pas dire qu'une espèce de forme sui generis habite ou parasite la personnalité, comme un ver le fruit. Cela signifie que la personnalité elle-même, en particulier le moi, se trouve submergée par une certaine dynamique affective, et elle tend à s'organiser ou à se réorganiser selon une structuration nouvelle, en l'occurrence délirante, à la fois déficiente, reconstructrice et compensatoire.

On doit distinguer ici deux grands types structuraux, dont la différence d'évolution marque le trait clinique le plus apparent, sinon le plus important : les délires aigus et les délires chroniques. Henri Ey en a renouvelé l'étude et affirmé davantage la différence en opposant une « pathologie de la conscience » n'engageant pas la personnalité qui subit les troubles aigus, et une « pathologie de la personnalité », engageant cette dernière dans les délires chroniques ; déstructuration de la conscience dans le premier cas, déstructuration de la personnalité dans le second.

Dans les psychoses délirantes aiguës, le malade subit une sorte d'expérience morbide, vécue dans l'instant, au fur et à mesure de son déroulement et de ses péripéties. Ces « expériences délirantes », comme les a décrites K. Jaspers, comportent surtout de l'angoisse, des phénomènes hallucinatoires, de l'onirisme. La conscience n'est cependant pas troublée au même degré, ni même toujours atteinte, car la structure n'est pas la même dans tous les états aigus.

Par exemple, dans la psychose confuso-onirique, la conscience s'avère plus ou moins profondément atteinte, avec désorientation temporo-spatiale, confusion des idées, hallucinations auditives et visuelles mouvantes, angoissantes, apeurantes, constituant l'onirisme, très analogue à ce qui se passe dans le rêve normal.

Dans la psychose délirante polymorphe, la conscience reste claire. La multiplicité des thèmes délirants, leur incohérence sont notables, ainsi que l'anxiété, la subexcitation.

Les troubles de l'humeur peuvent également donner lieu à des manifestations délirantes. La mélancolie délirante est a[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉLIRE  » est également traité dans :

TRAITÉ DU DÉLIRE, APPLIQUÉ À LA MÉDECINE, À LA MORALE ET À LA LÉGISLATION

  • Écrit par 
  • Arianna SFORZINI
  •  • 972 mots

Publié à Paris en 1816 chez Crapelet puis en 1817 chez Croullebois, le Traité du délire est, avec le Traité de médecine légale et d'hygiène publique ou de police de santé (1813), l’œuvre la plus importante de François-Emmanuel Fodéré (1764-1835), botaniste, médecin, aliéniste et professeur titulaire de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-du-delire-applique-a-la-medecine-a-la-morale-et-a-la-legislation/#i_26383

CLÉRAMBAULT GAËTAN GATIAN DE (1872-1934)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 465 mots

Psychiatre français. Clérambault est surtout connu par ses travaux cliniques à la fameuse Infirmerie spéciale du dépôt, à Paris, où il succéda à son maître Dupré, en 1920. Après des études sur les psychoses toxiques et les troubles mentaux consécutifs à des intoxications chroniques (en particulier celle de l'alcoolisme), il s'illustra par sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clerambault-gaetan-gatian-de/#i_26383

CONFUSION MENTALE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 009 mots

Dans le chapitre « Aspects cliniques »  : […] Loin d'être, comme le dormeur, un spectateur passif de son rêve, le confus s'engage entièrement dans son délire, en vit activement les scènes. C'est alors qu'il s'agite, qu'il se débat, attaque les ennemis qui l'entourent, cherche à fuir les scènes de carnage, d'épouvante ; des animaux répugnants ou féroces peuplent souvent ces cauchemars, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confusion-mentale/#i_26383

COTARD SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 110 mots

Délire de négation, décrit par Cotard en 1880. Le malade, après avoir développé des préoccupations hypocondriaques et des troubles cénesthésiques, sent ses organes se putréfier et se détruire. Puis il en nie l'existence et étend enfin sa négation au monde extérieur et à sa propre existence. N'étant plus vivant, il ne saurait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-cotard/#i_26383

DIVINATION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 6 942 mots

Dans le chapitre « La division platonicienne »  : […] Socrate déclare : « Lorsqu'elles étaient en délire, la prophétesse de Delphes et les prêtresses de Dodone ont rendu les services les plus signalés à la Grèce, tant pour le salut public que pour l'intérêt particulier ; et, lorsqu'elles n'étaient pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/divination/#i_26383

ESQUIROL JEAN ÉTIENNE DOMINIQUE (1772-1840)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 484 mots

Psychiatre français originaire de Toulouse, où il fit ses études de théologie et de médecine, comme son maître Pinel, dont il devint l'élève, puis l'assistant à la Salpêtrière à Paris, avant de lui succéder à la tête de ce célèbre service en 1810. Esquirol perfectionna l'œuvre de son prédécesseur, tant en matière de nosologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-etienne-dominique-esquirol/#i_26383

FALRET JEAN-PIERRE (1794-1870)

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 525 mots

mémoire sur la Non-Existence de la monomanie. C'est ainsi que, s'opposant à Esquirol et anticipant sur les théories de Moreau (de Tours), et même sur celles de K. Jaspers, concernant le « processus » des délires systématisés, Falret est l'un des premiers à défendre une conception organo-dynamique du délire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-falret/#i_26383

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 631 mots

Dans le chapitre « Situations du locuteur »  : […] du poète-fou. Mais ce qu'il nous faut modifier alors, c'est peut-être notre concept de délire. Il faut dé-psychiatriser le concept, et voir dans le délire non une simple déréliction, un symptôme dramatique, mais un mode de fonctionnement de la langue, correspondant au pôle de la contradiction : « la langue parle ». On trouvera une conception non […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fous-litteraires/#i_26383

GÉRONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude BALIER, 
  • François BOURLIÈRE, 
  • Martine DRUENNE-FERRY, 
  • Paul PAILLAT, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 9 273 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Problèmes psychopathologiques »  : […] Les troubles d'origine psychologique peuvent avoir des manifestations graves : délire de persécution ou délire de préjudice en relation avec des pertes de mémoire (le vieillard oublie l'endroit où il a placé un objet et croit qu'on le lui a volé). Ces délires, plus facilement curables que chez l'adulte, sont souvent en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerontologie/#i_26383

LASÈGUE ERNEST CHARLES (1816-1883)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 473 mots

Psychiatre et médecin français. Après avoir étudié la philosophie, qu'il enseigna comme professeur suppléant au lycée Louis-le-Grand à Paris, Lasègue commença ses études de médecine avec Claude Bernard et B. Morel, puis de psychiatrie à la Salpêtrière (en particulier avec J.-P. Falret). Devenu médecin des hôpitaux de Paris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-charles-lasegue/#i_26383

MAGNAN JACQUES JOSEPH VALENTIN (1835-1916)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 515 mots

Psychiatre français. Après des études de médecine à Montpellier et à Lyon, Magnan vient à Paris, où il est reçu au concours de l'internat des hôpitaux. Il y apprend la psychiatrie dans les services de Marce, Lucas, J.-P. Falret et Baillarger. Nommé « médecin interne » du tout nouveau service d'admission de l'hôpital Sainte- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-joseph-valentin-magnan/#i_26383

MANIACO-DÉPRESSIVE PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT
  •  • 3 920 mots

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] longtemps synonyme de « folie », de l'Antiquité jusqu'à Philippe Pinel (1745-1826), qui désigne ainsi tout « délire général ». Son élève Jean Esquirol (1772-1840) vient obscurcir le débat en étiquetant « monomanies » une série de délires partiels. Au milieu du xixe siècle, la « manie » reçoit son acception actuelle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose-maniaco-depressive/#i_26383

MOREAU DE TOURS JACQUES (1804-1884)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 665 mots

Psychiatre français. Moreau fit ses études de médecine à Tours puis à Paris, où il apprit la psychiatrie dans le service d'Esquirol dont il fut l'interne. Il soutient sa thèse en 1830 sur « L'Influence du physique relativement au désordre des facultés intellectuelles et en particulier dans cette variété de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-moreau-de-tours/#i_26383

NARCISSISME

  • Écrit par 
  • Michèle MONTRELAY
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Narcisse et la parole »  : […] seulement : la satisfaction se produit en fonction d'une réalité. Or, dans le rêve et le délire, la seule qui puisse être en cause est celle du signifiant, avec ses valeurs phonématiques, sémantiques, sonores, etc. La satisfaction tient dans un jeu avec la matérialité des mots, jeu mené non pas par le rêveur, mais par l'ordre du discours lui-même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narcissisme/#i_26383

PARANOÏA

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 3 137 mots

» (Larousse, 1874), terme beaucoup moins employé. « Paranoïa » prend la signification psychiatrique actuelle de «  délire systématisé progressif » d'abord en Allemagne avec Heinroth (De paranoia fixa perperam dicta monomania) en 1842, et surtout avec K. Kahlbaum en 1863. Il est introduit en France par J. Seglas (Archives de neurologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paranoia/#i_26383

PARAPHRÉNIE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 398 mots

Variété de délire chronique caractérisée par la préservation d'un secteur important de la personnalité (structure paralogique) et par la prédominance du mécanisme imaginatif (thèmes fantastiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paraphrenie/#i_26383

PERSÉCUTION

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 4 143 mots

Dans le chapitre « Le persécuté »  : […] La psychose persécutive et persécutrice est comme un équilibre phantasmatique de ces deux forces » (H. Ey). Dans ce type de délire propre à la paranoïa le mécanisme essentiel est l'interprétation, grâce à quoi le malade peut voir une hostilité contre lui là où il n'y en a pas. Cette structure est si répandue qu'elle déborde la paranoïa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/persecution/#i_26383

PROJECTION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 1 771 mots

Dans le chapitre « Le concept dans l'œuvre de Freud »  : […] d'un lien associatif), Freud ajoute en 1896 la projection paranoïaque, par laquelle le sujet, au cours d'un délire de persécution, projette sur autrui la représentation, laquelle reste alors liée à son affect (« Nouvelles Remarques sur les psychonévroses de défense ») : Frau P. projette sur le voisinage les reproches qu'elle peut se faire au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/projection-psychanalyse/#i_26383

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 771 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaisons nosographiques »  : […] par la constatation d'un phénomène beaucoup plus massif en milieu hospitalier, à savoir la fréquence des bouffées délirantes, que les Anglo-Saxons appellent « schizophrénies aiguës ». Cette fréquence a été signalée depuis longtemps en diverses régions d'Asie, d'Afrique ou d'Amérique (cf. W. Pfeiffer, pp. 52-59). E. Kraepelin avait déjà relevé le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie-comparee/#i_26383

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « Les conceptions psychanalytiques »  : […] du conflit, quel que soit ce dernier. La plupart des symptômes manifestes, notamment le délire, sont des tentatives secondaires d'aménagement, dans un sens plus tolérable, du désinvestissement massif et chaotique, un essai de reconstitution d'un lien objectal reprenant une certaine « vérité ». À maints égards, de telles perspectives rejoignent le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_26383

QUÉRULENCE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 118 mots

Terme (du latin querela, plainte) utilisé par la psychiatrie germanique et adopté par quelques psychiatres français pour désigner le délire de revendication : quérulence ou quérulance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/querulence/#i_26383

SCHIZOPHRÉNIE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT, 
  • Gilles DELEUZE
  •  • 6 973 mots

Dans le chapitre « Une percée vers « plus de réalité » »  : […] à une structure familiale dans laquelle ce manque est repéré. En fait, le phénomène du délire n'est jamais la reproduction même imaginaire d'une histoire familiale autour d'un manque. C'est au contraire un trop-plein de l'histoire, une vaste dérive de l'histoire universelle. Ce que le délire brasse, ce sont les races, les civilisations, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schizophrenie/#i_26383

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel DESHAIES, « DÉLIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/delire/