DÉLIE, Maurice ScèveFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une poésie de l'insatisfaction amoureuse

La mise en œuvre poétique du recueil relève de plusieurs traditions, héritées de Pétrarque et de ses imitateurs, mais aussi des élégiaques latins, des poètes courtois du Moyen Âge, des rhétoriqueurs du xve siècle et du courant néo-platonicien récemment importé de Florence. À l'instar des poètes de son temps, Scève pratique l'imitation. Mais, comme tous les grands écrivains, il choisit ce qu'il imite et en fait sa chose, de même que l'abeille qui butine le pollen en fait son miel, selon une comparaison courante à l'époque. Si l'auteur de la Délie se souvient de Pétrarque et colore ses emprunts de touches platoniciennes, cela ne révèle pas en lui un adepte de Platon, non plus qu'un suiveur de Pétrarque. À bien le lire, on s'aperçoit même que rien n'est moins platonicien ni désincarné que ce poème de l'insatisfaction amoureuse, et on se tromperait en imaginant qu'il chante le mépris des corps. La jalousie physique n'épargne pas l'amant, et on peut même comprendre qu'il a reçu ce que les troubadours appelaient le don de merci : « Ta coulpe fut, et ma bonne aventure » (dizain 287).

La poésie de Scève est difficile. L'auteur de la Délie reprend sans doute les images et parfois même les mots de Pétrarque, mais il leur imprime sa marque, « soit par le raccourci, la netteté, le réalisme du détail, soit par une fusion plus intime du concret et de l'abstrait » (Henri Weber). Il resserre la syntaxe, fait éclater les sonorités, contrôle et brusque le rythme du vers, et crée des effets de concision saisissants : « Seule raison, de la Nature loy,/ T'a de chascun l'affection acquise » (dizain 23). D'où l'impression de difficulté qui naît de sa lecture, et qui a longtemps nui à sa réputation. En réalité, Scève n'est pas un auteur hermétique. Obscur, il ne le devient que parce qu'il élimine les scories du discours. « Je travaille à être bref, je deviens obscur », écrivait déjà [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÉLIE, Maurice Scève  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’école lyonnaise »  : […] La seconde époque est celle de l’ école lyonnaise . Seconde ville du royaume, ou troisième en concurrence avec Rouen, Lyon abrite une importante communauté italienne. Des livres italiens y sont imprimés, de la musique italienne y est composée. Son principal représentant est Maurice Scève (1501 env.-env.1564), l’auteur de Délie, objet de plus haute vertu (1544), suite de 449 dizains de décasylla […] Lire la suite

SCÈVE MAURICE (1500 env.-env.1560)

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 033 mots

Dans le chapitre « Le cycle de la « Délie » »  : […] La Délie est le premier cycle amoureux de la Renaissance française. On trouve, certes, chez Marot et chez des poètes néo-latins tels que Salmon Macrin, Nicolas Bourbon et Jean Visagier comme l'ébauche du genre, et Jean de Boysonné a composé un cycle de poésies amoureuses, mais la date de cet ouvrage n'a pu être précisée ; en outre, il est resté manuscrit pendant très longtemps. C'est Scève qui, à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yvonne BELLENGER, « DÉLIE, Maurice Scève - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/delie/