DELACROIX (1798-1863) (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le temps des grands décors

La monumentale Médée furieuse (1838, Lille, palais des Beaux-Arts), qui fait écho dans les tons chauds à l’allégorie moderne de La Grèce sur les ruines de Missolonghi (1826, Bordeaux, musée des Beaux-Arts), est emblématique de ce « besoin de faire grand » qui caractérise la période suivante, entre 1835 et 1855, jalonnée par la réalisation de grands décors officiels (salon du Roi puis bibliothèque du palais Bourbon, salle de lecture de la bibliothèque du Sénat au palais du Luxembourg, plafond de la galerie d’Apollon au Louvre). Les œuvres religieuses d’une impressionnante austérité (dont une Pie, 1842-1843, collection particulière), où se lit l’influence des grands Vénitiens, et les sujets classiques (tels la Médée ou Cléopâtre et le paysan, 1838, Chapel Hill, Ackland Art Museum) font contraste avec l’animation inspirée de Rubens et l’explosion chromatique des compositions florales qui anticipent le goût du second Empire, du plafond de la galerie d’Apollon (esquisse de 1850, Bruxelles, musées royaux des Beaux-Arts), comme celles de la Chasse aux lions (1855, Bordeaux, musée des Beaux-Arts).

La Chasse aux lions, E.Delacroix

Photographie : La Chasse aux lions, E.Delacroix

Photographie

Commande de l'État à l'occasion de l'Exposition universelle, La Chasse aux lions rassemble trois thèmes majeurs du peintre : orientalisme, chasse et représentation animalière. L'œuvre se caractérise par l'imbrication des différents groupes et le mouvement violent des corps. Eugène... 

Crédits : Musee des Beaux-Arts, Bordeaux, France/ Bridgeman Images

Afficher

Après son triomphe à l’Exposition universelle en 1855, où il expose trente-cinq toiles, Delacroix est élu à l’académie des Beaux-Arts, au siège de Paul Delaroche, en 1857. Les dernières années du colosse, qui réalise avec le décor de la chapelle des Saints-Anges de l’église Saint-Sulpice (1849-1861) l’un de ses plus grands chefs-d’œuvre, voient l’apparition de formats réduits dans des sujets classiques très médités (Ovide chez les Scythes, 1859, Londres, National Gallery) et la reprise de sujets antérieurs traités avec une verve nouvelle (Combat d’Arabes dans la montagne, 1863, Washington, National Gallery of Art) de même qu’un intérêt croissant pour le paysage, sur le motif ou recomposé (Naufrage à la côte, 1862, Houston, Museum of Fine Arts).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Robert FOHR, « DELACROIX (1798-1863) (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/delacroix-1798-1863-exposition/