FRENKEL DÉFAUTS DE

CORROSION

  • Écrit par 
  • Gérard BERANGER, 
  • Jean TALBOT
  •  • 5 140 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Structure et défauts des oxydes. Diffusion »  : […] Pour que la réaction puisse se poursuivre, il est nécessaire que le métal et l'oxygène puissent venir au contact l'un de l'autre, c'est-à-dire qu'ils puissent diffuser à travers l'oxyde. Donc, suivant les cas, la réaction d'oxydation se produira : à l' interface métal-oxyde s'il s'agit d'une diffusion préférentielle d'oxygène (c'est le cas de Ti/TiO 2 , Zr/ZrO 2 et U/UO 2 ), à l'interface oxyde- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corrosion/#i_30285

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Atomes interstitiels et défauts de Frenkel »  : […] Les atomes interstitiels sont des atomes qui s'introduisent dans les interstices du réseau cristallin et produisent des distorsions locales du réseau. Ces distorsions sont a priori très importantes quand les atomes interstitiels sont identiques ou de même diamètre que les atomes du réseau hôte. L'énergie qu'il faut fournir pour introduire un interstitiel est très grande et l'énergie thermique n'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_30285

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 971 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les halogénures d'argent »  : […] Les halogénures d'argent se présentent sous la forme d'ions organisés dans des structures cristallines (photo 1 ). Leur photosensibilité repose, pour une large part, sur des imperfections physiques et chimiques. Paradoxalement, un cristal parfait ne peut pas être le siège d'une activité photographique ; inversement, un cristal dont la structure est altérée par un nombre excessif de défauts n'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-procedes-argentiques/#i_30285

SUPERCONDUCTEURS IONIQUES

  • Écrit par 
  • Philippe COLOMBAN
  •  • 6 473 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De la conductivité à la superconductivité ionique »  : […] La conductivité σ d'un solide non métallique est la somme de deux contributions, l'une électronique (σ e ), l'autre ionique (σ i ) : où n e , B e et e représentent respectivement le nombre de porteurs de charges électroniques (électrons ou trous), leur mobilité et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superconducteurs-ioniques/#i_30285