DÉFAUTS, cristallographie

ARGENT, métal

  • Écrit par 
  • Robert COLLONGUES
  •  • 5 186 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Chimie de l'état solide »  : […] L'argent se distingue très nettement de ses partenaires du groupe I  b . En effet, les coordinations habituelles pour le cuivre et l'or sont 2 et 4, les plus importantes étant 4 pour le cuivre et 2 pour l'or. L'argent adopte indifféremment les coordinations 2, 4 et 6, et la coordination 3 peut aussi exister . Par suite de l'existence d'une coordination 6 possible pour l'arge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argent-metal/#i_28696

CORROSION

  • Écrit par 
  • Gérard BERANGER, 
  • Jean TALBOT
  •  • 5 140 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Structure et défauts des oxydes. Diffusion »  : […] Pour que la réaction puisse se poursuivre, il est nécessaire que le métal et l'oxygène puissent venir au contact l'un de l'autre, c'est-à-dire qu'ils puissent diffuser à travers l'oxyde. Donc, suivant les cas, la réaction d'oxydation se produira : à l' interface métal-oxyde s'il s'agit d'une diffusion préférentielle d'oxygène (c'est le cas de Ti/TiO 2 , Zr/ZrO 2 et U/UO 2 ), à l'interface oxyde- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corrosion/#i_28696

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 291 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Microscopie, diffraction des électrons »  : […] D'autres moyens très largement utilisés pour procéder à des études de la structure ou de propriétés de la matière cristallisée ont été développés à partir de diverses techniques de microscopie optique, électronique et ionique. À noter que des techniques récentes de microscopie à effet tunnel et à force atomique sont aussi de plus en plus employées, mais qu'elles ne concernent que des études de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux/#i_28696

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Défauts des milieux ordonnés »  : […] Un thème intimement lié aux modèles morphodynamiques et aux transitions de phases est celui des défauts que peuvent présenter les milieux ordonnés. Ceux-ci proviennent du fait que les symétries locales prescrites par le principe de minimisation de l'énergie ne sont pas compatibles avec les contraintes topologiques imposées par les conditions de bord (par exemple lorsqu'on passe d'une phase liquide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_28696

FRIEDEL JACQUES (1921-2014)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 701 mots

Né le 11 février 1921 à Paris et décédé le 27 août 2014, le physicien Jacques Friedel a été un des acteurs majeurs en France du développement de la physique théorique des solides. Il a notamment contribué avec succès à l’élucidation de la structure électronique des composés métalliques et à l'étude des défauts présents dans ces matériaux. Jacques Friedel est né dans une famille de scientifiques d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-friedel/#i_28696

GLACE

  • Écrit par 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 7 960 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Défauts ponctuels »  : […] La glace ne syncristallise avec aucune substance, sauf l'acide fluorhydrique et l'ammoniaque (glace dopée). La congélation d'eau salée, si elle est suffisamment lente pour éviter les inclusions de gouttelettes de saumure dans la glace, donne de la glace pure : c'est là un procédé de dessalement de l'eau de mer. À l'échelle atomique, la glace présente des défauts ponctuels électriques (protons ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glace/#i_28696

LUMINESCENCE

  • Écrit par 
  • Séverine MARTRENCHARD-BARRA
  •  • 3 907 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Cas de la luminescence cristalline »  : […] Quand on passe de l’atome au cristal (ensemble d’atomes ou de molécules ordonnés), le degré de complexité augmente fortement puisqu’il faut raisonner sur l’ensemble des atomes en interaction et non sur des atomes indépendants. On ne parle plus de niveaux d’énergie, mais de bandes d’énergie. Dans un cristal parfait, on a une succession de bandes d’énergie permises séparées par des bandes interdit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luminescence/#i_28696

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques structurelles »  : […] On sait fabriquer, pour les besoins de l'industrie des composants électroniques, du silicium monocristallin sans défaut, sous forme de barreaux de plusieurs centimètres de longueur et de quelques centimètres carrés de section. Mais la plupart des cristaux, même de faibles dimensions, comportent toutes sortes de défauts, qui sont tantôt néfastes, tantôt indispensables pour l'utilisation des solide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_28696

MÉTALLOGRAPHIE - Microscopie électronique

  • Écrit par 
  • Guy HENRY, 
  • Barry THOMAS
  •  • 6 076 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Échantillons cristallins »  : […] Lorsque les électrons traversent un échantillon cristallin, leur interaction avec la matière conduit au phénomène de diffraction qui peut être analysé en termes d'ondes associées à des particules : à la sortie du cristal, le faisceau incident est décomposé en une série de faisceaux diffractés dont les directions de propagation par rapport à celle du faisceau incident sont do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallographie-microscopie-electronique/#i_28696

MÉTAUX - Superplasticité des métaux

  • Écrit par 
  • Georges CIZERON
  •  • 6 868 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Glissement intergranulaire et microfluage diffusionnel »  : […] À température élevée (voisine de la température de fusion) et pour des contraintes appliquées relativement faibles, la déformation plastique est susceptible de s'effectuer selon deux nouveaux modes. – Les grains se déplacent progressivement les uns par rapport aux autres le long de leurs frontières communes (joints). Leur mouvement relatif est le plus important lorsque les joints sont disposés à 4 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-superplasticite-des-metaux/#i_28696

MICROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Christian COLLIEX, 
  • Jean DAVOUST, 
  • Étienne DELAIN, 
  • Pierre FLEURY, 
  • Georges NOMARSKI, 
  • Frank SALVAN, 
  • Jean-Paul THIÉRY
  •  • 19 715 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Comprendre les images et les clichés de diffraction »  : […] À cette fin, il faut comprendre comment les électrons tombant sur l'échantillon interagissent avec lui et comment l'information qu'ils transportent est ensuite recueillie par les détecteurs. Procédons par étapes : si nous envoyons un faisceau parallèle d'électrons sur un atome isolé, il y a diffusion du faisceau par l'atome, c'est-à-dire qu'après interaction les électrons voyagent dans toutes les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microscopie/#i_28696

OPTIQUE CRISTALLINE - Diffraction par les cristaux

  • Écrit par 
  • André AUTHIER
  •  • 8 875 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Étude de la qualité cristalline »  : […] Les cristaux que l'on trouve dans la nature ou qui sont élaborés par l'homme ne sont pas toujours parfaits et contiennent même beaucoup de défauts qui peuvent correspondre à des déplacements atomiques individuels, à des variations de la composition chimique, à des défauts étendus de l'édifice cristallin (cf.  cristaux - Défauts dans les cristaux). La diffraction des rayo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/optique-cristalline-diffraction-par-les-cristaux/#i_28696

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 971 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les halogénures d'argent »  : […] Les halogénures d'argent se présentent sous la forme d'ions organisés dans des structures cristallines (photo 1 ). Leur photosensibilité repose, pour une large part, sur des imperfections physiques et chimiques. Paradoxalement, un cristal parfait ne peut pas être le siège d'une activité photographique ; inversement, un cristal dont la structure est altérée par un nombre excessif de défauts n'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-procedes-argentiques/#i_28696

PHOTOVOLTAÏQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MULLER
  •  • 13 219 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Performances photovoltaïques des matériaux obtenus par solidification directionnelle »  : […] Les rendements de conversion, qui étaient de l'ordre de 8 à 10 p. 100 avant 1980, sont actuellement de près de 20 p. 100 pour une cellule de laboratoire de 2 cm × 2 cm (M. Green) et de plus de 17,5 p. 100 pour de grandes plaquettes industrielles de 15 cm × 15 cm de côté. Les progrès des performances photovoltaïques s'expliquent par l'amélioration constante de la qualité des matériaux, mais égaleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photovoltaique/#i_28696

QUASI-CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 3 079 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Phases approximantes et défauts »  : […] La théorie mathématique sur les structures quasi périodiques permet, de plus, de prévoir l’existence de défauts structuraux particuliers (appelés défauts de phasons), ainsi que des transitions structurales réversibles avec des phases cristallines particulières. Ces défauts et ces transitions ont été observés expérimentalement. Les diagrammes de phase des alliages ternaires sont en effet particuli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quasi-cristaux/#i_28696

SUPERCONDUCTEURS IONIQUES

  • Écrit par 
  • Philippe COLOMBAN
  •  • 6 473 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De la conductivité à la superconductivité ionique »  : […] La conductivité σ d'un solide non métallique est la somme de deux contributions, l'une électronique (σ e ), l'autre ionique (σ i ) : où n e , B e et e représentent respectivement le nombre de porteurs de charges électroniques (électrons ou trous), leur mobilité et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superconducteurs-ioniques/#i_28696

TRANSITION ORDRE-DÉSORDRE

  • Écrit par 
  • Hubert CURIEN
  •  • 4 690 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Défauts localisés »  : […] Plusieurs types de défauts peuvent venir troubler cette parfaite périodicité cristalline. D'abord l'agitation thermique, qui déplace légèrement les atomes autour de leurs positions moyennes d'équilibre, mais aussi des défauts localisés. Imaginons qu'un cristal formé d'atomes de type A (par exemple du fer) contienne quelques atomes de type B (par exemple de l'aluminium) ; un atome B pourra ainsi ve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transition-ordre-desordre/#i_28696

URANIUM

  • Écrit par 
  • Bernard BOUDOURESQUES, 
  • Jean CARALP, 
  • Jeanne LEHMANN, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Croissance anisotrope »  : […] La croissance anisotrope se caractérise par un allongement dans la direction cristallographique  b et un raccourcissement dans la direction  a , cela sans variation de volume ni modification de structure. Ce phénomène a été découvert en 1955 ; il n'est pas spécifique de l'uranium et on l'observe dans d'autres métaux anisotropes tels que le zirconium et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranium/#i_28696


Affichage 

Dislocation linéaire

dessin

Dislocation linéaire : dans ce type de défaut simple dans un réseau cristallin, un plan d'atomes vertical s'interrompt brusquement sur une « ligne de dislocation » 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dislocation linéaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin