STIJL DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le principe général du Stijl

Le Stijl fut un mouvement novateur, dont la théorie se fonda sur ces deux mamelles du modernisme que sont l'historicisme et l'essentialisme : historicisme parce que, d'une part, le Stijl conçut sa production comme l'aboutissement logique de tout l'art du passé et que, d'autre part, il prophétisa, en termes quasi hégéliens, la dissolution inexorable de tout art dans une sphère totalisante (qui ne connaîtrait pas d'extérieur), celle de la vie ou de l'environnement ; essentialisme parce que cette lente progression historique eut pour moteur une quête ontologique, chaque art devant réaliser sa nature en se purgeant de tout ce qui ne lui appartient pas en propre, en exposant ses matériaux et ses codes, afin d'œuvrer à l'instauration d'un langage plastique universel. Rien de tout cela n'est profondément original, même si la formulation de cette théorie par le Stijl fut étonnamment précoce. La spécificité du Stijl repose ailleurs : dans l'idée qu'un même principe générateur puisse concerner toutes les pratiques artistiques sans diminuer en rien l'autonomie de chacune d'entre elles, et, plus encore, que ce principe soit seul à l'origine d'une telle autonomie.

Bien que ce principe n'ait jamais été formulé comme tel par les membres du mouvement, on peut dire qu'il repose sur deux opérations : l'élémentarisation et l'intégration. Élémentarisation, c'est-à-dire décomposition de toute pratique en une série de composantes, et réduction de ces composantes à quelques éléments discrets incompressibles ; intégration, c'est-à-dire articulation exhaustive de ces éléments entre eux en un tout syntaxique indivisible et non hiérarchique. Il s'agit là d'un principe structural (comme les phonèmes de la langue, les éléments en question n'ont de sens que par leur différence), c'est-à-dire d'un principe total : aucun élément n'est plus important qu'un autre, aucun ne doit échapper à l'intégration. Leur mode d'agencement n'est pas additif mais exponentiel (d'où le rejet par le Stijl de toute répétition).

Très rapidement, c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  STIJL DE  » est également traité dans :

MONDRIAN / DE STIJL (expositions)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 983 mots
  •  • 1 média

La dernière exposition monographique et rétrospective consacrée en France à l'œuvre de Piet Mondrian (1872-1944) datait de 1969 ; présentée à l'Orangerie des Tuileries, elle avait également été la première dans ce pays où l'artiste, Hollandais d'origine, avait pourtant passé près de trente années de sa vie. Depuis, et malgré le succès rencontré alors, […] Lire la suite

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] L'art de l'affiche en vient à bouleverser le regard communément porté sur la représentation picturale. Ainsi, à partir de 1910, Braque et Picasso, attentifs à la réalité du quotidien, et en particulier aux trouvailles plastiques de l'affichage mural, inscrivent des lettres peintes au pochoir et introduisent des éléments de textes découpés dans des journaux et autres imprimés, directement sur la […] Lire la suite

AMSTERDAM

  • Écrit par 
  • Élodie VITALE
  • , Universalis
  •  • 2 810 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Régression architecturale au xixe, renaissance au xxe siècle »  : […] Mais les guerres avec l'Angleterre épuisent la ville qui souffre d'un appauvrissement général. On ne bâtit plus. Plusieurs familles s'installent dans des maisons conçues pour une seule. À l'époque de la domination française, sous Napoléon, la population diminue. Le blocus continental et l'ensablement de l'IJ font mourir le commerce, jadis si florissant. Les guildes sont dissoutes et avec elles dis […] Lire la suite

CONSTRUCTIVISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 3 374 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Enseignement et pratique »  : […] Les fréquents contacts des artistes russes avec le milieu allemand contribuèrent à la diffusion rapide des idées constructivistes en Europe. Plusieurs architectes occidentaux vont construire de grands ensembles pour le jeune État socialiste : Le Corbusier réalise sa première grande construction à Moscou, le Centrosoyouz (1930). En 1921, l'exode des artistes russes commence : Kandinsky, Gabo, Pevs […] Lire la suite

DEL MARLE FÉLIX (1889-1952)

  • Écrit par 
  • Michel FRIZOT
  •  • 365 mots

La carrière du peintre Félix Del Marle s'organise autour de deux périodes principales, l'une futuriste, l'autre néo-plastique. Del Marle, très intéressé par le Manifeste de Marinetti publié le 20 février 1909 dans Le Figaro , fréquente à Paris les peintres futuristes Boccioni et Severini. Il fait sienne leur théorie mais donne à celle-ci une résonance locale lorsqu'il publie le 13 juillet 1913 son […] Lire la suite

DOMELA CÉSAR (1900-1992)

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 681 mots

Véritable militant de la cause abstraite, César Domela est né avec le siècle à Amsterdam. Si le terme de géométrique peut qualifier d'emblée les premiers travaux de paysages et de natures mortes qu'il exécute à l'âge de dix-neuf ans, il s'applique encore plus justement à toute la production d'images non figuratives qu'il réalise à partir des années 1920. En séjour à Paris en 1924, où il s'installe […] Lire la suite

DUIKER JOHANNES (1890-1955)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 70 mots

Architecte néerlandais, membre du Stijl, Johannes Duiker travaillera toute sa vie à Amsterdam en association avec Bernard Bijvoet. Son sanatorium d'Hilversum (1926-1928) sert de modèle à celui d'Alvar Aalto. Son école de plein air d'Amsterdam (1930-1932), avec ses cinq étages vitrés et des terrasses pour l'enseignement à l'extérieur, suscite les critiques des traditionnalistes. […] Lire la suite

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 442 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes constructivistes »  : […] En Allemagne, l'école du Bauhaus est fondée à Weimar, en 1919, avec pour objectif de rationaliser et de démocratiser l'ensemble des productions, de l'architecture à l'objet usuel, en passant par l'imprimé. En U.R.S.S., les artistes constructivistes, autour d'Alexandre Rodtchenko, de l'architecte Lazar El Lissitzky et du poète Vladimir Maïakovski, prônent également la cohérence formelle et la rech […] Lire la suite

MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)

  • Écrit par 
  • Richard KLEIN
  •  • 1 496 mots

Dans le chapitre « Dans une lignée viennoise »  : […] Né le 24 mars 1886 à Paris, fils de Maurice André Mallet, expert en tableaux et de Juliette Stevens, petit-fils d'Arthur Stevens, collectionneur et critique belge, Robert Mallet-Stevens passe son enfance à Maison-Laffitte. Il est formé à l'École spéciale d'architecture à Paris de 1903 à 1906. Ses premiers articles, écrits en collaboration avec Jacques Rœderer, sont publiés en 1907 et 1908 dans la […] Lire la suite

MIES VAN DER ROHE LUDWIG (1886-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre GRANVEAUD
  •  • 2 135 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un rationaliste »  : […] Mies ne construit presque pas pendant sa période allemande et il s'exprime surtout par ses dessins et ses textes ; c'est aux États-Unis qu'il construira la plus grande partie de sa production. À Berlin, après s'être détaché de l'influence de Behrens et, à travers cet architecte, de celle de l'art néo-classique de Karl Friedrich Schinkel, il travaille à des projets qui seront exposés par le Novembe […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « STIJL DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/de-stijl/