DE LA RECHERCHE DE LA VÉRITÉ, Nicolas MalebrancheFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du cartésianisme à la « vision en Dieu »

Entre la première édition de la Recherche de la vérité, parue en 1674, et la quatrième (édition in-40 de 1678), Malebranche aura considérablement remanié et enrichi de nombreux « Éclaircissements » ce qui aura été son premier ouvrage. En 1700 et 1712 paraîtront encore deux éditions complétées, qui font ainsi de cette œuvre le travail d'une vie entière. Progressivement s'y élabore une pensée originale qui prend ses distances à l'égard du cartésianisme et se meut sur la voie d'une « vision en Dieu », formulant une véritable philosophie chrétienne. Fidèle à la méthode de Descartes, Malebranche rejette pour faux le probable, les autorités, et tout ce qui provient des sens, de la mémoire ou de l'imagination. « Il ne faut que se rendre attentif aux idées claires que chacun trouve en soi-même. » Seule l'attention, véritable « prière naturelle de l'âme », peut nous tourner, en nous déprenant du monde extérieur, vers Dieu, source de toute lumière. Le premier livre est consacré aux sens, en tant qu'ils sont la principale source de nos erreurs. Le second traitera de l'imagination, « la folle du logis », pareillement « source féconde d'égarements et d'illusions ». Sens et imagination proviennent « de la nature et de la constitution du corps ». Seul l'entendement – « lumière naturelle » ou raison – peut nous permettre un accès à la vérité. Rien d'original ici par rapport à la philosophie de Descartes, si ce n'est la prolixité et la finesse des analyses. Mais l'entendement lui-même peut être cause d'erreurs (objet du livre III), et c'est ici que l'oratorien se sépare le plus nettement de son prédécesseur. Contrairement à la sensation qui n'est en rien représentative, l'idée infinie n'est pas une modalité de l'âme finie : elle s'impose à lui, lui résiste. Véritables archétypes platoniciens, les idées ne sont pas contenues en l'esprit (comme les idées innées cartésiennes), mais se donnent à voir « en Dieu ». Par l'attention, nous pouvons avoir accès à ces idées qui nous débordent infiniment. « Vision en Dieu » ne signifie pas « vision de Dieu » : nous ne voyons pas Dieu qui, tel le Bien platonicien, éclaire toutes les idées et les rend intelligibles. Le cogito, où Descartes reconnaissait le modèle des « idées claires et distinctes », n'est pour Malebranche qu'un « sentiment confus ». L'âme est passive par essence, elle ne crée rien mais reçoit tout de Dieu. Les livres IV et V de la Recherche de la Vérité montrent combien « inclinations de la volonté » et « passions du cœur » sont trompeuses, et comment il est possible de les utiliser contre elles-mêmes. Le livre VI, véritable traité de la méthode, « fournit [à l'esprit] les secours nécessaires pour devenir plus attentif et plus étendu » afin d'accéder à la vérité. La Recherche apparaît ainsi moins comme un traité de philosophie qu'il faudrait apprendre, que comme un manuel d'exercices destinés à se préparer à la véritable sagesse.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DE LA RECHERCHE DE LA VÉRITÉ, Nicolas Malebranche  » est également traité dans :

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Les principaux ouvrages »  : […] Dès 1668, semble-t-il, Malebranche travaillait à son premier traité : Recherche de la vérité , qui marque son double attachement à la méthode et à la physique cartésiennes, d'une part, au platonisme augustinien, de l'autre. Les trois premiers livres, réunis en un volume, furent publiés en 1674, après en avoir été empêchés à cause de leur cartésianisme. Le second volume, contenant les trois dernier […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 mars 2017 Colombie. Création d'un système judiciaire spécial.

Le Parlement adopte la réforme constitutionnelle qui prévoit la création d’un « système intégral de justice, de vérité, de réparation et de non-répétition » en application de l’accord de paix conclu en novembre 2016 avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Ce système comprend une Juridiction spéciale pour la paix qui doit juger les crimes de guerre commis par les guérilleros et les militaires, une Commission de la vérité chargée d’établir les responsabilités, ainsi qu’une Unité pour la recherche des personnes disparues. […] Lire la suite

2-18 mai 2006 France. Identification du « corbeau » dans l'affaire Clearstream

Le même jour, Nicolas Sarkozy réaffirme devant les élus de son parti que la recherche de la vérité, dans cette affaire, est « une question de morale » et qu'il est déterminé à « aller jusqu'au bout ». Le 4, sur France 2, Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense, se dit « choquée et en colère » face aux révélations de l'affaire Clearstream dont elle s'estime également victime, à travers l'évocation, dans le cadre de celle-ci, du nom de son compagnon, le député U. […] Lire la suite

22-28 novembre 2000 France. Débat autour de la torture durant la guerre d'Algérie

Le 25, Lionel Jospin déclare que les crimes commis durant « ce conflit colonial ne relèvent pas d'un acte de repentance collective » ni de « procédures judiciaires », mais « de la recherche de la vérité », c'est-à-dire du travail des historiens. Le 28, devant l'Assemblée nationale, il se déclare prêt à favoriser l'accès aux archives relatives à la guerre d'Algérie. […] Lire la suite

5-31 mai 1988 France. Polémique autour de la libération sanglante des otages d'Ouvéa et recherche de solutions politiques en Nouvelle-Calédonie

Le 5, treize jours après l'attaque de la brigade de gendarmerie de Fayaoué, sur l'île d'Ouvéa, des militaires et des gendarmes donnent l'assaut à la grotte où les otages ont été enfermés : l'opération, qui dure plusieurs heures, fait dix-neuf morts du côté des indépendantistes, dont Alphonse Dianou, chef présumé du groupe, ainsi que deux militaires membres de la D. […] Lire la suite

6-31 mai 1987 C.E.E. – États-Unis. Prises de position et mesures concernant le SIDA

Le 6, au cours de l'émission L'Heure de vérité sur Antenne 2, Jean-Marie Le Pen aborde le problème de l'épidémie de sida, réaffirmant qu'il faut isoler les trois mille malades qui, selon lui, sont contagieux par la transpiration, les larmes et la salive. Le 7, Michèle Barzach, ministre de la Santé, réplique à ces propos qu'elle qualifie de « désinformation » et d'« irresponsables ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « DE LA RECHERCHE DE LA VÉRITÉ, Nicolas Malebranche - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-recherche-de-la-verite/