DE L'ESPRIT DES LOIS, MontesquieuFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une nouvelle rationalité

La Préface sollicite l'attention et l'objectivité du lecteur auquel l'auteur demande une grâce : « C'est de ne pas juger, par la lecture d'un moment, d'un travail de vingt années ; d'approuver ou de condamner le livre entier, et non pas quelques phrases ». Alors que la philosophie politique défendait traditionnellement un modèle juridique idéal à l'aune duquel étaient jugés les systèmes existants, Montesquieu prétend observer sans a priori la diversité des législations et mettre celles-ci en relation avec les conditions géographiques et historiques qui en expliquent l'origine. Il dégage ainsi la logique interne des législations. Le sous-titre du traité est Du rapport que les lois doivent avoir avec la constitution de chaque gouvernement, les mœurs, le climat, la religion, le commerce, etc. Là où les théoriciens et les observateurs constataient l'absurde bariolage des différences, Montesquieu entrevoit une logique. Il postule une rationalité sociale d'un type nouveau.

La nouveauté et l'ambition du propos justifient un plan complexe en six parties et trente et un livres, eux-mêmes subdivisés en chapitres d'inégale longueur. Le premier livre propose une définition des lois comme étant « les rapports nécessaires qui dérivent de la nature des choses ». Cette définition englobe les lois positives énoncées par un groupe social et les lois implicites qui assurent son fonctionnement. La première partie s'occupe alors des lois politiques et des systèmes de gouvernement. Les gouvernements républicain (démocratique ou aristocratique), monarchique et despotique reposent sur des principes qui sont respectivement la vertu ou la modération, l'honneur et la crainte. La deuxième partie est consacrée à la force de l'État et à la liberté qui est accordée à chacun. Elle passe en revue les crimes punis par chaque État. La troisième partie s'attache à la relation qui s'établit entre les lois et les [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  DE L'ESPRIT DES LOIS, Montesquieu  » est également traité dans :

DURKHEIM (ÉCOLE DE)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Aux origines de la sociologie française »  : […] Durkheim s'est assigné la tâche de créer la science sociologique, avec ses propres objets, sa méthodologie et ses modèles explicatifs. Philosophe de formation, il se situe dans la lignée positiviste de Comte (1798-1857), l'inventeur du mot sociologie. Le positivisme ne s'intéresse ni aux causes premières ni aux fins dernières des phénomènes, mais seulement à la manière dont ils peuvent être expl […] Lire la suite

JUSTICE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 426 mots

Dans le chapitre « Ce qui est légal, ce qui est légitime »  : […] Peut-on pour autant limiter la justice à l’application, fût-elle nuancée, des lois existantes ? La justice relève-t-elle ainsi seulement de ce que l’on dénomme le « droit positif », une dénomination qui recouvre les lois décrétées à un certain moment de l’histoire par un État particulier, que les philosophes ont longtemps opposé au «  droit naturel  » qui, lui, prétend à l’universalité ? Répondre […] Lire la suite

LOI

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Universalis
  •  • 12 636 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Loi naturelle et loi positive »  : […] Quelle que soit la place que les divers systèmes juridiques accordent à la loi parmi les sources du droit, il est admis qu'elle s'en distingue par le fait qu'elle est une règle posée par l'autorité souveraine. La question est donc de savoir si le pouvoir est libre d'ériger en loi toute règle qui lui paraît mériter de l'être. Sur ce thème, la pensée politique n'a jamais cessé d'entretenir le débat […] Lire la suite

LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 7 858 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le quadrillage du monde »  : […] De fait, les Lumières impliquent une géographie des savoirs possibles. Voltaire explique clairement dès les Lettres philosophiques , qu'on ne peut définir l'âme ou Dieu. Il voit même dans l'excès métaphysique une espèce de péché d'orgueil de l'homme. Il faut reconnaître des limites à la connaissance. Mais ces domaines de l'inconnaissable une fois établis, il n'existe pas de savoirs interdits. Le […] Lire la suite

POUVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 508 mots

Dans le chapitre « L’énigme de la domination »  : […] Toutes les sociétés humaines connues à ce jour ont constitué des ensembles plus ou moins hiérarchisés, dans lesquels un petit nombre d’individus exerce le pouvoir sur le plus grand nombre de leurs semblables, définit les objectifs à poursuivre et les modalités permettant de les atteindre. S’intéresser au pouvoir politique, c’est donc interroger d’abord la nature des rapports qui existent entre do […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21-29 juin 2020 France. Rapport de la Convention citoyenne pour le climat.

lois » traduisant certaines des propositions de la Convention.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel DELON, « DE L'ESPRIT DES LOIS, Montesquieu - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-esprit-des-lois/