DE L'ÂME, AristoteFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question de l'intellect

Ce sont les débats sur l'intellect qui ont surtout occupé l'aristotélisme médiéval, c'est-à-dire la postérité théologique et métaphysique du Stagirite. L'intellect « agent » est un principe incorporel, « semblable à une sorte d'état comme la lumière », « séparé, sans mélange et impassible », « immortel et éternel » (430 a-b). Ces pages très denses autoriseront Averroès, dans son commentaire du Traité de l'âme (vers 1190), à soutenir la thèse d'un intellect unique pour tous les hommes. Ouvrant la voie à la mystique la plus spéculative, l'averroïsme affirme l'unité non seulement de l'intellect actif mais encore de l'intellect « possible » ou matériel – cette part passive de l'âme, « l'intellect capable de devenir toutes choses » (Traité de l'âme, III, 5), qui lui sert de matière. Thomas d'Aquin, dans le De unitate intellectus (Traité sur l'unicité de l'intellect, 1270), soutient au contraire que « l'âme humaine est l'acte d'un corps et l'intellect possible est une de ses parties ou puissances » : contre les thèses suspectes (condamnées à Paris en 1270) de l'averroïsme latin, celle en particulier de l'unité de l'intellect (monopsychisme), considérée comme l'erreur propre des « philosophes », il s'agit de démontrer la pluralité des intellects, c'est-à-dire des agents pensants. À la critique thomiste, Siger de Brabant, dans le De anima intellectiva (De l'âme intellective, 1273-1274), opposera que le problème de l'union de l'âme et du corps est laissé sans solution, car selon lui, cette union ne peut être pensée qu'in operando, en termes fonctionnels.



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DE L'ÂME, Aristote  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'âme et le corps »  : […] Le couronnement des œuvres biologiques est à chercher dans le traité De l'âme , du moins dans ses deux premiers livres, qui traitent de « cette sorte d'âme qui n'existe pas indépendamment de la matière » (I, 1, 403 a 28) et qui, à la différence de l'âme immatérielle ou intellect ( noûs ), n'est autre que le principe vital, caractéristique non seulement de l'homme, mais de tout être vivant. Aristot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_31828

SENSIBILITÉ, psychologie et philosophie

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 1 031 mots

En raison du devenir et du changement qui le caractérisent, le sensible est traditionnellement opposé à la fixité et à la permanence de l'intelligible. Dans ces conditions, la sensibilité, comme propriété d'un sujet d'être modifié ou informé par le milieu sensible, peut être opposée à la raison et à ses procédures pour accéder à la vérité. Abordé philosophiquement, le concept de sensibilité permet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sensibilite-psychologie-et-philosophie/#i_31828

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de l'information »  : […] Aristote domine le courant des doctrines de l'information ou de l'« âme informante » : ce courant commence d'ailleurs avec lui pour être repris et christianisé par Thomas d'Aquin au Moyen Âge ; il est retrouvé au xix e  siècle, sur le mode expérimental, par Maine de Biran et Bergson, et se voit confirmé aujourd'hui par des représentants de la biologie moderne, au moins quant à la constitution de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_31828

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « DE L'ÂME, Aristote - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-ame/