SHAHAR DAVID (1926-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier et nouvelliste israélien, David Shahar, né à Jérusalem le 17 juin 1926, est mort à Paris le 2 avril 1997. Ses ancêtres s'étaient installés à Jérusalem au début du xixe siècle. Ils venaient, du côté maternel, de Russie, du côté paternel, de Hongrie mais, pour ces derniers, une tradition familiale les faisait descendre de Juifs ayant fui l'Espagne au xvie siècle. Son enfance s'écoule à Mea Shearim, le quartier le plus religieux de la ville, ce qui n'empêche pas son père de faire entrer son fils dans une école laïque de la nouvelle ville. Là, dans le milieu cosmopolite de la Jérusalem sous mandat britannique, se côtoyent pacifiquement, en dépit de tensions et d'antagonismes sous-jacents, les communautés ethniques et religieuses les plus diverses (juifs et chrétiens, Arabes musulmans ou chrétiens, Britanniques...).

Son éducation se fait en hébreu. Mandat oblige, sa seconde langue est l'anglais. Ses études terminées (une licence de psychologie), essayant de concilier gagne-pain et écriture, David Shahar choisit d'enseigner des matières qui lui sont familières – la Bible et l'anglais – dans des écoles techniques, et refuse de donner des cours de littérature, discipline pour lui « bien trop intime » pour être ainsi disséquée en public. Lieutenant dans l'armée, il participe à toutes les guerres israélo-arabes, y compris celle du Kippour où, d'une mission sur le front égyptien, il rapportera le projet de son grand roman, L'Agent de Sa Majesté (1979). Il ne quitte Israël pour la première fois qu'à l'âge de trente-sept ans pour un séjour de deux ans à Paris. À cette date (1963), il a déjà publié dans son pays deux recueils de nouvelles et un roman Lune de miel et d'or (1959), lequel soulève un tollé car il ose y braver certains tabous de la société d'alors : prééminence du kibboutz, primauté du réalisme pratique sur l'art, etc. Le séjour à Paris, envisagé avec appréhension, s'avère au contraire très propice. Si, en effet, il n'écrit pendant ces deux années qu'une seule nouvelle, Première Leçon, les thèmes du Palais des vases br [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SHAHAR DAVID (1926-1997)  » est également traité dans :

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « Le roman dans l'histoire »  : […] Profondément intégrés à la vie du kibboutz, ces écrivains s'attachent à l'exaltation des valeurs collectives. Leurs héros, à la fois bâtisseurs et combattants, font délibérément le sacrifice de leur vie pour défendre leur idéal. Ils n'ont pratiquement pas d'existence en dehors du microcosme du kibboutz. Les auteurs les plus en renom sont Yigal Mos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_90781

Pour citer l’article

Madeleine NEIGE, « SHAHAR DAVID - (1926-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-shahar/