POLITZER DAVID HUGH (1949- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

le 31 août 1949 à New York, le physicien américain Hugh David Politzer a suivi les cours du célèbre lycée scientifique du Bronx (le Bronx High School of Science) avant de commencer ses études universitaires à l'université du Michigan puis à l'université Harvard où il soutient sa thèse de doctorat en 1974 sous la direction de Sydney Coleman. En juillet 1974, son article « La liberté asymptotique : une approche des interactions fortes » démontre la propriété fondamentale d'une classe de théories quantiques des champs : à de très courtes distances, l'intensité des forces décroît pour des raisons liées à l'existence de champs d'interactions en auto-couplage. Publié en même temps que les travaux de David Gross et Frank Wilczek, ce travail vaudra le prix Nobel de physique 2004 à ces trois chercheurs.

Les travaux suivants de Politzer approfondissent la compréhension théorique de la chromodynamique quantique, et contribuent à son établissement comme théorie moderne des interactions nucléaires fortes. Ils concernent en particulier les propriétés des états liés de quarks lourds, découverts à l'automne de 1974. Chercheur à Harvard jusqu'en 1977, Politzer est alors nommé professeur à l'institut de technologie de Californie (Caltech) à Pasadena. Il y poursuit des recherches théoriques en physique des particules élémentaires mais n'apporte aucune nouvelle contribution exceptionnelle. Il s'intéresse ensuite à la physique atomique et en particulier à la théorie de la condensation des atomes à des températures extrêmement basses.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  POLITZER DAVID HUGH (1949- )  » est également traité dans :

JAUGE THÉORIE DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 476 mots

Les expériences de diffusion d'électrons sur les protons posaient depuis 1968 une énigme aux physiciens des particules élémentaires. Le physicien américain James D. Bjorken avait en effet démontré qu'elles étaient très difficilement interprétables à moins d'admettre que les électrons étaient diffusés sur des sous-constituants des nucléons et que ceux-ci – qu'il appelait « partons » – étaient qua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-jauge/#i_50373

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « POLITZER DAVID HUGH (1949- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hugh-politzer/