DATATION RADIOCHRONOLOGIQUE ou ISOTOPIQUE, géologie

CARBONE

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Henry BRUSSET
  •  • 8 318 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'atome »  : […] Il résulte de son numéro atomique que le cortège électronique de l'atome de carbone correspond, dans son minimum d'énergie, au symbolisme : 1 s 2 , 2 s 2 , 2 p 2 , c'est-à-dire que la couche la plus profonde des électrons (couche K) est complète avec deux él […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbone/#i_19895

GÉOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure PONS
  •  • 2 060 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Isotopes radioactifs »  : […] Un isotope radioactif est constitué d'un noyau atomique instable qui se désintègre spontanément en un noyau plus stable (isotope radiogénique) en émettant de l'énergie sous forme d'un rayonnement. Par exemple, lors du processus de désintégration β , le noyau instable père émet un électron (particule β ) et un antineutrino (ν). C'est le cas du c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geochimie/#i_19895

GÉOCHRONOLOGIE ou DATATION, géologie

  • Écrit par 
  • René LÉTOLLE
  •  • 1 909 mots
  •  • 3 médias

La géochronologie est la branche de la géologie qui a pour objet la datation des diverses formations de la croûte terrestre. À côté de la géochronologie « relative », fondée essentiellement sur la stratigraphie et le paléomagnétisme, la géochronologie « absolue » et, plus précisément, la radiochronologie visent à obtenir des estimations quantitatives de l'âge des événements géologiques. On expose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geochronologie-datation/#i_19895

MERS RETRAITS ET AVANCÉES DES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 3 910 mots

Dans le chapitre « Les fluctuations du volume des glaciers continentaux »  : […] Deux grandes calottes glaciaires recouvrent aujourd'hui les continents polaires : celle de l'Antarctique (29 millions de kilomètres cubes) et celle du Groenland (1 million de kilomètres cubes). Le niveau de la mer remonterait d'environ 70 mètres si elles venaient à fondre. Il y a seulement 20 000 ans, en raison d'un climat particulièrement rigoureux sur les hautes latitudes de l'hémisphère Nord, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/retraits-et-avancees-des-mers/#i_19895

PROTÉROZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Janine BERTRAND-SARFATI, 
  • Renaud CABY
  •  • 3 792 mots
  •  • 1 média

Le Protérozoïque est une période des temps géologiques (éon) comprise entre la fin de l'Archéen (— 2,5 milliards d'années [Ga]) et le début du Phanérozoïque (— 0,543 Ga), ce dernier terme regroupant le Paléozoïque, le Mésozoïque et le Cénozoïque. D'une durée de 2 Ga, le Protérozoïque est marqué par l'apparition des premières faunes de métazoaires (animaux pluricellulaires). Il est subdivisé en tro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proterozoique/#i_19895

RADIOACTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard SILVESTRE-BRAC
  •  • 5 422 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La radioactivité, horloge du monde »  : […] La nature, dans sa grande générosité, a mis à notre disposition des éléments actifs de périodes très variées, depuis la seconde et moins jusqu'au milliard d'années et plus. On peut mettre cela à profit pour dater des échantillons. La méthode de datation est, dans son principe, simple. Supposons un élément composé, au moment de sa création, à 100 p. 100 d'un isotope radioactif X. Si on connaît les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite/#i_19895

ROCHECHOUART CRATÈRE DE

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 750 mots
  •  • 1 média

Le seul cratère d'impact météoritique, ou astroblème, bien attesté en France est celui qui se trouve aux alentours de la ville de Rochechouart (Haute-Vienne), à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Limoges. D'un diamètre actuel de 20 à 25 kilomètres, il se trouve à cheval sur les départements de la Haute-Vienne et de la Charente. Complètement aplani par l'érosion, il n'est plus visible dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cratere-de-rochechouart/#i_19895

STRATIGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Gilles Serge ODIN
  •  • 5 516 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Précision »  : […] En lithostratigraphie, la précision des signaux est variable. Par leur diachronisme potentiel, la base ou le sommet d'une formation repère un moment qui peut varier d'un ou plusieurs millions d'années (Ma). Par exemple, lors d'une transgression marine provoquant à sa base le dépôt de sables et de galets, chaque point inondé le sera à des instants différents et la base de la formation de sables et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stratigraphie/#i_19895

TERRE - La planète Terre

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean KOVALEVSKY, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 12 049 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Seconde approche, quantitative, du temps géologique »  : […] Une nouvelle approche, décisive, du temps géologique naît avec le xx e  siècle, en conséquence de la découverte de la radioactivité, à la suite de l'intuition du physicien Ernest Rutherford, peu avant la Première Guerre mondiale ; Arthur Holmes en sera le pionnier. Amorcée dans l'entre-deux-guerres, la géochronologie absolue explose littéralement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terre-la-planete-terre/#i_19895

TERRE BOULE DE NEIGE HYPOTHÈSE DE LA

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 7 133 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Résolution de la troisième condition de Kirschvink »  : […] Parmi les tests proposés par Kirschvink, le synchronisme des différents dépôts de tillites était la condition de la généralité de la glaciation. Après 1998, le grand problème reste de déterminer le nombre de glaciations, leur âge et leur étendue. Les données paléomagnétiques sont encore très discutées au début des années 2000. David Evans réfute la plupart d’entre elles, estimant que la magnétisat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese-de-la-terre-boule-de-neige/#i_19895

URANIUM-THORIUM-PLOMB DATATION PAR L'

  • Écrit par 
  • Hervé BELLON
  •  • 352 mots

Les isotopes 238 et 235 de l'uranium et le thorium 232 sont radioactifs. Dans les trois cas, les produits radiogéniques formés sont des isotopes du plomb : 238 U donne 206 Pb + 8 4 He (T = 4,51 × 10 9 ans), 235 U donne 207 Pb + 7 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/datation-par-l-uranium-thorium-plomb/#i_19895