DARWINISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Darwinisme en biologie

Constitution du darwinisme

Cette vision du darwinisme, en particulier dans son opposition au lamarckisme, s'est constituée à partir de différentes lectures de l'œuvre de Darwin. En 1889, Alfred Russel Wallace (1823-1913), souvent considéré comme le co-découvreur de la sélection naturelle, écrit une vaste synthèse intitulée Darwinism dans laquelle il donne sa propre compréhension des mécanismes de l'évolution ou « descendance avec modification ». Demandant quels sont les « moyens particuliers qui ont produit le changement des espèces », Wallace souligne le pouvoir (the agency) de la sélection naturelle. Il s'oppose à tous les facteurs « lamarckiens » comme l'usage et le non-usage, ainsi qu'à ceux qui pensent que les lois de la variation et de l'hérédité commandent l'évolution. En redéfinissant l'orthodoxie darwinienne comme un sélectionnisme intégral, Wallace s'écarte de Darwin, lequel avait encouragé la recherche sur les variations dans le chapitre v de L'Origine des espèces. Le darwinisme est plus et autre chose que Darwin pris à la lettre. C'est une certaine philosophie de la nature, formulée à partir des thèses de Darwin.

C'est pourquoi la vision proposée par Wallace est contestée par George Romanes (1848-1894). Celui-ci est, pour sa part, convaincu que la sélection naturelle existe et qu'elle est non à l'origine des espèces, mais à l'origine des adaptations (l'apparition de l'aile de l'oiseau ou de la nageoire du dauphin). La spéciation lui paraît n'être qu'un processus tout à fait secondaire dans la nature, impliquant seulement l'émergence d'une barrière de fécondité. En réalité, Wallace et Romanes interprètent différemment une phrase située à la fin de l'introduction de L'Origine des espèces : « De plus, je suis entièrement convaincu que la sélection naturelle a été le plus important, mais pas le seul [the m [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  DARWINISME  » est également traité dans :

DARWIN CHARLES ROBERT (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Universalis
  •  • 3 130 mots
  •  • 2 médias

Bien que la notion de devenir, connaturelle à l'esprit humain, n'ait pas manqué, dans l'Antiquité même, d'être appliquée aux espèces vivantes – notamment par Anaximandre de Milet ( vi e  s. av. J.-C.) et par quelques Pères de l'Église, tel saint Augustin –, le fixisme a constitué pendant des siècles la pensée officielle ; il se fondait aussi bien sur l'autorité d'Aristote et de la scolastique que […] Lire la suite

ÉPIGÉNÉTIQUE ET THÉORIE DE L'ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON, 
  • Francesca MERLIN
  •  • 3 641 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Hérédité épigénétique et lamarckisme »  : […] Ces deux questions, celle de la nécessité de modifier la théorie synthétique et celle d’un retour du lamarckisme, sont souvent largement entremêlées. Il est pourtant indispensable de bien les distinguer, car elles ne s’impliquent pas mutuellement : il est possible qu’il faille amender la théorie synthétique de l’évolution sans pour autant que l’explication lamarckienne (re)devienne elle-même perti […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Religion

  • Écrit par 
  • Sébastien FATH
  •  • 3 471 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une séparation assouplie des Églises et de l'État »  : […] Au vu de l'imprégnation religieuse de la culture américaine, qui va du serment sur la Bible (fermée) du président nouvellement investi jusqu'à la mention de Dieu sur les billets verts, on pourrait imaginer des liens étroits entre les institutions religieuses et l'État. Il n'en est rien. Outre-Atlantique, c'est un régime de séparation stricte qui prévaut, beaucoup plus radical que ses équivalents […] Lire la suite

EUGÉNISME

  • Écrit par 
  • André PICHOT, 
  • Jacques TESTART
  • , Universalis
  •  • 4 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un produit idéologique du XIXe siècle »  : […] Au xix e  siècle, l'urbanisation et la prolétarisation inhérentes à la révolution industrielle avaient multiplié différents maux tenant à la paupérisation de certaines couches de la population, à leur rassemblement et leur promiscuité dans de mauvaises conditions d'hygiène au sein des villes. D'où un accroissement (mais aussi une plus forte visibilité, du fait de leur concentration) des maladies […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De l'antidarwinisme aux néo-créationnismes contemporains et à leurs conséquences  »  : […] On ne saurait clore une présentation de l'évolutionnisme aujourd'hui sans évoquer certaines dérives et persistantes étrangetés culturelles qui en affectent malheureusement la perception. La théorie scientifique de l'évolution, telle qu'on la conçoit en ce début du xxi e  siècle, est ainsi régulièrement assimilée au darwinisme par l'opinion et ses relais. Cet état de fait est sans doute défavorabl […] Lire la suite

ÉVOLUTIONNISME

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 252 mots

Il est fréquent de voir dans l'évolutionnisme une conception qui concerne exclusivement les êtres vivants. Parfois même, on le confond avec une théorie de l'évolution, celle de Charles R. Darwin, et surtout de ses continuateurs. Plus généralement, la pensée évolutionniste admet que les changements des systèmes vivants sont des transformations qui font que ces systèmes procèdent les uns des autres […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 922 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les révolutions scientifiques »  : […] Les progrès techniques qui étaient au cœur de la révolution industrielle contribuèrent, par ailleurs, à bouleverser profondément les croyances et les représentations des Français. Le cas des moyens de transport est particulièrement remarquable. La navigation à vapeur et le chemin de fer jouèrent ainsi un rôle décisif dans la diffusion de l'impression selon laquelle l'inconnu allait disparaître du […] Lire la suite

GENERELLE MORPHOLOGIE DER ORGANISMEN (E. Haeckel)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Sept ans après l’ Origine des espèces (1859) du naturaliste anglais Charles Darwin, la publication par l’Allemand Ernst Haeckel (1834-1919) de la Generelle Morphologie der Organismen . Allgemeine Grundzüge der organischen Formen-Wissenschaft , mechanisch begründet durch die von Charles Darwin reformirte Descendenz-Theorie (« Morphologie générale des organismes. Principes généraux de la […] Lire la suite

GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)

  • Écrit par 
  • Claudine COHEN
  •  • 1 934 mots

Dans le chapitre « Le rôle des discontinuités dans l'évolution  »  : […] Dans son premier grand livre, Ontogeny and Phylogeny (1977), Gould étudie les mécanismes possibles de tels changements discontinus au niveau de l'ontogenèse, c'est-à-dire du développement de l'individu : les phénomènes d'hétérochronie (et notamment la néoténie, c'est-à-dire la rétention, à l'âge adulte, de caractéristiques infantiles ou fœtales) pourraient être une des clés pour comprendre les m […] Lire la suite

L'HOMME CRIMINEL, Cesare Lombroso - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annick OPINEL
  •  • 777 mots

Cesare Lombroso reste le criminologiste le plus connu du dernier quart du xix e  siècle et le plus contesté après sa mort. Sa théorie repose moins sur la notion de déterminisme biologique du crime et de caractère inné de la déviance criminelle que sur les caractéristiques physiologiques et anatomiques des criminels qui permettent de les distinguer, de les reconnaître et donc de prévenir le crime. […] Lire la suite

HUXLEY THOMAS HENRY (1825-1895)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 526 mots
  •  • 1 média

Zoologiste anglais qui s'est, en outre, profondément intéressé aux problèmes de l'enseignement. Autodidacte depuis l'âge de huit ans, Thomas Huxley réussit néanmoins à étudier la médecine au Charing Cross Hospital (1842), puis s'embarque pour cinq ans comme chirurgien en second sur la frégate Rattlesnake qui patrouille dans le Pacifique austral et l'océan Indien. Durant ce voyage, il étudie la fa […] Lire la suite

LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE (1744-1829)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Pietro CORSI
  •  • 3 180 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lamarck avant le lamarckisme »  : […] Ignorées et méprisées souvent par la science officielle, en raison de leurs présupposés et de leurs implications matérialistes, les idées de Lamarck, qui définiront ce que l'on appellera bien plus tard le lamarckisme, se sont diffusées progressivement en Europe lors des premières décennies du xix e  siècle. Des résumés, souvent critiques, des doctrines de Lamarck étaient disponibles dans différent […] Lire la suite

LA SOCIÉTÉ PURE DE DARWIN À HITLER (A.Pichot) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 1 046 mots

Historien des sciences, André Pichot s'intéresse depuis longtemps à la biologie, et spécialement depuis quelques années à la génétique. Dans La Société pure de Darwin à Hitler (Flammarion, 2000), il rappelle que les scientifiques et les médecins ont toujours joué un rôle déterminant dans les idéologies de la qualité humaine, jusqu'à participer concrètement à des campagnes de stérilisation ou même […] Lire la suite

L'ORIGINE DES ESPÈCES (C. Darwin)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 265 mots
  •  • 1 média

C'est en 1859, dans L'Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie ( On The Origin of Species by Means of Natural Selection, or The Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life ), que le naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882) expose sa théorie de l'évolution. Sa démonstration repose sur un double consta […] Lire la suite

LA MACHINE À EXPLORER LE TEMPS, Herbert-George Wells - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 809 mots

Dans le chapitre « Une satire sociologique »  : […] Avec La Machine à explorer le temps , Herbert George Wells inaugure un nouveau genre littéraire, celui de la science-fiction, à un moment où la société britannique, en cette fin du xix e  siècle connaît une phase de prodigieux essor technologique. L'œuvre se présente comme un véritable conte philosophique, une réflexion sur l'avenir incertain d'une humanité dominée par des techniques qu'elle a ell […] Lire la suite

MUTATIONNISME

  • Écrit par 
  • Cédric GRIMOULT
  •  • 2 216 mots

En 1901, le botaniste néerlandais Hugo De Vries, cofondateur de la génétique, propose une nouvelle théorie des mécanismes de l'évolution, appelée mutationnisme. Il participe ainsi à un débat qui divise la communauté scientifique depuis près d'un demi-siècle. Si les naturalistes ont adopté la théorie de l'évolution depuis 1859, année de la publication de L'Origine des espèces de Charles Darwin, il […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 4 662 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] La réflexion sur les différences entre les individus est très ancienne. Dans la culture occidentale, elle est présente dès l'antiquité grecque chez des philosophes (Platon, Aristote) et chez des médecins (Hippocrate). C'est seulement à la fin du xix e siècle, avec l'émergence de la psychologie scientifique, que l'étude des différences entre individus deviendra systématique et que sera élaborée un […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

  • Écrit par 
  • Marc RICHELLE
  •  • 1 756 mots

La psychologie évolutionniste est une orientation et un courant de pensée mettant l’accent, dans l’explication de l’esprit et du comportement de l’Homme, sur les adaptations mises en place à l’époque préhistorique par la sélection naturelle, et qui constitueraient aujourd’hui le socle génétiquement inscrit de la nature humaine. La psychologie évolutionniste est une forme d’articulation entre psyc […] Lire la suite

SÉLECTION NATURELLE, biologie

  • Écrit par 
  • Bernard GODELLE
  •  • 1 305 mots

Introduite par Charles R. Darwin dans la première édition de L'Origine des espèces (1859), la notion de sélection naturelle ( Natural Selection ) est définie comme la « préservation des variations favorables dans la lutte pour la vie et le rejet des variations préjudiciables » ( preservation of favourable variations and rejection of injurious variations ). Cette locution sera remplacée, dans les […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique GUILLO, Thierry HOQUET, « DARWINISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/darwinisme/