FO DARIO (1926-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un acteur-auteur

Le travail théâtral de Dario Fo s’inscrit dans une tradition italienne d’acteurs-auteurs, que lui-même fait remonter aux jongleurs médiévaux et dont il est, dans la seconde moitié du xxe siècle, le principal représentant italien aux côtés d’Eduardo De Filippo et de Carmelo Bene. Cela signifie qu’il n’est pas seulement un acteur qui écrit, ou un auteur qui joue, mais qu’il assure une maîtrise créatrice et personnelle de tous les éléments des représentations théâtrales : écriture, jeu, mise en scène, souvent conception des décors et des costumes.

Auteur de pièces comiques, il est aussi le créateur d’un type de jeu épique. Dès ses débuts dans des spectacles de revue, aux côtés de Franco Parenti et de Giustino Durano, on a souligné la parenté du travail de Fo avec celui de Bertolt Brecht. Il développe une technique vocale et corporelle qui fait de lui un « anti-mime » (Bernard Dort) : tout en possédant une parfaite maîtrise des techniques du mime – il a travaillé avec Jacques Lecoq –, non seulement il ne s’interdit pas le recours à la parole, mais il refuse le mimétisme. Sa gestuelle extrêmement expressive, qui lui permet d’incarner à lui seul plus de quinze personnages dans un même morceau (Mistero buffo, 1969 [Mystère bouffe]), reste allusive et non descriptive. Elle établit ainsi une distance entre acteur et personnage, tout en créant un espace ouvert à l’imagination des spectateurs. De la même façon, Dario Fo forge pour ses solos une langue de scène spécifique, un grommelot composé du mélange de différents dialectes italiens, de mots inventés et d’onomatopées, qui repose à la fois sur le dépaysement linguistique du public, puisque tout n’est pas compréhensible à la lettre, et sur des phénomènes de reconnaissance, les deux effets étant propices au déclenchement du rire. On retrouve ce parler notamment dans la Storia della tigre (Histoire du tigre, 1979) ou dans Fabulazzo osceno (Fabulage obscène, 1982). Sa maîtrise technique le porte à une forme de virtuosité [...]


Médias de l’article

Dario Fo

Dario Fo
Crédits : Mondadori Portfolio/ Archivio Pigi Cipelli /Pigi Cipelli/ AKG-images

photographie

Franca Rame

Franca Rame
Crédits : P. Cipelli/ Marka/ Age Fotostock

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : agrégée d'italien, enseignante en études théâtrales à l'École normale supérieure
  • : agrégée de lettres, maître assistante de littérature comparée à l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  FO DARIO (1926-2016)  » est également traité dans :

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les années 1980-2000 »  : […] Le foisonnement du théâtre italien, impressionnant jusqu'à la moitié des années 1980, a subi d'importants contrecoups par la suite, d'abord à cause de la domination croissante de la télévision qui, à travers le réseau des chaînes privées, a marqué le début de la spectacularisation qui caractérise l'ère berlusconienne. Par ailleurs, la carence dans la gestion des instances de tutelle, aboutissant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_81196

RAME FRANCA (1929-2013)

  • Écrit par 
  • Laetitia DUMONT-LEWI
  •  • 784 mots
  •  • 1 média

« Pourquoi les femmes n’ont-elles jamais de prix Nobel ? Parce qu’elles n’ont pas d’épouse pour les aider ». Cette boutade, Franca Rame, femme de théâtre italienne, aimait à la répéter bien avant que son mari, l’acteur-auteur Dario Fo, obtienne en 1997 le prix Nobel de littérature. Née en 1929 à Parabiago (Lombardie) dans une famille de comédiens ambulants, Franca Rame a fait ses débuts sur les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franca-rame/#i_81196

Voir aussi

Pour citer l’article

Laetitia DUMONT-LEWI, Valeria TASCA, « FO DARIO - (1926-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dario-fo/