DARBY ABRAHAM (1678-1717)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pionnier de la fonte au coke

Abraham Darby est né le 14 avril 1678 près de Dudley, alors dans le Worcestershire (ouest de l’Angleterre), d’un père serrurier. Il a grandi dans une famille de quakers et fait son apprentissage dans une malterie de Birmingham tenue par un compagnon de ce même mouvement religieux. Avec d’autres quakers, il fonde en 1702 la Bristol Brass Company, qui fabrique des ustensiles et des pots en cuivre et laiton. Ces deux entreprises ont en commun l’usage du coke comme combustible, alors obtenu par pyrolyse de la houille dans des meules, à l’instar du charbon de bois. Cette connaissance familiale de la métallurgie et de l’usage du coke conduit Darby à imaginer son utilisation dans un haut fourneau pour produire de la fonte de fer. En 1708, il installe à Coalbrookdale un fourneau pour produire son propre fer et fonde dans cette ville la Bristol Iron Company. L’emplacement est judicieusement choisi, près de la Severn, à proximité d’une mine de fer et d’un gisement houiller fournissant un charbon pauvre en soufre, apte à produire un coke de bonne qualité. Il parvient dès 1709 à produire les premières gueuses de fonte au coke.

La fonte obtenue par ce nouveau procédé ne peut pas encore concurrencer la fonte au bois. C’est pourquoi Darby l’emploie d’abord pour produire des récipients en fonte de faible épaisseur pouvant avantageusement remplacer ceux en cuivre ou en céramique utilisés notamment par les forgerons. Parmi ses clients figure Thomas Newcomen, qui adopte la fonte de Darby pour sa première machine à vapeur, installée en 1712 à Dudley, près de Coalbrookdale, pour pomper l’eau des mines.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DARBY ABRAHAM (1678-1717)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Fer et fonte

  • Écrit par 
  • Henri POUPÉE
  •  • 4 344 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Fonte, fer et acier »  : […] Cette révolution ne saurait s'expliquer sans un rappel des conditions techniques et économiques qui sont à sa source. Le fer industriel n'est jamais pur. Sa teneur en carbone permet de distinguer différents états. La fonte, produit brut du haut fourneau (l'antique méthode du bas fourneau permettait d'obtenir directement le fer, mais en petites quantités), sort liquide du creuset ; on peut la coul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-fer-et-fonte/#i_56774

MULTIPLICATION DES INVENTIONS

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 306 mots

Au tournant des années 1760 se multiplient les découvertes qui donnent corps à l'idée de « révolution industrielle ». Le phénomène est surtout spectaculaire dans la filature de coton. En 1765, James Hargreaves met au point la spinning jenny , métier à filer dans lequel un mécanisme en bois rudimentaire permet à une personne de mettre en action non pas une broche mais trois, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/multiplication-des-inventions/#i_56774

RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN
  •  • 11 833 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La part irréductible des facteurs accidentels »  : […] La révolution industrielle apparaît finalement comme le produit d'une conjonction exceptionnelle de facteurs très différents, les uns ancrés dans les traits essentiels de la société britannique, d'autres propres à son cheminement économique des xvii e - xviii e  siècles, d'autres enfin de nature a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-industrielle/#i_56774

Pour citer l’article

Bruno JACOMY, « DARBY ABRAHAM - (1678-1717) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/darby-abraham-1678-1717/